100 millions pour reconstruire les prisons vaudoises

SécuritéSurveillance à revoir, prisons à bâtir, hôpital carcéral à créer… Ce sera le challenge de la superministre de la Sécurité.

En mai, Béatrice Métraux a présenté les cellules modulaires de la prison de la Croisée. Malgré ces 81 nouvelles places,
la saturation carcérale s’est aggravée à la rentrée.

En mai, Béatrice Métraux a présenté les cellules modulaires de la prison de la Croisée. Malgré ces 81 nouvelles places, la saturation carcérale s’est aggravée à la rentrée. Image: JEAN-BERNARD SIEBER/ARC - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cent millions de francs! C’est l’enveloppe sur laquelle le Conseil d’Etat vient de s’entendre pour remettre à niveau les prisons du canton. «Notre collègue Béatrice Métraux pourra, dès 2014, regrouper plusieurs gros projets de décrets d’investissement en un. Cela accélérera les processus décisionnels», révèle Pierre-Yves Maillard, président du gouvernement. Ce montant est inscrit dans le plan des investissements du Canton, dont le Grand Conseil débattra entre fin novembre et décembre. Auparavant, c’est-à-dire dans les semaines qui viennent, la cheffe du Département de l’intérieur devra préciser comment elle compte utiliser cet argent. Pour celle qui deviendra superministre de la Sécurité dès le 1er janvier à la suite du remaniement ministériel annoncé jeudi, c’est un challenge décisif. Car sur le front des prisons, tout est à refaire, ou presque…

Priorités à ordonner
Béatrice Métraux doit donc fixer des priorités, en tenant compte d’un climat dégradé par les drames et les mélis-mélos administratifs qui ont affecté le Service pénitentiaire ces trois dernières années.

Il y a une priorité qui ne se discute plus après les quatre évasions collectives qui se sont succédé entre juillet 2011 et juillet 2012: le système de sécurité de tous les établissements doit être plus ou moins complètement renouvelé. Il y a dix jours, la conseillère d’Etat a présenté à ses collègues un audit interne. Ce document confidentiel dresse l’état des lieux, établissement par établissement, et suggère les aménagements à apporter. François Huguenet, porte-parole du Département de l’intérieur, précise que le rapport sur les travaux à entreprendre est sur le point d’être finalisé. «Il y aura de grosses choses, et d’autres plus petites», indique-t-il pudiquement jeudi, lors de l’annonce de la réorganisation de son département et de celui de Jacqueline de Quattro. Béatrice Métraux a manifesté une autre priorité: la construction d’un établissement pour la détention préventive, qui doit remplacer la trop vieille prison du Bois-Mermet.

Grenade dégoupillée
La nouvelle ministre de la Sécurité n’a pas le choix. Elle doit démontrer qu’elle empoigne résolument un problème qui a tout de la grenade dégoupillée. Faute de places, ses prisons débordent jusque dans les zones carcérales des polices, tandis que des personnes condamnées à des courtes peines sont laissées en liberté. Cela fait des vagues jusqu’à Genève (lire ci-dessous). Il s’agit donc de mettre au plus vite sur ses rails un projet de prison préventive d’environ 300 places. Son emplacement n’est pas encore défini, mais la plaine de l’Orbe est fortement pressentie.

Ce n’est pas tout. Les 100 millions octroyés à Béatrice Métraux doivent aussi servir à lancer les études pour la construction d’un «centre de soins» qui devrait compter entre trente et cinquante lits. Le dispositif médical actuel ne suffit plus, 70% des 850 détenus du canton ayant besoin de soins somatiques ou psychiatriques.

Pour convaincre de la cohérence de ses choix, Béatrice Métraux sera en meilleure posture en ayant entre les mains son «rapport sur la politique carcérale vaudoise». L’an dernier, elle le promettait pour début 2013. L’attente se prolonge. Explication du Département de l’intérieur: «Ce document est désormais prévu pour la fin de l’année, mais pourrait être retardé pour y intégrer de nouvelles réflexions en lien avec l’actualité.»

Créé: 07.10.2013, 07h15

Grosse colère à Genève

Ministre de la Sécurité à Genève, Pierre Maudet est fâché contre ses voisins vaudois. «Il en va de la crédibilité de la police et de l’Etat de droit», a-t-il carrément déclaré au Matin qui, vendredi, a révélé que le conseiller d’Etat avait adressé le 25 septembre une demande d’explication à ses deux homologues vaudoises, Jacqueline de Quattro (en charge de la police) et Béatrice Métraux.
Le problème, c’est que la police genevoise a interpellé, au cours des dernières semaines, plusieurs personnes que les autorités vaudoises avaient inscrites sur la liste de RIPOL, le registre fédéral des personnes recherchées. Mais quand les gendarmes genevois ont contacté leurs collègues du canton voisin pour les informer qu’ils tenaient à leur disposition ces personnes sous mandat d’amener, il leur a été répondu qu’il fallait les remettre en liberté, faute de places en prison. Depuis un mois, même les zones carcérales des diverses polices vaudoises sont saturées.
Cette excuse ne suffira pas au ministre de la Sécurité genevoise. Son secrétaire général adjoint, Laurent Forestier, fait remarquer que les prisons du bout du Léman sont encore plus surpeuplées que celles des Vaudois: «D’une capacité de 376 places, Champ-Dollon compte plus de 800 détenus. Cela n’empêche pas l’incarcération systématique des personnes interpellées, lorsqu’elles sont recherchées par les autorités genevoises.»
Dans le canton de Vaud, il en va autrement. «Dans l’attente de 80 nouvelles places aux Etablissements de la plaine de l’Orbe pour le printemps prochain, le Conseil d’Etat a accepté que des priorités soient établies dans les incarcérations», indique Jean-François Krähenbühl, porte-parole de Jacqueline de Quattro. A fin septembre, le chef de la Police cantonale, la cheffe du Service pénitentiaire et le Ministère public ont fixé des critères qui permettent de «laisser momentanément en liberté des personnes signalées et interpellées lors de contrôles ponctuels pour des cas de peu de gravité».

Articles en relation

Vers un nouvel hôpital psychiatrique à Cery

Grand Conseil Le crédit d’ouvrage de 106,6 millions pour la mue et la reconstruction de l’hôpital de Cery vient d’être accepté en premier débat par le Grand Conseil, à l'unanimité. Plus...

Une détention non conforme indemnisée 25 francs par jour

Justice Le Ministère public a fixé l’indemnité des détenus qui, faute de place en prison, restent des semaines dans des cellules prévues pour 48 heures. Plus...

La prison de la Croisée se dote de 40 nouvelles places

Orbe Destinées à la détention avant jugement, 40 places seront mises en service lundi prochain à la prison de la Croisée à Orbe. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.