Passer au contenu principal

1935: Un petit bijou de Baby

La machine à écrire portative d’Hermès connaît un succès immédiat

Une Hermès Baby de 1935, photographiée au Musée de la machine à écrire à Lausanne.
Une Hermès Baby de 1935, photographiée au Musée de la machine à écrire à Lausanne.
PHILIPPE MAEDER

Le génie mécanique de Sainte-Croix est à son apogée au milieu des années trente. Réputée de longue date pour son savoir-faire dans l’univers mélodieux des boîtes à musique, la commune nord-vaudoise se fait un nom à l’échelle mondiale grâce à Paillard.

1935 est à proprement parler une année-clé du succès de l’entreprise, puisque deux appareils révolutionnaires sortent successivement des usines de Sainte-Croix et d’Yverdon: la caméra 16 mm Bolex H16 et la machine à écrire Hermès Baby. L’entreprise a beau fabriquer des machines à écrire depuis 1914, c’est bien ce modèle-là qui lui ouvrira toutes grandes les portes de la renommée. De nombreux écrivains céderont aux charmes d’une machine à écrire portative vantée comme étant «la plus petite, la plus légère, la meilleur marché», selon l’efficace slogan publicitaire qui accompagne son lancement. Parmi eux, Ernest Hemingway, déjà célèbre pour L’adieu aux armes, est conquis. Tout comme John Steinbeck, qui écrit ses Raisins de la colère sur une Hermès Baby.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.