Démasqué, le corbeau hostile au groupe Orllati contre-attaque

JusticeLe procureur a identifié l’auteur de dénonciations pour pollutions non avérées à l’issue de son enquête pénale. L’affaire est loin d’être close.

Le Tribunal cantonal a refusé au corbeau la qualité de recourir contre l'ordonnance de classement rendue par la procureur à l'issue de son enquête sur le groupe Orllati.

Le Tribunal cantonal a refusé au corbeau la qualité de recourir contre l'ordonnance de classement rendue par la procureur à l'issue de son enquête sur le groupe Orllati. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Rien de répréhensible à signaler. Telle a été en substance, le printemps dernier, la conclusion de l’enquête du Ministère public sur le Groupe Orllati, accusé de faire courir de graves risques de pollution sur son site de Bioley-Orjulaz. Dénoncé par l’Etat à la suite de l’intervention de plusieurs personnes, l’entrepreneur et promoteur immobilier a été accablé par un mystérieux corbeau fustigeant notamment l’attitude du Canton auprès des médias et des politiques.

La plainte contre inconnu déposée par le Département du territoire et de l’environnement, puis par le Groupe Orllati, a porté ses fruits. Se fiant à son intuition autant qu’à des investigations policières, le procureur Christian Buffat est parvenu à démasquer ce lanceur d’alerte. Aucune information n’a filtré mercredi quant à son identité, si ce n’est – par deux sources proches du dossier – qu’il ne s’agit pas de Bernard Nicod, contrairement à ce que susurraient de mauvaises langues. Ou encore que l’auteur de ces courriers n’agissait pas tout seul dans son coin. L’enquête le concernant n’est pas terminée.

Poursuivi pour calomnie, subsidiairement pour diffamation, injure et tentatives de menaces alarmant la population, ce corbeau a recouru contre l’ordonnance de classement rendue par le procureur à l’issue de son enquête chez Orllati. Il demandait l’annulation de cette ordonnance, la réouverture du dossier et la jonction de sa cause personnelle à celui-ci afin de mieux pouvoir se défendre. Il revendiquait «le droit à un procès équitable dès lors qu’il n’a pas pu prendre part à la procédure et qu’il ne peut pas faire la preuve de la vérité de ses allégations».

Le Tribunal cantonal l’a débouté. Il lui a refusé sa qualité pour recourir. Les juges considèrent que cette personne n’est pas directement et personnellement touchée par l’enquête dont elle conteste le résultat. «Le simple fait d’alléguer un risque pour sa santé ou pour sa vie, risque tout théorique, ne saurait faire de lui un tiers touché», souligne la Cour. L’intéressé a aussitôt contre-attaqué. Il vient de porter sa cause devant le Tribunal fédéral.

Une chose est sûre: l’affaire est loin d’être terminée. «L’intégrité du Groupe Orllati a été mise en doute dans les médias, au sein de l’administration et dans les milieux politiques locaux et régionaux, a fait savoir l’entrepreneur dans un communiqué diffusé au lendemain de l’annonce de l’ordonnance de classement. Ceux qui sont à l’origine de cette situation devront rendre des comptes.» (24 heures)

Créé: 27.09.2017, 19h50

Dossiers

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des dizaines d'automobilistes ont été bloqués dans le Chablais, pendant plusieurs heures pour certains. La situation était également chaotique sur les routes secondaires parsemées de congères.
(Image: Bénédicte) Plus...