1935: Un petit bijou de Baby

Les 250 ans de 24heuresLa machine à écrire portative d’Hermès connaît un succès immédiat

Une Hermès Baby de 1935, photographiée au Musée de la machine à écrire à Lausanne.

Une Hermès Baby de 1935, photographiée au Musée de la machine à écrire à Lausanne. Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le génie mécanique de Sainte-Croix est à son apogée au milieu des années trente. Réputée de longue date pour son savoir-faire dans l’univers mélodieux des boîtes à musique, la commune nord-vaudoise se fait un nom à l’échelle mondiale grâce à Paillard.

1935 est à proprement parler une année-clé du succès de l’entreprise, puisque deux appareils révolutionnaires sortent successivement des usines de Sainte-Croix et d’Yverdon: la caméra 16 mm Bolex H16 et la machine à écrire Hermès Baby. L’entreprise a beau fabriquer des machines à écrire depuis 1914, c’est bien ce modèle-là qui lui ouvrira toutes grandes les portes de la renommée. De nombreux écrivains céderont aux charmes d’une machine à écrire portative vantée comme étant «la plus petite, la plus légère, la meilleur marché», selon l’efficace slogan publicitaire qui accompagne son lancement. Parmi eux, Ernest Hemingway, déjà célèbre pour L’adieu aux armes, est conquis. Tout comme John Steinbeck, qui écrit ses Raisins de la colère sur une Hermès Baby.

Il faut dire que l’instrument possède de réels avantages sur ses principales rivales, issues des chaînes de production allemandes de Royal ou américaines de Remington. Elle mesure 6 cm de haut (contre 10 cm pour ses plus forts concurrents), n’est composée que de 700 pièces (contre 1200) et ne pèse que 4 kilos. Si l’on ajoute à cela qu’elle peut aisément se glisser dans la mallette avec laquelle elle est commercialisée, on se demande aujourd’hui bien pourquoi Serge Gainsbourg a préféré écrire à Laetitia sur une Remington portative.

Le messager des dieux
Personne ne semble non plus se souvenir aujourd’hui pourquoi la dynastie Paillard-Thorens a choisi un nom tiré du panthéon grec (Hermès est à la fois le messager des dieux et le patron des voyageurs) pour son produit phare, dont certaines origines sont… italiennes.

Il est en effet l’œuvre conjointe de Giuseppe Prezioso, un collaborateur italien de l’entreprise au nom prédestiné au succès, et de Gualtiero Thiebon. Albert Paillard a acheté le brevet de ce dernier en 1932 à la foire de Milan.

Dès sa commercialisation, la Baby s’impose. Il s’en vend 10 000 exemplaires en 1935, quatre fois plus deux ans plus tard. Mais les temps sont durs et les décideurs de l’entreprise nord-vaudoise restent conscients que la clé d’un succès durable se trouve outre-Atlantique. Surtout à une époque où l’obsolescence programmée n’était pas au goût du jour des fabricants d’appareils qui n’étaient encore que mécaniques. Les machines à écrire Hermès sont ainsi assemblées pour durer.

Quoi qu’il en soit, Gualtiero Thiebon relève avec succès le pari que lui a lancé l’importateur américain de la marque. Il ressort de sa visite à la rédaction du Star de Boston allégé des deux machines qu’il avait emportées avec lui. Il peut ainsi faire livrer à son importateur les 2000 modèles que ce dernier avait promis de commander au cas où l’opération séduction se révélait fructueuse.

La saga de l’Hermès Baby est lancée, et bien lancée. A l’Exposition nationale de 1939, la Landi de Zurich, elle fait partie des nombreux «ambassadeurs» de Paillard, entreprise omniprésente sur le site à en croire le Journal d’Yverdon de l’époque. Une cinquantaine de machines à écrire sont exposées au regard des visiteurs ou utilisées dans les bureaux de la manifestation. Le modèle est exporté à 75%. Le deuxième conflit mondial met cependant un peu de sable dans les rouages de l’entreprise. Malgré le blocus et les devises qui sont mises au frais par la BNS, la machine à écrire portative représente encore près des deux tiers du chiffre d’affaires de Paillard.

Parce que l’Hermès Baby n’a pas trouvé de successeur électronique – Paillard manque dans les années 1970 ce virage essentiel après avoir déjà répondu trop tard à la révolution du Super-8 dans son secteur cinéma –, sa production s’arrête en 1989, en même temps que l’aventure Paillard, devenue entre-temps Hermès Precisa International, ou plus simplement HPI. (24 heures)

Créé: 06.09.2012, 22h17

Dossiers

Cette affiche pour les machines Hermès remonte aux années trente. (Image: OLIVIER LAFFELY/MHL)

Cette année-là...

Allemagne Le Reich adopte la croix gammée comme drapeau. En mars, Hitler rend le service militaire obligatoire et entreprend une large campagne de réarmement. En septembre, il promulgue ses lois antisémites.
21 mars La Perse prend officiellement le nom d’Iran. Le shah Reza abolit le port du tchador et créé l’Université de Téhéran.
27 avril Ouverture du métro de Moscou. C’est celui qui, après Tokyo, transporte le plus de passagers par jour.
3 octobre L’Italie envahit l’Ethiopie.

Un éléphant traverse les Alpes

Juché sur Dally, l’insatiable voyageur, aventurier et écrivain Richard Halliburton (1900-1939) franchit le col du Grand-Saint-Bernard le 21 juillet 1935. Pour répéter l’exploit d’Hannibal, l’Américain a loué l’éléphante et son cornac au Jardin d’acclimatation de Paris. Connu pour son tour du monde en avion biplan, Halliburton disparaîtra en tentant la traversée du Pacifique en jonque chinoise.

Paid Post

Les meilleurs commerçants lausannois récompensés
Pour la 5ème année consécutive, le Prix du Commerce a distingué des détaillants de la capitale cantonale qui excellent dans leur domaine.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Les intempéries paralysent une partie de la Suisse
(Image: Bénédicte) Plus...