Planète Santé a la fièvre, à la veille de son ouverture

ReportageLa 2e édition du grand raout jeudi à l’EPFL. Visite sur les stands en plein montage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tout semble calme aux abords du SwissTech Convention Center de l’EPFL en ce lundi matin. Pas de camions en vue, pas de va-et-vient incessants de personnel.

Joyeuse cacophonie

Une fois passée la porte vitrée automatique, l’ambiance change radicalement. Perceuses, visseuses, marteaux et autres outils accueillent le visiteur dans une joyeuse cacophonie. Les ouvriers sont à pied d’œuvre depuis 7 h du matin et la plupart ont travaillé tout le week-end.

Avec ses 80 stands, le salon requiert pas moins de cinq jours de montage. «Nous avons déjà mis en place les infrastructures générales de la plupart des stands, explique Ludovic Coffy, monteur préparateur chez Mathys SA, entreprise spécialisée dans ce type de réalisation. Nous sommes une vingtaine à travailler ici ces jours, car nous nous occupons aussi de réaliser et de personnaliser trois gros stands: celui du CHUV, de la Clinique de La Source et des HUG.»

Et la tâche est loin de se limiter à visser des panneaux ou poser de la moquette. «Sur le stand du CHUV, nous avons 100 m2 de parquet, poursuit le monteur. Sur celui de La Source, il y a deux types de parquets différents.» Sans oublier la fabrication d’une rampe spéciale pour y glisser les 500 kg de l’IRM sur roulettes!

Câblage délicat

A Planète Santé, la plupart des exposants ont vu les choses en grand. «Avec les arrondis de certains stands ou les affichages à quatre mètres de hauteur, on se fait plaisir», poursuit Ludovic Coffy. Monteurs, décoratrices et tapissières s’affairent sur les deux étages d’exposition.

Au niveau Garden (–1), Fabienne Evans, décoratrice chez Imagine à Ecublens, regarde l’immense table ronde du stand Adent, faite tout spécialement pour l’occasion. Le plus long à mettre en place n’est clairement pas le mobilier ni la déco: «C’est le sol. Sous le lino, il faut faire passer tous les câbles et surtout ne pas en oublier!» Un avis partagé par les autres ouvriers interrogés ce matin-là. (24 heures)

Créé: 23.11.2016, 22h09

Devenez expert, chirurgien, acteur ou… ex-fumeur!

Pour sa 2e édition, le salon a mis l’accent sur l’expérimentation. Ainsi, vous pourrez vous rendre…

… dans un cerveau L’EPFL vous propose de visiter un cerveau géant et de comprendre ainsi les effets de certaines maladies sur les neurones.



… à la plage La Ligue contre le cancer a fait installer une vraie plage (avec 200 kg de sable) avec cabines et parasols. Une maquette de peau géante vous permettra de voir les effets du soleil sur votre derme.

… sur une scène de crime Le Centre universitaire romand de médecine légale vous propose de jouer aux experts sur une vraie scène de crime.

… au cinéma L’Etat de Vaud vous traite en véritable star. Devenez acteur des décisions médicales vous concernant. Devant un fond vert, vous pourrez être filmés et intégrés dans une vidéo vous mettant dans différentes situations délicates.

… à l’hôpital Le CHUV remet le «quantified self» (la mesure de ses propres paramètres) au centre des débats. Il vous emmène à l’hôpital (et chez vous) pour comprendre l’utilité du monitoring, mais aussi ses limites. Ne pas se fier aveuglément aux chiffres, aux normes, aux appareils connectés. Afin de mieux comprendre la subjectivité de certaines mesures, le laboratoire l’Eprouvette vous torture gentiment avec des impulsions électriques et vous propose également de plonger votre main dans un bac de glaçons.

… en salle d’opération Si vous n’avez pas froid aux yeux, la Clinique de La Source vous transforme en neurochirurgien, le temps d’une opération délicate de la colonne vertébrale.

… dans un poumon La Ligue pulmonaire vous emmène dans un poumon géant, à la découverte de la respiration et de ce qui l’entrave. Le photomaton SmokeFree vous permet de voir votre mine grisâtre (ou pas) dans vingt ans, si vous continuez (ou arrêtez) de fumer

… au service de nounoursologie Un nounours qui perd la tête? Pas de panique, les étudiants en médecine de Lausanne et Genève ont une solution pour guérir la peluche souffrante.

… chez Jean-Paul Le mannequin de la Haute Ecole de la Santé La Source va avoir besoin de (vos) soins.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...