Après «Sauver Lavaux», les antiéoliens veulent sauver le Chasseron

AménagementLes crêtes du sommet vaudois et du Creux-du-Van sont en passe de devenir des symboles de lutte

Une vaste coalition d'opposants aux éoliennes ciblent les projets valdo-neuchâtelois qui s'égrainent entre la Chasseron et le Creux-du-Van. Ici Jean-Marc Blanc (Paysage-Libre Vaud) et Philippe Roch (ancien directeur de l'Office fédéral de l'Environnement).

Une vaste coalition d'opposants aux éoliennes ciblent les projets valdo-neuchâtelois qui s'égrainent entre la Chasseron et le Creux-du-Van. Ici Jean-Marc Blanc (Paysage-Libre Vaud) et Philippe Roch (ancien directeur de l'Office fédéral de l'Environnement). Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le paisible Jura vaudois est peut-être bien le cadre d’un prochain «Sauver Lavaux», aux allures de combat national. Mardi, au sommet de la montagne vaudoise, une coalition sans précédent d’opposants aux éoliennes (en bref: Paysage-Libre, Vol au Vent, la Fondation suisse pour le paysage, des élus, des militants, BirdLife, qui s’inquiète pour les chauves-souris, entre autres, Pro Natura Vaud et l’émanation de la Fondation Franz Weber Helvetia Nostra, ainsi que d’autres) a lancé l’opération «Sauvez Chasseron - Creux-du-Van». Un site Internet, une coalition, une pétition au Grand Conseil et tout un battage qui se veut l’héritier spirituel de l’emblématique combat écologiste des années 1970.

Concrètement, les antiéoliens de tous bords pointent du doigt un vaste secteur jusqu’ici épargné par le débat éolien et où les projets progressent discrètement. Et pas des moindres. Pour le canton de Vaud, c’est tout bonnement les deux plus gros projets de la planification qui sont visés (lire ci-contre). Pour Neuchâtel, les deux grands projets autour de Fleurier. Bref. Beaucoup trop pour les sceptiques de l’éolien, qui dénoncent à la fois les projets et leur trop grande concentration. Florilège. «On est dans des sites emblématiques. Le Creux-du-Van, c’est l’équivalent du Cervin ou des chutes du Rhin», lance Roman Hapka, de la Fondation pour le paysage. «Ce paysage est un patrimoine commun. Une soupape, une source de ressourcement et d’énergie, mais pas l’énergie que recherche un promoteur», tonne Pierre Cusin, président de l’opposition locale.

«Notre action est un équivalent de «Sauver Lavaux» dans le sens d’un appel au peuple»

En sachant que le combat des opposants est justement bien plus large. «Le débat ne doit pas être confiné au Tribunal fédéral, mais il doit être populaire. Veut-on des éoliennes dans ce cadre magnifique? Pour nous, ici, c’est un combat symbolique», avance le jeune Elias Meier, président de Paysage Libre Suisse. Un combat qui est également un changement stratégique: dans leurs précédents coups, les opposants s’attaquaient au projet dès sa mise à l’enquête. Désormais, après le cas de La Praz, devenu l’exemple d’un parc qui manque de tomber dans un village, les opposants voient les avantages de remettre en question des projets qui sont encore dans les cartons: «Notre action est un équivalent de «Sauver Lavaux» dans le sens d’un appel au peuple», avance d’ailleurs Anne Bachmann, chargée d’affaires d’Helvetia Nostra.

Vers une initiative fédérale

Au niveau politique, la coalition du Chasseron sous-entend qu’ils ne vont pas s’arrêter là. Les mots «initiative cantonale» circulent, tandis que la Fondation pour le paysage prépare son initiative fédérale «Paysage 2.0». «Ce n’est pas uniquement les éoliennes, mais on veut mieux protéger ce qui fait notre réputation et qu’on retrouve sur tous les calendriers: le paysage suisse, poursuit Roman Hapka. Il lui faut des moyens et des lignes claires. Là, il est attaqué à chaque session parlementaire.»

Une allusion notamment à la mise en application de la Stratégie 2050, dont l’enjeu sera de déterminer quelle prépondérance auront les hélices face aux zones protégées. D’où le lobbying actuel des défenseurs du paysage.

Ironie de l’histoire, le secteur que les opposants dénoncent pour son absence de coordination («la décharge éolienne de Suisse romande») a en fait été soigneusement agencé par les pouvoirs publics, en 2012: pour préserver le Creux-du-Van, Vaud avait renoncé à plus d’une dizaine de mâts dans le secteur. «Le paysage et la faune ailée ont de même fait l’objet d’études poussées, défend Denis Rychner, chargé de communication de la Direction générale de l’environnement. Des représentants neuchâtelois et français étaient dans le comité de pilotage de l’étude. Et rappelons que le développement des sites se réalise en fonction du potentiel de production. Ce secteur s’avère particulièrement bien exposé, nous sommes dans les principes de la conception éolienne fédérale.» Une question nationale donc.

Créé: 08.05.2018, 20h39

Des piliers de la transition vaudoise

Bien visé. Si la planification cantonale vaudoise compte sur un total de 19 parcs pour ses objectifs d’énergie éolienne en 2035, seuls trois ou quatre d’entre eux dépassent le gabarit de la poignée de mâts, constituant ainsi des piliers du projet cantonal. Or, deux sont dans le viseur du plan de contestation lancé mardi entre le Chasseron et le Creux-du-Van. C’est Grandsonnaz et Provence, 34 machines au total. Leur production estimée est de 243 GWh annuels, soit 20% de la planification vaudoise.

Les opposants visent également un parc qui a déjà passablement souffert. Provence, aux mains de la Romande Energie, a en effet perdu 11 mâts de ses 40 mâts initialement prévus lors des négociations de 2012 avec Neuchâtel. S’y est ajoutée l’armée en 2016, dont les radars ont nécessité plusieurs négociations, études, et modifications du projet qui se limite, aux dernières nouvelles, à 17 éoliennes. Sa mise à l’enquête est attendue prochainement. De même pour Grandsonnaz. Quant au projet de Grandevent, il n’a pas encore passé l’étape d’examen préliminaire.

La région du Chasseron [cliquer sur l'image pour l'ouvrir], site vaudois emblématique, est également un secteur fourni en vent et en projet éoliens. Les deux piliers de la transition énergétique vaudoise y sont prévus: les parcs de Provence et de Grandsonnaz. (Image: Jean-Paul Guinnard)

Articles en relation

Comment faire aboutir un projet éolien en sept étapes

Energie Pendant qu’on se déchire autour des projets éoliens vaudois, ailleurs on étudie ce qui rend les hélices acceptables par les riverains. Une science qui pourrait éviter bien des écueils. Plus...

«On pourrait forcer le changement, mais le vent est en train de tourner»

Transition énergétique Passé le choc de l’échec à quelques voix près du parc éolien du Mollendruz, Jacqueline de Quattro défend sa méthode. Plus...

Du Chasseron, la vue s’étend à 360° sur le Plateau vaudois

Panoramas vaudois (3/6) Coup d’œil sur quelques-uns des plus beaux paysages du canton. Plus...

Le Creux-du-Van va être en partie fermé au public

Jura vaudois Vaud et Neuchâtel sortent leur plan pour protéger le cirque rocheux contre l’afflux massif de VTT et de randonneurs. Plus...

Un plan intercantonal pour protéger le Creux-du-Van

Nature Vaud et Neuchâtel mettent en consultation une série de mesures pour mieux préserver le fameux site jurassien. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.