1830: une révolution sans sang

250 ans dans la vie des VaudoisLa Régénération (libérale) accorde le droit de vote à presque tout le monde

L’Assemblée constituante du canton de Vaud en 1831 dans la salle du Grand Conseil à Lausanne.

L’Assemblée constituante du canton de Vaud en 1831 dans la salle du Grand Conseil à Lausanne. Image: BIBLIOTHÈQUE CANTONALE ET UNIVERSITAIRE DE LAUSANNE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une révolution sans barricade souffle sur la Suisse et le canton de Vaud en cette année 1830. Les contemporains l’appellent la Régénération. Elle aboutira à l’adoption d’une nouvelle Constitution cantonale en 1831. Seul «fait de guerre» de ce changement de régime où ne coula aucune goutte de sang, une descente à Lausanne de quelques milliers de campagnards armés de bâtons le 17 décembre. Le 18, ils occupent la salle du Grand Conseil pour forcer les députés à adopter des réformes.

Un des pères de l’indépendance vaudoise, Frédéric-César de La Harpe, au soir de sa vie, évoque cette journée: «Furieux de ce que le Grand Conseil ne s’occupait pas de leurs pétitions, les campagnards sonnèrent le tocsin et, se formant en plusieurs colonnes, marchèrent sur le Château, précisément au moment où, le Grand Conseil se réunissant, plusieurs de ses membres arrivaient dans la cour. Là furent commis par des bandits quelques excès, et il y eut des bourrades auxquelles n’échappèrent pas quelques membres du Grand Conseil.»

La foule est calmée par un partisan des réformes, Charles Monnard. Peu après, le Grand Conseil vote la création d’une assemblée constituante. Les manifestants partent après avoir arrosé leur victoire. Et La Harpe conclut: «Le Conseil d’Etat s’est pauvrement conduit après s’être montré orgueilleux, opiniâtre, absolu, il a fini par avoir peur. C’est ce qui arrive communément.»

Après 1815, vent réactionnaire
Comment en est-on arrivé là? Il faut remonter quelques années. La chute de Napoléon, en 1814 et 1815, fait souffler sur l’Europe un vent réactionnaire. Il décoiffe aussi le jeune canton de Vaud. Une poignée de personnes s’emparent du pouvoir et se cooptent.

Le droit de vote est soumis à des conditions strictes: les urnes ne sont ouvertes qu’aux plus aisés. La presse est muselée. La liberté religieuse restreinte. En 1824, le Grand Conseil vote une loi pour interdire «une nouvelle secte», c’est le mouvement du réveil des «mômiers» qui s’opposent à l’Eglise protestante officielle. Les esprits libéraux protestent contre cette mesure, parmi lesquels le jeune Alexandre Vinet. Peu à peu, la mauvaise humeur gagne les milieux intellectuels et la grande bourgeoisie.

Sous prétexte qu’une révision libérale de la Constitution pourrait amener une intervention des royaumes voisins, le gouvernement s’arc-boute et résiste, avant de proposer quelques modifications législatives au début de 1830. Mais c’est trop tard. La Révolution de Juillet à Paris, qui instaure une monarchie parlementaire en France, donne des ailes aux libéraux. Ils exigent à grands cris une nouvelle Constitution. La manifestation de décembre fera céder les autorités.

Et c’est l’année suivante que sera voté le nouveau texte. Il est plébiscité par une majorité écrasante des Vaudois. Ce texte institue la liberté de la presse: «La presse est libre. La loi en réprime les abus.» Une loi de 1832 énumère ces abus: outrage à la religion, injure aux autorités cantonales et fédérales, divulgation de faits relatifs à la vie privée et incitation au crime.

La principale réforme réside toutefois dans la révision des droits populaires. Pour être électeur, il ne faut plus posséder des biens et une maison. Jusqu’alors, il fallait se trouver dans les trois quarts des contribuables les plus imposés du cercle électoral. Dès 1831, il suffit d’avoir au moins 23?ans et d’être bourgeois d’une commune. Même des Suisses non Vaudois accèdent au droit de vote pour peu que leur canton d’origine accorde la même chose aux Vaudois. Les domestiques obtiennent également ce droit.

Seuls les faillis, les assistés et les condamnés ne peuvent toujours pas voter. L’élargissement du corps électoral permettra à une nouvelle génération de politiques d’accéder au pouvoir. Les libéraux, qui abritent en leur sein une aile gauche, les futurs radicaux, les prochains révolutionnaires…

Créé: 09.04.2012, 22h52

Dossiers

Cette année-là...

3 février La Grèce proclame son indépendance de l’Empire turc.

Lausanne Kohler ouvre une fabrique de chocolat.

Etats-Unis 70 000 Indiens sont déportés pour que des colons puissent occuper leurs terres.

5 juillet La prise d’Alger par l’armée française est le premier acte de la conquête de l’Algérie.

Australie 58 000 bagnards britanniques y sont déportés.

Littérature Stendhal publie son roman Le rouge et le noir.

France Barthélemy Thimonnier invente la machine à coudre.


L'image

Un symbole de la démocratie: avec La Liberté guidant le peuple, Eugène Delacroix illustre de manière allégorique la Révolution de 1830. Trois jours de soulèvement populaire, les 27, 28 et 29 juillet à Paris, qui se concluent par l’abdication du roi Charles X et l’arrivée de Louis-Philippe au pouvoir.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.