Contre l'institution, les évangéliques projettent une école de théologie

ReligionLa mouvance évangélique des protestants se lance dans un projet de haute école financée par des moyens privés. L’église officielle désapprouve.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’idée est dans l’air depuis plusieurs années et tend aujourd’hui vers une concrétisation. Les évangéliques vaudois, au sein desquels se trouvent des pasteurs de l’Eglise officielle, créent une nouvelle haute école de théologie «complémentaire» à la faculté.

Les promoteurs de la HET-pro, pour Haute Ecole de théologie «pro», viennent de créer un comité de pilotage. L’école pourrait ouvrir ses portes en 2016 ou en 2017, à Saint-Légier. Elle formera les gens dans plusieurs domaines de la jeunesse ou du social, par exemple. Mais le tronc commun sera l’étude de la Bible, de la théologie et de la vie d’Eglise.

Pas d'argent public

Contrairement à la Faculté de théologie de l’Université de Lausanne, la HET-pro ne touchera pas de deniers de l’Etat: «Nous nous financerons sur la base des écolages et de dons faits par des privés et des fondations», indique David Richir, enseignant à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs (IBME), situé à Saint-Légier.

Ancien pasteur de l’Eglise évangélique réformée vaudoise (EERV), Gérard Pella fait valoir que le groupe de pilotage veut obtenir l’accréditation de l’Etat, afin que les étudiants qui auront fréquenté la HET-pro puissent valider leur parcours. «Elle peut aussi mener à la Faculté de théologie», complète David Richir.

Du côté de l’EERV, Xavier Pail­lard, président du Conseil synodal, relate que l’idée d’une nouvelle école de théologie avait déjà été présentée en 2012. Les membres des Eglises officielles de Suisse romande avaient alors fait part de leur opposition: «Aujour­d’hui encore, nous pensons que la formation doit avoir lieu à l’Université plutôt qu’à l’interne des Eglises. Elle doit être académique et critique, en lien et en dialogue avec la société civile.»

Les réformés de la mouvance évangélique sont traditionnellement répartis entre divers mouvements religieux. Selon certains comptages, ils représentent un tiers des fidèles de l’EERV et sont plutôt présents sur la Riviera et dans le Nord vaudois.

Pour les promoteurs de l’HET-pro, il s’agit de garder un dialogue. «Nous avons repris contact avec l’EERV, poursuit David Richir. Nous avons reçu un accueil respectueux mêlé d’intérêt et de prudence, parfois de réticence par crainte de la concurrence. Or il va falloir trouver un chemin, afin que les deux traditions puissent être complémentaires.» (24 heures)

Créé: 23.03.2015, 18h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le géant de l'or noir basé à Genève se fournit auprès d'une entreprise dont les droits de forage ont été obtenus par un homme, aujourd'hui sous enquête pour corruption.
(Image: Bénédicte) Plus...