Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

L’invitéUrgence climatique: non à une loi sur le CO2 alibi

«L’esprit général du texte voté à Berne consiste à faire payer la facture climatique en premier lieu aux classes populaires et moyennes»

Une troisième voix

20 commentaires
Trier:
    £

    Le vrai problème n'est pas le climat. C'est certes important, mais il n'est qu'une des conséquences d'un capitalisme mondialisé, dérégulé, débridé, cupide et dénué de scrupules. Ce qui nous mène lentement à la catastrophe c'est la recherche exclusive du profit. Les verts utopistes qui nous serinent en permanence leurs soucis pour la planète devrait cesser de faire de l'écologie punitive en taxant tout ce qui bouge. Taxes qui vont surtout impacter les classes populaires et moyennes de ce pays. Taxer + ne va pas faire baisser le niveau de CO2. J'ai juste l'impression que les verts bobos, qui vivent dans les centres villes avec des loyers hors de portée de beaucoup de personnes, circulant en vélo-cargo électrique, ne veulent qu'une chose garder égoïstement leur niveau et cadre de vie, sans changer quoi que ce soit à leurs habitudes de consommation. Mes chers, si l'on ne freine pas la croissance, vos efforts seront vains. Vous aurez juste fait décroître le porte-monnaie des certains de vos concitoyens ça c'est certain. Vous n'aurez pas réglé le problème du CO2. Il n'y a pas de solutions neutres en matière d'écologie. Il y a toujours des points positifs et négatifs. Faire le croire que la solution passera pas plus de panneaux solaires, d'éoliennes, par la fin du nucléaire et des énergies fossiles n'est qu'un hypocrisie de plus. Les sujets sont désormais trop sérieux pour que l'on prenne des mesures basées uniquement sur l'idéologie. Un semblant de pragmatisme est de mise.