200 interventions par an pour les superflics vaudois

SécuritéLa Police cantonale révèle quelques détails de son unité d’élite, le DARD, composée de 25 agents

Braquages et prises d'otages font partie des missions du DARD. Comme en 2010, lors de l'attaque d'une bijouterie à la Vallée-de-Joux.

Braquages et prises d'otages font partie des missions du DARD. Comme en 2010, lors de l'attaque d'une bijouterie à la Vallée-de-Joux. Image: Olivier Allenspach

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Non, ce ne sont pas des «surhommes», mais des hommes avec une «excellente condition physique», un «très bon mental» et «une remarquable maîtrise de leurs nerfs». C’est la police cantonale vaudoise elle-même qui le dit à propos des membres du DARD, son Détachement d’action rapide et de dissuasion. Elle a d’ailleurs décidé de lever un peu plus le voile sur cette unité d’élite, qu’elle qualifie elle-même d’«unité spéciale».

Les 25 gendarmes du DARD interviennent environ 200 fois par année. Moyenne d’âge: 36 ans. Ils y restent entre dix et quinze ans, indique la police cantonale dans le dernier numéro de «PolCant Info», son magazine trimestriel.

«La majorité des interventions concerne les interpellations de personnes armées ou susceptibles de l’être»

«Dans la pratique, la majorité des interventions concerne les interpellations de personnes armées ou susceptibles de l’être, les transferts de détenus et les opérations ciblées dans le milieu du trafic de stupéfiants», écrit la police cantonale. Prises d’otages, attentats ou braquages sont aussi de leur ressort. Parmi les dernières interventions en date, on se souvient par exemple du drame de Payerne en avril, lorsqu’un homme avait tiré sur son épouse et son fils.

L’équipement du DARD? Fusils d’assaut, fusils à pompe, fusils longue distance, pistolets, gilets pare-balles, casques et boucliers balistiques. D’ailleurs la police a augmenté le nombre de ses «armes longues» après les derniers attentats en Europe. «Par armes longues, nous entendons les fusils, fusils d’assauts, etc., par opposition aux armes de poing», explique l’adjudante Florence Maillard, porte-parole de la police cantonale. «Pour des raisons de sécurité, nous ne donnons pas davantage d’informations sur l’armement du DARD.» (24 heures)

Créé: 18.07.2018, 21h01

Articles en relation

Un forcené interpellé par la police à Chavornay

Faits divers Impressionnante intervention des forces de police samedi dernier à Chavornay, où tout un quartier a été bouclé. Un père de famille menaçant, poursuivait son fils avec un bâton. Le DARD est intervenu. Plus...

L’«archer d’Ependes» écope de 8 mois

Procès L’homme qui avait troublé le village d’Ependes en mai 2014, au point d’être maîtrisé par le DARD, s’en tire avec un traitement psychologique. Plus...

Plainte pénale contre le porte-parole de la police vaudoise

Justice Le commissaire Jean-Christophe Sauterel est poursuivi pour avoir révélé le passé judiciaire de l'homme arrêté par erreur par le DARD. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...