A Lausanne aussi, on gèle des terrains constructibles

LATUne zone réservée de 76 hectares a été validée par les élus, mardi soir.

La zone concernée est concentrée aux Râpes.

La zone concernée est concentrée aux Râpes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’affaire est presque devenue habituelle hors des villes. Lausanne pratique en revanche fort rarement le changement de statut de portions de son territoire. C’est pourtant ce qui s’est officiellement passé mardi soir, au Conseil communal.

Les élus ont validé l’établissement d’une zone réservée communale dans un secteur allant de Pra Roman à Montblesson. Comprendre: figer les possibilités de construction dans le périmètre touchant à Pra Roman, Vers-chez-les-Blancs, Chalet à Matthey, Flon Morand et Montblesson. Cela en raison de la fameuse loi sur l'aménagement du territoire (LAT) et l’exigence qui en découle de faire correspondre zones à bâtir et perspectives de croissance. Avec, aussi, la nécessité de développer les constructions dans les centres urbains.

Lausanne, 146'000 habitants et cœur de l’agglomération Lausanne-Morges, n’est pour autant pas entièrement urbaine. Une partie de ses zones foraines doivent ainsi, selon la LAT, changer de statut, du moins temporairement. Aujourd'hui, plus de 2600 habitants pourraient s'y installer, alors que le potentiel d’accueil pour la zone foraine est limité à 502 nouveaux habitants.

La détermination définitive du statut de chacune de ces parcelles viendra avec le futur plan général d’affectation de la Ville (désormais appelé plan d’affectation communal). La «réserve» actuelle connaîtra son sort dans les 5 à 8 ans.

Le syndic socialiste, Grégoire Junod, a insisté: c’est la loi fédérale et le Canton qui dictent les règles du jeu. Une explication que l’immense majorité des élus comprend. Mais le député et conseiller communal PLR Guy Gaudard, habitant de Vers-chez-les-Blancs, s’est dit «très remonté» contre ce dézonage.

Il estime que ce secteur des Râpes est défavorisé et a été choisi arbitrairement par les autorités, qui auraient en prime sciemment préservé des terrains publics. Il s’inquiète pour les propriétaires qui perdent aujourd’hui, du moins provisoirement, leurs droits sur leurs biens. Il souhaite aussi connaître le dédommagement que ces personnes pourraient obtenir.

Grégoire Junod n’a pas caché son agacement, traitant Guy Gaudard d’irresponsable qui chercherait uniquement à brosser ses électeurs dans le sens du poil. Il en veut pour preuve que le député est bien placé pour savoir que «la marge de manœuvre de Lausanne est nulle en la matière», puisque très largement du ressort du Canton. C’est aussi le cas des indemnités, a-t-il ajouté. Il a aussi rappelé que sur les 76 hectares concernés, la moitié est propriété de la Ville.

Un paradoxe s’est aussi fait entendre lorsque Guy Gaudard a, dans une même intervention, déploré que les autorités laissent faire une construction de 86 logements sur un de leurs terrains dans ce secteur, tout en accusant la Municipalité de vouloir faire des Râpes une «réserve d’indiens».

Cette construction autorisée, tout comme, ici et là, le maintient de petites zones hors de la réserve, ont fait tiquer plus d’un élu, notamment chez les Verts et au Centre. Des parcelles sont en effet passées entre les gouttes, en tant que «coups partis». Des terres, en somme, où des projets concrets étaient trop proches d’une réalisation pour qu’on les gèle.

Oui, «quelques privés ont été ménagés», a admis Grégoire Junod. Qui n’a pas caché que le Canton avait d’ailleurs été plus gourmand en terres à figer que ce que les autorités lausannoises avaient proposé. Il a enfin souligné que cela est indéniable: comme partout, des individus perdront gros dans ces opérations. Mais, conclut-il, ceux qui n’ont pas de terrain à bâtir dans le secteur sont «ravis» qu’on le préserve.

Créé: 28.01.2020, 22h05

Articles en relation

Projets de constructions bloqués, la grogne couve

Lausanne La Ville n’échappe pas à l’application de la loi sur l’aménagement du territoire. Sa partie nord est désormais une zone réservée. Plus...

Les zones réservées figent le territoire

Aménagement Plusieurs communes ont recours à cette mesure provisoire pour bloquer les constructions. Les permis de construire sont refusés en bloc. Plus...

75% des communes devront réduire leurs zones d'habitation

LAT Trois localités sur?quatre sont obligées de réduire leurs réserves de?zone à bâtir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...