Passer au contenu principal

Un beau rouge au DézaleyUne syrah pour rester Bouche Baie devant les vins de Lausanne

La capitale vaudoise réorganise sa production et va limiter le nombre de ses vins.

Il y a du changement aux Vins de Lausanne. La capitale vaudoise reste le plus grand propriétaire public avec ses cinq domaines entre La Côte, Lavaux et Dézaley, mais la structure s’est simplifiée. Luc Dubouloz et Enrico Antonioli se partagent les domaines mais aussi la responsabilité des équipes.

Fini la vente aux privés, qui se fait désormais par le biais des boutiques du Château Rochefort, à Allaman, et du Domaine du Burignon, à Saint-Saphorin. La vente aux grossistes passe désormais par un intermédiaire. Et les chiffres remontent en conséquence. Dans les projets, l’externalisation d’autres services et une refonte des étiquettes des cuvées non-historiques, trop peu lisibles. On devrait voir à l’automne les nouvelles. Le nombre de cuvées devrait se réduire, 13 chasselas par exemple, c’est un peu trop. Quant à la traditionnelle mise aux enchères de décembre, elle sera forcément virtuelle, Covid oblige.

3500 m² de syrah

Parmi les nouveautés, la plantation de davantage de syrah au Dézaley, au Clos des Abbayes, faite en 2016 et 2018, a porté la surface à 3500 m2. Ce qui permet de proposer un nouveau Bouche Baie en pure syrah, alors qu’il était complété de diolinoir planté sur les murs jusqu’ici. La vendange est vinifiée de manière classique avant un élevage dans trois barriques anciennes de 225 litres. «On ne cherche pas le goût du bois», explique Luc Dubouloz.

Le nez est tout de petites baies, avec cette touche épicée qu’offre le cépage. En bouche, une jolie puissance, une belle amplitude autour de tanins joyeusement fondus, portés par une fraîcheur fruitée qui conclut la finale.

Bouche Baie 2019, 75 cl, 28 fr. www.vinsdelausanne.ch

2 commentaires
    Mensa

    Trop chère pour le simple contribuable, surtout qu'en sachant que la commune de Lausanne a vendu ses vins à moitié prix aux restaurateurs lausannois.

    Encore un échec