1962: Chessex, l’art des mots

HistoireEn 2012, à l'occasion des 25o de 24 heures, nous revenions sur le premier livre de Jacques Chessex publié en 1962. Archives.

Chessex a déjà publié quatre recueils de poèmes lorsque paraît son premier roman.?

Chessex a déjà publié quatre recueils de poèmes lorsque paraît son premier roman.? Image: ARCHIVES CANTONALES VAUDOISES/FONDS EDIPRESSE/REPRO 24?H/PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il va devenir une grande figure de la littérature, mais personne ne le sait, en 1962, quand Jacques Chessex publie son premier roman chez Gallimard – après quelques recueils de poèmes. Dans La tête ouverte, il raconte la vie d’une pension de famille de bord de mer où s’installe un jeune homme qui ne respecte pas les règles de la maison. Petit extrait, sans doute révélateur du souffle en quelque sorte marginal et indomptable qui va animer Chessex tout au long de sa vie: «Je suis ainsi fait qu’à chaque minute le sentiment de mes droits me soulève et me révolte…»


Lire aussi : L’ombre portée d’un monument


Chessex est né, si l’on peut dire, et ce virtuose de l’écriture, ce maître des mots va s’installer dans le monde littéraire comme un personnage aussi contesté qu’admiré. Chessex, pour L’Ogre, reçoit le Goncourt en 1973, ce qui lui permettra à la fois de s’acheter une maison à Ropraz, d’augmenter ses tirages et ses ventes, et de parler – du haut de son statut – sur le ton qu’il veut, quand il le veut et comme il le veut, à ses interlocuteurs. Surtout, il peut écrire comme il en a envie, sans tabous, jouissant des chocs et des hoquets que la crudité de certains de ses textes provoque dans la population.

Aussi un homme d’influences

Il est un homme de passion, de passions; l’écriture bien sûr, les femmes, le plaisir, la peinture, la nature. L’alcool aussi, qui lui vaut bien des mésaventures avilissantes, mais dont il saura pourtant, avec cette force qui le caractérise, se débarrasser définitivement au milieu des années huitante. Chessex est aussi un homme d’influences, de pouvoir, on lui reproche d’être un manipulateur, un opportuniste, un être plus sensible au nombre d’exemplaires vendus qu’au nombre d’amis qui lui restent fidèles. Mais qui était Chessex, dans le fond? Peut-être un grand acteur, en plus du grand écrivain, puisqu’il a su surprendre le public même le soir de sa mort. Il donne, ce 9 octobre 2009, une conférence publique à la Bibliothèque d’Yverdon-les-Bains quand, répondant avec l’agilité verbale qu’on lui connaît à un détracteur – qui a le courage de l’affronter ainsi – il s’effondre devant l’assistance.


Lire aussi : Jacques Chessex à l'honneur durant un an


Jacques Chessex aurait sans doute aimé commenter cette fin-là, voire la mettre en scène dans un récit, comme il le fit, au cours de ses dernières années, en revisitant des faits divers régionaux. Avec la publication du Vampire de Ropraz, du Juif pour l’exemple, on le découvre presque journaliste, fouillant les archives et les mémoires puis les malaxant, pour en ressortir, dans sa langue inimitable, des livres au succès large et immédiat. Il faut dire que le fait divers, Jacques Chessex l’a vécu de tout près, puisque son père, notable, s’est suicidé – Jacques avait alors 22?ans – après des égarements et des abus noircissant à jamais son image.

Laissons à Jean-Louis Kuffer, critique littéraire de renom, qui fut l’ami et le confident de Chessex avant que leurs chemins ne s’éloignent, analyser la trace laissée par celui-ci dans la littérature et dans le pays. «Dans la postérité de Ramuz, l’œuvre de Jacques Chessex s’impose, au même titre que celles d’un Nicolas Bouvier ou d’un Maurice Chappaz, comme celle d’un des meilleurs poètes en prose de la littérature romande et francophone de la seconde moitié du XXe siècle. Du Portrait des Vaudois à la saisissante galerie de portraits des Têtes, en passant par Carabas, les nouvelles d’Où vont mourir les oiseaux, les romans les plus inspirés (Jonas ou Le rêve de Voltaire), ou encore quelques variations autobiographiques mémorables des deux dernières décennies (L’Imparfait, Pardon mère ou Le désir de Dieu), Jacques Chessex n’a cessé de se déployer dans la liberté croissante d’un style aux pointes incomparables.


Lire aussi : Jacques Chessex, dix ans après


Pas vraiment romancier (l’auteur lui-même étant le seul personnage récurrent et rayonnant de ses récits romanesques, entouré de femmes réduites à des types), ce fou de littérature, de beautés ou de mystères naturels, d’érotisme inquiet ou flamboyant, de peinture et de jazz, ou de questions dernières, a fait, de la chair du monde, le verbe de son œuvre, qui lui survivra.»

Chessex repose à Ropraz, où chaque matin une chouette saluait, disait-il, son réveil.

Créé: 16.10.2012, 23h03

Dossiers

Cette année-là

11 janvier?Inauguration du paquebot France au Havre.
7 février?Embargo des Etats-Unis contre Cuba.
18 mars?Signature des Accords d’Evian décrétant l’indépendance de l’Algérie.
5 août?Marilyn Monroe meurt de manière tragique et suspecte, trois jours avant son mariage avec Joe DiMaggio.
16 octobre?Crise des missiles de Cuba, qui dure 12?jours. La tension entre Etats-Unis et l’URSS est à son comble.
Economie?L’entreprise Tetra Pak invente le berlingot.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...