Plus de 100 migrants vivent chez l’habitant dans le canton

SolidaritéToujours plus de requérants vivent au sein de familles vaudoises. L’EVAM s'en félicite et en appelle aux candidatures.

Hannah Hailé, jeune Erythréenne de 21 ans (à g.) vit chez Marie-Pierre Walker Thonney, à Lutry, depuis un mois

Hannah Hailé, jeune Erythréenne de 21 ans (à g.) vit chez Marie-Pierre Walker Thonney, à Lutry, depuis un mois Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle envisageait de louer une chambre à un étudiant, elle a finalement décidé d’ouvrir sa porte à une migrante. A Lutry, Marie-Pierre Walker Thonney héberge Hannah Hailé, ressortissante érythréenne de 21 ans, depuis un mois. Entre repas traditionnels érythréens et soirées vaudoises entre amis où la jeune migrante est conviée, les deux femmes apprennent à se connaître. Ravie par cette cohabitation qui fait la part belle à la solidarité et à l’intégration, Marie-Pierre Walker Thonney envisage même de proposer une autre chambre à une deuxième requérante. «Je conseille cette expérience à tout le monde», sourit-elle.

Critères d'hébergement assouplis

Comme de nombreux Vaudois, la Lutryenne participe au projet «Héberger un migrant». Lancé par l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés (OSAR) début 2015, le concept est passé aux mains de l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM) en début d’année, qui a décidé d’y mettre les moyens (notre édition du 4 juin 2016). Trois personnes à plein-temps s’occupent désormais des demandes vaudoises et les critères pour accueillir un migrant ont été assouplis. Il suffit désormais de pouvoir offrir une chambre meublée pour une durée d’au moins six mois, l’accès aux parties communes et de vivre à proximité des transports publics, les requérants devant se rendre à leurs cours de français. Pour les migrants, la seule envie de sortir d’un abri PCi ne suffit pas, il faut faire montre d’une réelle volonté de partage et d’intégration.

«Le bilan est très positif. Que ce soit au niveau des migrants hébergés ou des familles d’accueil, les retours sont excellents. Voir cette solidarité à l’œuvre au quotidien est particulièrement réjouissant»

Et ça marche! En quelques mois, le nombre de migrants vivant chez l’habitant est passé de 14, en février dernier, à 73 aujour­d’hui. Un chiffre auquel il convient d’ajouter les 37 personnes hébergées dans le cadre du projet «Un village – une famille», et la barre des 100 migrants vivant chez l’habitant est dépassée. Sans oublier les quelque 80 migrants, en attente, qui rêvent de l’aventure. «Le bilan est très positif. Que ce soit au niveau des migrants hébergés ou des familles d’accueil, les retours sont excellents. Voir cette solidarité à l’œuvre au quotidien est particulièrement réjouissant», applaudit Erich Dürst, directeur de l’EVAM.

Créé: 22.11.2016, 18h07

Articles en relation

Les Christen, première famille suisse à accueillir un requérant

Asile Morad Essa, jeune érythréen de 24 ans, vit dans une famille de Lully depuis début mars. Une première suisse qui vise à accélérer l’intégration. Plus...

Les critères pour loger un migrant ont été assouplis

Asile L’EVAM pilote désormais seul le projet d’accueil de migrants à domicile. Une mission pour laquelle il s’est donné les moyens et qui promet des délais d’attente moins longs. Plus...

Neuchâtel oriente ceux qui veulent aider les migrants

Asile Les autorités neuchâteloises veulent soutenir dans leurs démarches les personnes qui souhaitent aider les requérants et les réfugiés. Plus...

Obligée de rouvrir un abri PC, l’EVAM veut louer des logements

Migrants Le nombre de nouveaux requérants a été multiplié par six entre avril et juin. L’EVAM cherche de nouvelles solutions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.