Des élus veulent rebaptiser «Plateforme 10»

Pôle muséalUn postulat du popiste Julien Sansonnens lance l'idée d'associer les Vaudois à la recherche d'un nouveau nom pour le projet culturel phare du Canton.

La nouvelle identité du Pôle muséal a été présentée en mai 2016.

La nouvelle identité du Pôle muséal a été présentée en mai 2016. Image: Jean-Bernard Sieber-ARC

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Pourquoi faut-il que nous soyons les seuls, dans le canton de Vaud, à avoir un musée qui ne s'appelle pas musée? II n'est pourtant pas honteux de faire les choses comme les autres, ça ne démontre pas un manque d'imagination!» Le député popiste Julien Sansonnens trouve «ridicule» le nom Plateforme 10, désignant le futur pôle qui réunira près de la gare de Lausanne le Musée cantonal des beaux-arts, le Musée de l'Elysée et le Musée de design et d'arts appliqués contemporains (Mudac). Et il dit ne pas être le seul à penser de la sorte. La dénomination «maniérée et prétentieuse, mais surtout peu explicite» doit être revue selon l'élu. «Elle ne rend pas honneur à l'importance de ce projet enthousiasmant.»

«Nous parlons ici de symboles, et les symboles sont importants notamment pour permettre à la population de s'approprier ses nouveaux musées»

Fort de 20 signatures, le postulat a été renvoyé mardi à l'étude d'une commission. Le texte demande que la population soit consultée sous une forme à définir. «Une telle démarche démocratique serait de nature à renforcer la légitimité de la nouvelle institution et l'intérêt que lui porte la population», estime le postulant. «La question du nom de ce futur pôle de musées peut paraître anecdotique, or elle ne l'est pas. Nous parlons ici de symboles, et les symboles sont importants notamment pour permettre à la population de s'approprier ses nouveaux musées.»

Le popiste s'insurge contre la tendance actuelle à ne plus appeler les choses par leur nom, citant l'exemple des «postshop» pour office de poste, du «learning center» pour la bibliothèque de l'EPFL et d'«unithèque» pour celle de l'Université de Lausanne.

Le Grand Conseil a validé la semaine passée la dernière demande de crédit - 51 millions de francs - destinée à la seconde étape du projet Plateforme 10. Ce nom, dévoilé il y a une année, est une référence aux neuf quais de la gare de Lausanne. Le zéro barré du «10» étant un clin d’œil à la plaque tournante qui servait à changer les locomotives de rails. (24 heures)

Créé: 16.05.2017, 15h51

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...