Deux cent mille compteurs d’électricité intelligents à implanter dans les maisons

VaudLes fournisseurs d’électricité doivent installer du matériel plus performant. Les clients pourront mieux adapter leur consommation.

Les distributeurs d’électricité ont dix ans pour implanter les «smart meters» auprès de leurs clients.

Les distributeurs d’électricité ont dix ans pour implanter les «smart meters» auprès de leurs clients. Image: KEYSTONE/Valentin Flauraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le temps du monsieur ou de la dame qui passe relever les compteurs d’électricité est bientôt révolu. Suite à l’acceptation par le peuple en 2017 de la Stratégie énergétique 2050, les 640 fournisseurs d’électricité suisses doivent installer des smart meters, autrement dit des compteurs «intelligents». Pour Romande Énergie, le plus grand fournisseur du canton, ce n’est pas moins de 225 000 appareils qu’il faudra remplacer. Une tâche titanesque qui devrait s’étaler sur sept ans et demi à partir de l’été prochain, au rythme de 500 à 600 compteurs remplacés par semaine. «C’est un triple défi: humain, technique et organisationnel», constate Thierry Chollet, responsable du domaine Smart chez Romande Énergie SA.

Pour le citoyen lambda, les nuisances seront moindres. Après avoir été averti par écrit (avec possibilité de déplacer la date du rendez-vous), il recevra la visite d’un technicien qui remplacera le compteur en une demi-heure environ. Ce nouveau matériel lui apportera un gros avantage: pouvoir connaître en tout temps sa consommation instantanée, ainsi que sa production si sa maison est, par exemple, équipée de panneaux photovoltaïques. «L’ordonnance fédérale impose que les compteurs soient équipés d’une sortie pour ceci. Les appareils permettant de lire ces informations pourront être fournis par des prestataires de services» précise toutefois le spécialiste. Autre changement, le système de facturation par acomptes sera remplacé par un système de décompte, soit tenant compte de la consommation réalisée.

Du côté du fournisseur d’électricité, le grand changement sera de recevoir les données de consommation de ses clients une fois par jour, avec des mesures effectuées toutes les quinze minutes. «Outre le fait que cela nous permettra de nous passer de personnel sur le terrain, nous aurons une bien plus grande souplesse dans la gestion du réseau et cela nous facilitera la tâche, notamment pour la gestion des regroupements de consommateurs», explique Thierry Chollet. Et de rappeler au passage que le cadre légal permettra d’utiliser ces données de consommation électrique uniquement pour la facturation.

En France, Enedis – filiale d’EDF (Électricité de France) – a commencé le déploiement de tels compteurs en décembre 2015. Et l’accès à ces données fait partie de diverses critiques émises par une minorité de citoyens. Si polémique il y a autour du compteur Linky, c’est qu’ils s’inquiètent aussi des conséquences sur la santé de ses ondes électromagnétiques, tout en relevant l’impact environnemental du remplacement de millions de compteurs encore fonctionnels.

Appel d'offres en cours Concrètement, en Suisse romand aujourd’hui, la procédure en est au stade de l’appel d’offres pour les appareils. Le volume à commander étant relativement restreint par rapport aux autres pays, les gestionnaires de réseaux se sont, dans certains cas, regroupés. Les 225 000 compteurs de Romande Énergie devraient ainsi faire partie d’un lot de 400 000 pièces, qui seront également installées, par exemple, chez les clients des Services industriels de Lausanne. Deux technologies sont disponibles. La première, transmettant les données par les fils électriques sera privilégiée par Romande Énergie en raison de son coût moindre et de sa fiabilité. «C’est une technique similaire à ce que nous utilisons déjà depuis de nombreuses années, par exemple, pour la gestion à distance des chauffe-eau électriques». La seconde, pour les cas particuliers, utilisera le réseau 3G ou 4G des téléphones mobiles. À noter enfin, que dans les lieux très isolés, comme certains refuges ou chalets d’alpage, le bon vieux compteur actuel restera en place.

Avec de tels volumes d’appareils à remplacer, la question du recyclage a aussi été étudiée. «Une partie sera gardée en réserve chez nous pour des remplacements futurs et une autre partie pourrait partir à l’étranger», explique le spécialiste. Le reste sera démonté et recyclé, soit par des ateliers protégés, soit par des techniques de broyage puis de tri. Le coût total de l’opération est estimé, pour Romande Énergie, à 100 millions de francs. Deux tiers de cette somme seront pris sur le budget «investissements», un tiers en «exploitation et maintenance» de la société. Les coûts d’amortissements seront reportés sur les consommateurs: «Mais vu le nombre de ces derniers et la durée de l’opération, le montant ne devrait pas être important», rassure Thierry Chollet.


Perspectives

Vers un changement des comportements

À moyen terme et pour autant que le cadre légal évolue dans ce sens, les nouveaux compteurs dits «intelligents» ouvriront la porte à de véritables changements de comportements des consommateurs. «Nous sommes en effet en train de réfléchir à la mise en place de tarifs incitatifs, beaucoup plus différenciés», révèle Thierry Chollet, responsable du domaine Smart à Romande Énergie SA.

Le développement des énergies renouvelables, éolienne et photovoltaïque en tête, va en effet introduire des pics de production sur les réseaux. Pour les fournisseurs, il pourrait donc devenir nécessaire de pouvoir momentanément freiner la consommation, ou, au contraire, «casser les prix» pour l’encourager à d’autres instants.» On peut même imaginer des systèmes qui avertiraient les clients à l’avance des futures promotions», annonce le spécialiste.

Au passage, en se développant, la production renouvelable peut parfois poser des problèmes de surcharge du réseau. «Si les producteurs indépendants se multiplient, par fort vent ou journée très ensoleillée, nous pourrions voir certaines de nos installations (câbles ou transformateurs) arriver aux limites de leurs capacités physiques. Il devient donc important pour nous de pouvoir mesurer en temps réel toutes les productions et, si besoin, de pouvoir limiter la production en limitant ou en déclenchant certaines installations à distance». Plus de 2000 compteurs intelligents sont déjà en service dans le cadre de projets pilotes sur le réseau Romande Énergie, afin de tester cette technologie et de futurs cas d’utilisations.

Créé: 13.10.2019, 16h32

Lausanne pense à ses employés

C’est une politique plus complexe que la Ville de Lausanne va mettre en place avec l’introduction des «smart meters».

Les Services industriels lausannois (SIL) ne fournissent pas que l’électricité, mais également du gaz et de la chaleur, par le biais du chauffage à distance. S’y ajoute l’eau, également distribuée par la Ville.

«Nous devons imaginer une gestion intelligente de tous ces flux et faire en sorte que ces compteurs puissent aussi communiquer entre eux», précise Jean-Yves Pidoux, municipal en charge des SIL. Tant qu’à automatiser le relèvement des compteurs, autant qu’il se fasse à tous les niveaux.

Si le plan technologique représente un défi, la Ville se soucie aussi des emplois concernés.

«Pour tous ces releveurs, nous allons faire en sorte que leur métier évolue vers de nouveaux processus de travail, dit Jean-Yves Pidoux. C’est à cela qu’on réfléchit avant d’acheter de nouveaux compteurs, dont aucun n’est encore certifié par la Confédération.»

La démarche est en cours. Un premier crédit de 2 millions a été octroyé pour développer l’outil informatique nécessaire à cette évolution. Un passage dont le coût total n’est pas encore chiffré mais qui devrait s’élever à «plusieurs dizaines de millions», selon le municipal.

Alain Détraz

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.