1972: Lavaux sauvé du béton

Les 250 ans de 24heuresFranz Weber part en campagne pour préserver le plus beau vignoble du monde.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lavaux, entré le 22 juin 2007 au patrimoine de l’Unesco, peut remercier un homme clairvoyant et bien intentionné, longtemps accusé à tort d’être à la solde des promoteurs: Franz Weber. Sans ses réflexions de 1970, le somptueux terroir en terrasses aurait pu devenir la chaotique mosaïque béton-verdure qu’annonçait, à l’Exposition nationale de 1964, un saisissant photomontage géant réalisé par les aménagistes du territoire. Le vigneron Edmond Chollet, syndic de Villette, se demandait comment éviter que les villas ne grignotent le vignoble de sa commune. En faisant la part du feu, conclut-il. Faute de pouvoir arrêter le fleuve de béton, on allait l’endiguer; sacrifier une petite parcelle pour sauver l’ensemble.

C’est ainsi qu’en 1972 un projet raisonnable – 43 habitations contiguës accolées au bourg de Villette, au bas de la somptueuse pente aux vignes en terrasses – déclenche la croisade de Franz Weber pour une protection totale de Lavaux. Bataille à rebondissements qui, quarante ans après, n’est pas terminée.

Impressionnés par les succès du journaliste bâlois de Paris en Engadine et aux Baux-de-Provence, quelques vignerons opposés à ce bâti long de 270 mètres, haut de 18, l’appellent au secours. Weber n’est pas encore activiste à plein-temps; il vit de ses articles pour les grands magazines et n’a pas encore totalement mis au point sa méthode rouleau compresseur. Il crée l’Association Sauver Lavaux et commence par une pétition. Mais Berne «tiroirise» prestement ces 103 000 signatures qui réclament que soient classés vignoble et villages de Lausanne à Vevey.

Patrimoine commun
A Villette, projet toujours en cours, la Municipalité remet la décision aux citoyens: c’est oui, par 154 voix contre 116. L’année 1972 se termine sur ce feu vert, qui cependant va provoquer un développement inédit, préfigurant une partie de l’action future des mouvements écologistes. Arguant que Lavaux n’appartient pas qu’à ses habitants mais fait partie du patrimoine commun (la pétition ignorée par Berne avait été largement signée jusqu’en Suisse alémanique), Franz Weber lance en avril 1973 une initiative populaire cantonale pour la protection intégrale de Lavaux; il ne se doute pas qu’elle n’est que la première de trois batailles devant le peuple.

C’est, effectivement, une première en Suisse: jamais cet instrument de la démocratie directe n’avait été mis au service de la protection d’un site. Franz Weber affirme (Des montagnes à sauver, Editions Pauvert, 1976) avoir fourbi cette arme dans le plus grand secret, seul avec son avocat lausannois, le redoutable Me Jean Lob, afin de couper court à toute tergiversation de la part de vignerons «champions de la nuance». Bousculés par tant d’audace, ils soutiennent le Bâlois provocateur, catalyseur des énergies et aussi des haines. A Villette, un de ses adversaires avait foncé sur lui en brandissant une masse…

Après une récolte de signatures houleuse, Weber en dépose 28 000 au lieu des 12 000 nécessaires. Mais le peuple vaudois devra attendre quatre ans pour accepter la protection de Lavaux, en juin 1977, par 57% de oui. Un tournant dans la protection de la nature et du patrimoine. Dans Une heure en Lavaux (Editions Xenia, 2011), le journaliste Bertil Galland, pugnace opposant de Weber à l’époque, le rejoint finalement dans la défense de la protection absolue du paysage, à l’image de ce qui fut fait il y a plus de cent ans pour la forêt suisse, et qui l’a sauvée. «Il faut mettre fin, une fois pour toutes, aux pressions, démarches et manœuvres incessantes [pour] exploiter les failles d’une législation partiellement protectrice.»

En 2003, jugée superflue, cette clause disparaît de la nouvelle Constitution cantonale, pour y être réintroduite en 2005 par plus de 80% des votants. C’était «Sauver Lavaux II». En attendant, car les atteintes au site se poursuivent, «Sauver Lavaux III» a été déposée le 7 août 2009, et pas encore soumise au peuple en 2012. (24 heures)

Créé: 30.10.2012, 22h03

Dossiers

Sans Weber, que seraient devenues les terrasses de Lavaux? (Image: Gérald Bosshard)

Cette année-là...

30 janvier: Bloody Sunday en Irlande du Nord: 14 personnes sont tuées durant une marche pour les droits civiques.

21 février:  En Chine, le président américain Richard Nixon fait ami-ami avec Mao Zedong.

10 avril:  La Feuille d’Avis de Lausanne devient 24 heures.

17 juin: Cinq hommes sont surpris en train de poser des micros au siège du Parti démocrate américain. Scandale dit du Watergate, qui coûtera sa place à Richard Nixon.

5 septembre:  Aux Jeux de Munich, une prise d’otages fait 11 morts dans l’équipe israélienne.

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...