Adèle Thorens en tête, Olivier Français attend le retrait de l’UDC

Conseil des ÉtatsPour assurer une réélection au deuxième tour du Conseil des États, le sénateur PLR doit trouver près de 20'000 suffrages.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’histoire se répète dans les grandes lignes pour Olivier Français: troisième il y a quatre ans au soir du premier tour de l’élection au Conseil des États, il termine aussi troisième ce dimanche soir. La grande gagnante, c’est la Verte Adèle Thorens, qui décroche la première place avec 39,9%, à peine plus de 400 voix devant la socialiste Ada Marra (39,7%). Olivier Français, lui, pointe à 29,2%.


Éditorial: Un plébiscite Vert qui doit dépasser l’effet Greta Thunberg


La vague verte, qui s’observe au Conseil national et au niveau suisse, est également bien visible dans le canton de Vaud pour le Conseil des États. Adèle Thorens termine en tête dans 96 villes et villages. C’est quatre fois mieux que l’écologiste Luc Recordon il y a quatre ans. Olivier Français, lui, augmente légèrement: en première place dans 80 communes en 2015, contre 89 cette fois-ci. Ada Marra, en revanche, finit première dans 95 localités, contre 180 pour Géraldine Savary il a quatre ans.

Cliquez ici pour agrandir

Et donc résultat: rebelote pour Olivier Français et le Parti libéral-radical (PLR). Ils vont devoir de nouveau demander le soutien de l’UDC pour maximiser leurs chances au deuxième tour. L’UDC avait dit non en 2015, tout en renonçant à lancer un candidat au 2e tour. Mais ça n’avait pas empêché l’actuel sénateur de piquer le siège de Luc Recordon.

Pas de solution à deux

Malgré tout, le PLR espère une alliance, cette fois-ci. «Avec nos partis frères que sont par exemple l’UDC et les Vert’libéraux, c’est jouable, explique Olivier Français. Il faut voir comment je peux séduire leur électorat en mettant en valeur mon bilan, car la presse ne l’a pas fait pendant la campagne du 1er tour.»

Les libéraux-radicaux veulent donc que l’UDC renonce de nouveau à présenter un candidat. Car il est hors de question d’imaginer un ticket avec Olivier Français et un candidat UDC (Jacques Nicolet ou Michaël Buffat). «Un soutien serait le bienvenu, car si vous partez à deux vous risquez des biffages sur les bulletins de vote», explique Marc-Olivier Buffat, le président du PLR.

L’UDC se réunit ce lundi à Combremont-le-Grand pour choisir ce qu’elle fera. Jacques Nicolet, son président, explique que «tout est ouvert».

En chœur, la droite estime qu’Adèle Thorens et Ada Marra «ont fait le plein». Elles ne pourraient pas aller plus haut, car il ne resterait quasi plus de voix à disposition à gauche. Et donc les stratèges PLR expliquent qu’Olivier Français peut battre une des deux candidates du duo rose-vert comme il y a quatre ans.

Mais la situation est différente. Avec 53'000 voix, Olivier Français accuse un retard de 19'000 suffrages sur ses principales concurrentes. Il y a quatre ans, seules 14'000 voix le séparaient de Luc Recordon.

Vote des campagnes

Même avec ces chiffres, Adèle Thorens reste prudente. «Comme Verte, j’ai vécu des élections magnifiques, comme en 2007 (ndlr: les Verts vaudois passaient de deux à trois conseillers nationaux et Luc Recordon accédait au Conseil des États), mais aussi difficiles, comme en 2011 et 2015 (ndlr: perte d’un siège au Conseil national, puis échec de Luc Recordon). Une élection, ce n’est jamais du tout cuit.»

En regardant la carte où elle apparaît en tête dans un grand nombre de communes rurales, elle fait le lien avec une autre élection récente: «En mars, Rebecca Ruiz a déjà fait un bon score dans les régions périphériques pour le Conseil d’État.»

La socialiste lausannoise était effectivement en tête dans 147 villes et villages lorsqu’elle avait affronté l’UDC Pascal Dessauges en mars dernier. «On voit que les idées vertes et progressistes sont partagées par de plus en plus de personnes, ajoute Adèle Thorens. Au niveau national, nous faisons aussi des sièges en Valais, au Tessin et à Fribourg, dans des régions qui avaient la réputation d’être conservatrices.»

Paradoxe des villes de droite

Cette élection fait ressortir un paradoxe d’un certain nombre de communes de droite. La Municipalité et le Conseil communal y sont à majorité bourgeoise, et pourtant les citoyens votent à gauche pour le Conseil des États. C’est le cas d’Yverdon, de Montreux et d'Aigle. Y aurait-il une fracture entre les citoyens et leurs autorités communales? «Une telle conclusion serait hâtive, répond Frédéric Borloz, syndic PLR d’Aigle, réélu ce dimanche au Conseil national. L’effet de propagande des manifestations pour le climat ce printemps a été important, d’où ce résultat au Conseil des États. Mais prenez les résultats au Conseil national: le vote PLR dans des communes comme Montreux ou Aigle est sans appel.»

Créé: 20.10.2019, 23h30

Résultats

39,90%

Avec 72'416 suffrages sur 181'516 bulletins valables, la Verte Adèle Thorens Goumaz fait la course en tête, de justesse.

39,66%

Avec 419 suffrages de moins que sa colistière, la socialiste Ada Marra reste plus que jamais en position d’éligible au second tour.

29,23%

Le conseiller aux États PLR sortant Olivier Français a réuni 53'049 suffrages. Un score légèrement en retrait.

17,65%

Le président de l’UDC Vaud Jacques Nicolet, avec 32'054 suffrages, arrive loin derrière le trio de tête.

16,33%

Le conseiller national UDC Michaël Buffat fait moins bien que son colistier, en réunissant 29'639 voix.

12,11%

La Vert’Lib Isabelle Chevalley fait mieux qu’il y a quatre ans, mais ses 21'982 voix ne suffisent pas.

6,96%

Nouveau venu dans la course, le président des Verts’Lib, François Pointet, avec 12'634 voix, fait un score honorable.

3,71%

Le conseiller national PDC Claude Béglé réalise, avec 6730 suffrages, un moins bon score qu’en 2015.

3,52%

6393 voix, François Bachmann, PEV

2,51%

4557 voix, Franziska Meinherz, EàG

2,47%

4476 voix, Bernard Borel, POP

2,42%

4401 voix, Anaïs Timofte, POP

2,22%

4025 voix, Yvan Luccarini, EàG

Articles en relation

L'UDC vaudoise perd son 4e siège au bénéfice des Verts

#EF2019 Revivez ce dimanche d'élections fédérales dans le canton de Vaud avec notre live. Plus...

Une vague verte historique déferle sur la Suisse

Conseil national De Genève à Saint-Gall, les deux partis Verts engrangent plus de 20% des voix. Ils comptent bien mettre la question énergétique au cœur du débat. Mais les référendums rôderont Plus...

Élue à Berne, Jacqueline de Quattro va quitter le Conseil d’État

Vaud La ministre a dix jours pour présenter sa démission du gouvernement. Un boulevard s’ouvre pour la syndique de Payerne, Christelle Luisier, bien placée pour lui succéder. Plus...

Sophie Michaud Gigon: «Mes amis me ramènent sur terre»

La journée d'une candidate La Secrétaire générale de la FRC, candidate au Conseil national sur la liste des Verts, a gardé la tête froide dans la ferveur de la vague écologiste. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.