Passer au contenu principal

Jeune entreprise medtechUne start-up de Cully réinvente les outils de chirurgie dorsale

Neo Medical SA a levé 13,2 millions de francs pour booster son kit qui simplifie les opérations de la colonne vertébrale.

Le kit d’instruments de chirurgie de la colonne vertébrale à usage unique commercialisé par Neo Medical
DR

Les opérations chirurgicales de la colonne vertébrale nécessitent jusqu’à 450 vis de types et de tailles différents et toute une panoplie d’instruments remplissant plus d’une dizaine de coffres. Fondée à Cully en 2013, la société Neo Medical a développé une nouvelle boîte kit d’outillage destinée aux chirurgiens qui comprend seulement 14 vis implants modulaires et cinq instruments. Elle permet de réaliser la plupart des interventions (à ciel ouvert ou mini-invasive) de chirurgie du rachis.

La start-up vaudoise vient de lever 13,2 millions auprès de différents investisseurs, dont Credit Suisse Entrepreneur Capital. Trois ans après le lancement de son produit, Neo Medical fournit près de 250 centres hospitaliers dans le monde, dont deux en Suisse romande. Son matériel chirurgical simplifié et jetable a obtenu toutes les certifications, après études et validations cliniques, relève le CEO, Vincent Lefauconnier.

Même si l’entreprise continue à développer de nouvelles technologies, «l’essentiel du fonds levé, explique-t-il, servira à financer la croissance dans ses marchés clés: Suisse, Allemagne, France, Espagne et, surtout, les États-Unis». Il compte parvenir assez rapidement au seuil de rentabilité ces prochaines années, mais la priorité de Neo Medical est de prendre des parts de marché dans le plus gros segment de chirurgie orthopédique – consolidation de la colonne vertébrale dans la région thoraco-lombaire – pour en devenir un leader mondial. Durant le premier trimestre 2020, malgré la pandémie, ses ventes ont bondi de 63%.

Des sous-traitants suisses

Biologiste de formation, passé par Medtronic, Vincent Lefauconnier travaille depuis une vingtaine d’années dans les technologies chirurgicales, tout comme le cofondateur Jonas Larsson. Les dispositifs développés par Neo Medical ont été utilisés en 2016 pour la première fois chez un patient. Le CEO souligne que sa société fait appel pour l’essentiel à des sous-traitants suisses, pour l’ingénierie, la logistique ainsi que la production. Les outils et composants sont fabriqués par l’entreprise fribourgeoise Ruetschi Technology, qui compte une usine près de Morat pour l’usinage et une à Yverdon pour l’injection plastique.

Vincent Lefauconnier , CEO de Neo Medical
DR

Notre kit réduit l’empreinte environnementale de la chirurgie de fusion rachidienne d’au moins 75% par rapport aux systèmes réutilisables existants›

Vincent Lefauconnier, CEO de Neo Medical

Neo Medical – quatre filiales – dénombre une quinzaine de collaborateurs, dont plusieurs disséminés dans le monde et habitués au télétravail. Mais elle fournit du travail à une centaine d’employés dans la production ainsi que dans la vente et la formation à ses nouveaux outils pour les hôpitaux des pays où elle est implantée.

Le kit d’instruments stérilisés à usage unique fait un peu plus d’un kilo. Neo Medical utilise un matériau polymère, contrairement aux instruments conventionnels en métal qui nécessitent décontamination et stérilisation après usage. Pour Vincent Lefauconnier, cette option «réduit l’empreinte environnementale de la chirurgie de fusion rachidienne, d’au moins 75% par rapport aux systèmes réutilisables existants». Ceci tout en réduisant le temps de préparation et d’intervention du chirurgien, donc les coûts grâce à la simplicité du système.

Neo Medical vient de lancer un nouvel implant de chirurgie dorsale, sorte de cage intervertébrale, utilisé pour remplacer un disque trop dégradé et maintenir un espace entre deux vertèbres. Cet implant de nouvelle génération, qui implique une autre boîte d’instrumentation, est réalisé en titane en impression 3D