Collectez des fourmis, vous aiderez la science

VaudUn recensement inédit et participatif contribuera à inventorier la centaine d’espèces de formicidés présentes aux quatre coins du canton.

On estime à une petite centaine le nombre d'espèces de fourmis qui gambadent aux quatre coins du canton de Vaud.

On estime à une petite centaine le nombre d'espèces de fourmis qui gambadent aux quatre coins du canton de Vaud. Image: @ Bart Zijlstra

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Faire avancer la recherche et les connaissances sur les fourmis… à pas de géant. C’est ce que proposent des scientifiques et passionnés réunis autour d’un vaste et inédit projet de recensement des colonies de formicidés du canton de Vaud. Une première.

«Projet mûrement et longuement réfléchi depuis environ un an», déclare Aline Dépraz, sa coordinatrice, l’«Opération Fourmis» va déployer ses ailes à la fin du mois. Ses résultats seront connus dans quelques mois. Selon le myrmécologue du Département d’écologie et évolution (DEE) de l’Université de Lausanne (UNIL) Laurent Keller, «on estime qu’il y a une petite centaine d’espèces sur Vaud et 140 en Suisse. 14'000 sont connues dans le monde, mais il est probable qu’il y en ait près du double».

Le concept s’accompagne d’une démarche participative, phénomène qui n’est pas nouveau, mais essentiel ici. L’idée est d’impliquer de nombreux passionnés de la nature - curieux comme béotiens - dans la recherche d’espèces et récolte d’individus, que ce soit dans les prairies ou jardins privatifs, au bord du Léman ou sur les pentes des Préalpes, sur les parkings ou lisières de forêts.

«Cette aide va considérablement nous faire avancer et surtout nous aider à couvrir tous les territoires, y compris jardins et cuisines auxquels nous n’avons évidemment pas accès», renchérit Aline Dépraz, biologiste de profession et chargée de projets à l’UNIL.

Formation et kits gratuits

Informations et formation à la récolte des fourmis seront données le samedi 27 avril de 14h à 17h au Jardin botanique de Lausanne. «Ça s’adresse en effet à tout le monde, on ne demande pas de compétence technique particulière», poursuit la scientifique. Des ateliers sont prévus avec la première chasse in situ.

Des kits gratuits – 3000 ont été préparés – seront distribués. Ils contiennent notamment 8 tubes avec alcool, une fiche sur laquelle remplir adresse et coordonnées géographiques de la collecte, etc. Avec encore tous les renseignements pour l’envoi des échantillons. Un site web est dédié.

«En parallèle, des entomologistes spécialisés aidés par des assistants de terrain formés vont procéder à un inventaire planifié sur la base d’un protocole standardisé», ajoute Tanja Schwander, une des instigatrices du projet et professeure associée au DEE.

Autour de Forel

L’idée de ce grand inventaire vaudois a germé dans la fourmilière foisonnante de la Société vaudoise de Sciences naturelles (SVSN), laquelle célèbre en 2019 ses 200 ans d’existence.

Pour marquer le coup, son président Vincent Sonnay et sa vice-présidente Aline Dépraz voulaient monter un grand projet en relation avec les travaux du myrmécologue – entre autres – vaudois mondialement connu, Auguste Forel (lire encadré).

«Nous avons approché l’UNIL et le Musée de zoologie de Lausanne. Un comité scientifique de quelque dix personnes a été créé pour mener à bien le projet», note Aline Dépraz.

Outre les bras et l’aide des Vaudois sur le terrain, il fallait une manne financière pour accélérer l’ambitieuse opération. «La démarche a été rendue possible grâce un don de 350'000 francs au DEE, soit la moitié du legs «Pierre Rullens» qui a été fait à l’UNIL, précise la coordinatrice. «Une autre partie de la somme sera dévolue à la formation de futurs myrmécologues», indique Tanja Schwander.

Le recensement participatif s'étendra au moins jusqu’à fin septembre. «On pourrait trouver 80 espèces, 100 si nous avons beaucoup de chance. On espère ensuite pouvoir toutes les identifier sur le laps de temps d’une année», dit Anne Freitag, conservatrice des invertébrés au Musée de zoologie, qui conserve déjà plusieurs espèces.

Selon la myrmécologue, «certaines espèces seront aisément reconnaissables à la loupe, d’autres plus complexes nécessiteront des outils plus pointus, y compris des analyses ADN». Mais ce ne sera peut-être pas suffisant puisque, d’après Tanja Schwander, les espèces les plus complexes à déterminer, peut-être jusque-là inconnues sur Vaud, seront envoyées dans différents pays européens, auprès de spécialistes des formicidés à la renommée internationale.

Collectées, étudiées, conservées

Un peu plus loin au bout de la chaîne vaudoise, Cleo Bertelsmeier, professeure assistante au DEE, oeuvrera sur l’échantillonnage: «L’impact de l’homme - à travers l’urbanisation et l’utilisation des sols - sur la répartition des différentes espèces de fourmis, la composition des communautés et leur migration, et encore bien d’autres pistes seront abordées.»

Quand toutes les études auront été menées, «les spécimens collectés seront ensuite tous conservés dans les collections du Musée de zoologie de Lausanne. Toutes les données seront transmises à terme et utilisables par tout un chacun, particulièrement via le Centre suisse de la cartographie de la faune», conclut Anne Freitag. (24 heures)

Créé: 23.04.2019, 11h00

Forel, de la fourmi au billet de 1000

Né à Morges le 1er septembre 1848, Auguste Forel s’est paisiblement éteint le 27 juillet 1931 à Yvorne, dans sa villa baptisée par sa femme, «La Fourmilière». La presse de l’époque indique que le grand homme a succombé à une fatigue généralisée. Proche des idées de gauche, il fut jusque-là un touche-à-tout infatigable, curieux de tout, un grand savant vaudois: médecin, psychiatre, entomologiste… mais aussi chantre de l’hygiène raciale.


Passionné par les petites espèces dès la prime enfance, le Morgien, docteur en médecine, obtint une reconnaissance nationale, puis internationale grâce aux formicidés. En 1869 déjà, il publiait une première étude sur l’instinct meurtrier de la Solenopsis fugax. Trois ans plus tard, son ouvrage «Les fourmis de la Suisse» lui octroya le prix Schläfli de la Société helvétique des sciences naturelles, toujours attribué de nos jours.


Le myrmécologue fut l’un des membres illustres de la Société vaudoise de sciences naturelles, fondée il y a 200 ans par un collège de huit naturalistes vaudois. Parmi lesquels le Veveysan Louis Levade, abbé-président de deux Fête des Vignerons, et le glaciologue de Bex, directeur des mines de sel, Jean de Charpentier.


Alors qu’une rue de Morges porte son nom, la Banque nationale honora Auguste Forel en mettant en circulation dès avril 1978 une coupure de 1000 francs à son effigie. Son portrait de profil figure au recto. Au verso trônent trois fourmis sur la coupe verticale d’une fourmilière.


Sources: Dictionnaire historique de la Suisse, archives 24 heures, Feuille d’avis de Lausanne.

Articles en relation

Humains et fourmis quittent le nid pour la même raison

UNIL Des chercheurs ont analysé l’hormone qui régule le comportement social des fourmis. Plus...

Les fourmis s’organisent aussi contre les maladies

Découverte Les insectes réduisent leurs interactions quand un microbe atteint leur colonie, révèle l’Université de Lausanne. Plus...

Les fourmis de Cully s’attaquent à Lausanne

Fléau Les insectes ont créé une énorme colonie sur les quais d’Ouchy. L’espèce serait une des plus invasives au monde, selon les experts. Plus...

Dubochet: «Même les fourmis sont altruistes»

Prix Nobel Jacques Dubochet a été accueilli en héros jeudi matin sur le campus de Lausanne. Tout a changé, mais pas l’homme, ni ses valeurs. Plus...

Monsieur Fourmis reçoit le «Nobel» de la Suisse

Université de Lausanne Le prix Marcel Benoist 2015 revient à Laurent Keller, spécialiste lausannois mondialement reconnu des insectes sociaux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.