Passer au contenu principal

Il y a 800 communautés religieuses dans le canton

Pour la première fois, la diversité spirituelle du canton a fait l’objet d’un recensement. Une expo à Lausanne le présente en images.

L'Espace Arlaud présente une exposition de photos réalisée par des étudiants de l'ECAL. 17 d'entre eux ont suivi autant de communautés religieuses vaudoises. Ici, des fidèles du Temple hindou Sri Katpaga Vinayagar de Prilly.
L'Espace Arlaud présente une exposition de photos réalisée par des étudiants de l'ECAL. 17 d'entre eux ont suivi autant de communautés religieuses vaudoises. Ici, des fidèles du Temple hindou Sri Katpaga Vinayagar de Prilly.
ECAL/CYNTHIA AMMANN

Qu’est-ce que le tocoïsme? Beaucoup de Vaudois l’ignorent peut-être. C’est un courant chrétien, né en Angola à la fin des années 40, qui dispose d’une petite communauté de fidèles dans le canton. Chaque dimanche, ils sont une vingtaine à se réunir dans la salle capitulaire de la cathédrale de Lausanne pour un culte donné en français et en portugais. C’est une première. Un recensement vient d’être réalisé afin de mieux connaître la diversité des communautés religieuses vaudoises. On apprend qu’elles sont au nombre de 785, et qu’elles recouvrent, outre le tocoïsme, des courants aussi divers et méconnus que le martinisme, le néo-hindouisme ou encore le kardécisme, qui prospèrent à côté du protestantisme réformé et du catholicisme romain.

«La diversité religieuse est une des dimensions de la diversité culturelle. Mieux la connaître est une manière de favoriser le vivre ensemble»

Commandité et financé par l’État de Vaud, cet inventaire a été réalisé sur une année par le Centre intercantonal d’information sur les croyances (CIC), qui avait déjà fait un travail similaire à Genève. Les données qui en sont issues sont présentées depuis jeudi à Lausanne, à l’Espace Arlaud, dans une exposition à la fois didactique et photographique. Les recherches du CIC ont en effet été complétées en images par 17 étudiants de l’ECAL qui ont chacun suivi une communauté distincte pendant plusieurs mois.

«La diversité religieuse est une des dimensions de la diversité culturelle. Mieux la connaître est une manière de favoriser le vivre ensemble», plaide Brigitte Knobel, directrice du CIC. Reste que l’inventaire montre que 91% des communautés recensées, soit 714, sont chrétiennes, dont plus de la moitié (383) sont protestantes réformées. Au nombre de 152, les communautés catholiques romaines sont moins nombreuses, même si elles totalisent le plus de fidèles chrétiens.

Richesse des minorités

Parmi les traditions minoritaires, qui se sont développées avec les vagues de migration à partir des années 50, l’islam est le plus présent. Il compte 24 communautés, dont une seule est chiite, deux soufies, tandis que la majorité se réclame du sunnisme. L’ésotérisme affiche aussi une grande diversité avec pas moins de 15 communautés, dont une bonne part de loges maçonniques, aussi discrètes qu’actives.

Ésotériques aussi, l’Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem, le mouvement Rose-Croix et la théosophie ont aussi des adeptes, mais ils seraient en voie de disparition, faute de relève. Celle-ci est peut-être assurée par des courants plus récents dans le canton, comme le Falun Gong, venu de Chine, ou le Sûkyô Mahikari japonais, mais aussi par le néo-chamanisme, qui ne compte pas moins de trois communautés. Le recensement du CIC montre encore que sur 475 édifices religieux, un seul n’est pas chrétien, la synagogue de Lausanne. Les autres lieux de culte, au nombre de 172, sont des locaux réaménagés, comme des commerces, des logements ou des hangars, voire des boîtes de nuit.

«Nous avons été surpris du bon accueil que nous avons reçu des communautés contactées, car certaines sont connues pour être discrètes. Seule une trentaine n’a pas souhaité figurer dans ce recensement», précise Brigitte Knobel. À elles seules, les photographies exposées à l’Espace Arlaud témoignent de la volonté ou de la réticence à se mettre en scène des différents groupes religieux. Leur éclairage, comme celui du CIC, n’en est pas moins fascinant.

----------

«Credo» Exposition à l’Espace Arlaud, à Lausanne, jusqu’au 11 novembre

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.