1996: Henri Dès à l’Olympia

Les 250 ans de 24 heuresLe chanteur pour enfants remplit les salles et accumule les disques d’or

Henri Dès et sa femme Marie-Josée devant l'Olympia de Paris, en 1996

Henri Dès et sa femme Marie-Josée devant l'Olympia de Paris, en 1996 Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’Olympia 1996? Un millésime excellent dans la mémoire d’Henri Dès. Le marqueur d’un succès aussi régulier qu’extraordinaire, fonctionnant au bouche-à-oreille: tous les deux ans, le chanteur sortait un nouveau disque, agendait deux dates de plus à sa série à l’Olympia – entre le 18 décembre et le 5 janvier – et enchaînait avec ses tournées Zénith, Belgique, Suisse, Canada. Pourtant, l’aventure olympienne avait commencé, en 1986, de façon tout simplement catastrophique. Repéré dans une salle de banlieue par Jean-Michel Boris, directeur artistique de l’Olympia, Dès était tout heureux de retrouver en solo la salle où il n’avait fait, jadis, qu’un lever de rideau d’Adamo.

Trois dates! A la première, dans la salle de 1800 places, dix-huit fauteuils étaient occupés. Le second soir, vingt-huit spectateurs. Et soixante pour terminer. Le genre de bide dont on ne se remet pas. Sauf que le talent d’Henri Dès n’y était pour rien: c’était l’année de la série d’attentats terroristes à Paris, juste après les 7 morts et 55 blessés au magasin Tati. Les parents n’étaient pas chauds pour emmener les mouflets au théâtre.

Sept dates au lieu de trois
Pour accompagner la sortie du disque suivant, même les salles de 300 places ne veulent plus d’Henri Dès. Il appelle Boris… qui lui impose sept dates au lieu des trois que le chanteur osait espérer. Début de la série magique au boulevard des Capucines. En 1996, quinze concerts. La bande-son a depuis longtemps été remplacée par de vrais musiciens; un comédien vient jouer Merlu le trouble-fête, qui fait mine de perturber le spectacle; parents et enfants se gondolent.

La Cassette vidéo d’Or – récompensant l’enregistrement de ses spectacles à l’Olympia en 1996 – rappelle à Henri Dès une irrésistible ascension qui ne doit rien au système du show-biz. Ni les radios ni les télés ne donnent au chanteur pour enfants la notoriété accordée aux autres artistes, et les chansons de Dès ne figurent jamais sur aucune playlist.

Fasciné par l’efficacité du réseau social – avant Facebook et autres Twitter – Henri Dès en tire la leçon. Lui qui vend 100 000 exemplaires de chaque disque (environ 4,5 millions au total) voit dans le succès déjà atteint en 1996 une illustration de sa méthode empirique. Résumée en une phrase: ne pas croire aux recettes toutes faites et réfléchir autrement.

Après le terrible creux de vague de 2008 – son dernier Olympia –, alors que tous les artistes voient chuter les ventes de CD et le nombre de spectateurs (les grandes salles Zénith se scindent en trois ou quatre petits «cabarets»), Dès mise sur iTunes, puis sur YouTube. La gratuité! Elle devrait logiquement tuer définitivement les ventes; si on peut voir Henri Dès à l’œil, pourquoi payer pour l’écouter? Parce qu’on aime ce qu’on a vu, sans doute. En tout cas, il est formel, les chansons les plus vues sur internet sont aussi les plus achetées, tant sur CD que par téléchargement.

Sa webradio cartonne
Dans cette logique qui contredit le dogme, Henri Dès pousse le bouchon encore un peu plus loin en 2012. En une semaine, il crée sa webradio. Et ça démarre tout seul. Radio-henrides.net diffuse ses 250 chansons de façon aléatoire, 24 heures sur 24. Pas de bla-bla, pas de pub.

Le matin, le chanteur va voir sur l’écran, parfois pendant des heures, toute la nuit, où on l’écoute: Cambodge, Etats-Unis, Suisse, Italie, France ou Grande-Bretagne… «Tout doucement dans la chambre de l’enfant?» se demande-t-il, songeur. Et l’audience croît, dans 1450 villes de 87 pays (fin octobre 2012). Et les ventes par téléchargement augmentent. Par le bouche-à-oreille. Comme pour l’Olympia et les Zénith en 1996. Son ordinateur est son labo, il expérimente, observe avec passion le monde qui change de peau, essaie des trucs nouveaux. Et s’est remis à écrire. Le CD a beau se casser la figure, il en prépare un nouveau pour 2013. Le responsable de sa propre maison de production, Eric Jiroux, lui a dit: «On ne va pas vendre? Aucune importance, fais-nous un beau disque!» Aussi, Henri Dès, 72 ans, refuse-t-il l’invitation de l’animateur Thierry Ardisson à l’émission des anciennes gloires Tout le monde en a parlé. Très peu pour lui!

Créé: 03.12.2012, 22h07

Dossiers

Cette année-là...

7 mars  Ciba et Sandoz fusionnent et forment Novartis, deuxième groupe pharmaceutique mondial.

18 mars Le Conseil fédéral divise les PTT en deux entités: La Poste et Swisscom.

2 mai L’Association suisse des banquiers et le Congrès juif mondial créent une commission d’enquête sur les fonds en déshérence dans les banques.

31 juillet Aux JO d’Atlanta, le Vaudois Pascal Richard remporte la médaille d’or en cyclisme sur route.

22 octobre 15 000 paysans manifestent à Berne.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.