Coup d’éclat matinal d'Unia en guise d’avertissement à Migros

TravailCe jeudi matin tôt, le syndicat a installé des barrages filtrants et distribué des tracts aux entrées du centre commercial

Le syndicat Unia distribue des flyers aux automobilistes.

Le syndicat Unia distribue des flyers aux automobilistes. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En arrivant sur leur lieu de travail ce jeudi matin, les employés du centre commercial MMM de Crissier ont eu la surprise d’être accueillis par des syndicalistes d’Unia. Des barrages filtrants avaient été installés aux quatre entrées du site et des tracts étaient distribués. «Nous avons seulement pris Migros au mot, ironisait le secrétaire régional Yves Defferrard. Après avoir refusé le dialogue et affirmé que nous n’étions pas un partenaire de discussion, ils nous ont proposé de contacter les employés et les clients à l’extérieur de leurs locaux et parkings. C’est donc ce que nous faisons.»

Cette opération surprise a visiblement été bien accueillie par les principaux concernés de la polémique autour de l’extension des heures d’ouverture: les employés. «C’est très bien qu’Unia se manifeste. Ça leur fait les pieds. Il y a un moment où il faut arrêter!» réagissaient ainsi à chauds deux employées venant prendre leur poste peu après 7 h du matin.

Une heure et demie plus tard et malgré la présence de la police désormais sur les lieux, les barrages étaient toujours en place pour accueillir des premiers clients plutôt compatissants. «Nous ne trouvons pas normal d’ouvrir plus longtemps, en particulier pour les mères de famille qui ont des enfants à la maison», expliquait un couple de retraités. «Les journées des employés doivent être déjà suffisamment longues comme ça», renchérissaitt une autre dame.

Arrive une jeune femme, favorable, elle, à l’extension des horaires: «ce serait super-agréable, mais seulement avec de bonnes conditions pour le personnel. L’idéal serait que ça permette la création d’emplois.» Seul un homme ne cachait pas son énervement contre le syndicat. Et de lancer en plongeant dans les portes tournantes avec son caddie: «on n’est pas en France ici!»

Finalement, après de longues discussions entre Yves Defferrard et la direction du site, les barrages ont été levés juste après neuf heures. «Nous avons obtenu de la direction qu’elle relaye notre demande d’ouverture de dialogue auprès de la direction générale, explique le secrétaire régional. Nous ne sommes pas opposés au principe de l’extension des heures d’ouverture, mais il doit y avoir une contrepartie, comme cela s’est d’ailleurs déjà fait dans d’autres endroits.» L’opération de ce jeudi matin était donc un avertissement. «Nous sommes mandatés par le personnel et prêts à monter d’autres opérations s’il le faut», soulignait le syndicaliste.

La direction de Migros Vaud a confirmé en fin de journée qu’elle ne considérait pas Unia comme un partenaire social, puisque le syndicat n'est "pas partie contractante de la Convention collective nationale de travail du groupe Migros 2015-2018". Et qu’aucune décision n’était prise, pour l'heure, par rapport au projet de prolongation des horaires

(24 heures)

Créé: 07.09.2017, 07h35

Articles en relation

Migros Vaud gèle aussi ses extensions horaires

Commerce A l’instar de Coop, l’enseigne a finalement renoncé temporairement à l’ouverture étendue. Le syndicat Unia n’entend pas s’arrêter là. Plus...

«Je fais déjà des semaines à plus de 50 heures»

Crissier L’ouverture étendue décidée dans les centres Migros et Coop fait tousser les employés et les petits commerces. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le géant de l'or noir basé à Genève se fournit auprès d'une entreprise dont les droits de forage ont été obtenus par un homme, aujourd'hui sous enquête pour corruption.
(Image: Bénédicte) Plus...