Et si le Canton payait tout le solde à la caisse des fonctionnaires?

RetraitesUn député propose de verser un demi-milliard de francs en une seule tranche afin de ne plus avoir à payer les intérêts.

Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Entre 2013 et 2020, le Canton aura versé 1,44 milliard de francs pour renflouer la Caisse de pension de l’État de Vaud (CPEV). Un sacrifice indispensable pour permettre à la caisse d’atteindre un taux de couverture de 82% en 2052, afin de satisfaire à la loi fédérale.

Mais pas question de verser ce magot en une fois: un protocole entre l’État et la CPEV a prévu de le fractionner en huit tranches de 180 millions. «C’était beaucoup trop risqué d’avoir cet argent d’un seul coup», expliquait en 2015 Wolfgang Martz, président du conseil d’administration de la CPEV.

Reste que ce fractionnement coûte cher au contribuable. Un intérêt de 3,75% est payé chaque année par l’État à la CPEV sur le montant qu’il reste à verser. «Ce choix coûtera à terme plus de 250 millions supplémentaires au contribuable», dénonce le député Daniel Develey (PLR). Dans un postulat qui sera développé mardi au Grand Conseil, il propose de verser en une seule tranche le solde de 540 millions. Avec une économie de plusieurs dizaines de millions à la clef.

«Un versement anticipé serait également utile à la caisse», plaide Daniel Develey. «La CPEV a réalisé durant les trois premiers trimestres de 2017 une performance globale de 5,7%. Par conséquent, toucher le solde tout de suite lui offrirait de meilleurs rendements.» Dans un contexte de perspectives plus sombres, où la CPEV propose de repousser de deux ans l’âge de la retraite – objet du bras de fer actuel avec les syndicats – celle-ci ne partage pas l’enthousiasme du député: «Dans la mesure où la caisse recevrait en une seule fois le solde des tranches restantes, elle n’aurait aucune garantie d’obtenir une rentabilité de 3,75% en les plaçant sur les marchés financiers. Si par hypothèse ces rendements ne devaient pas être atteints, cela aura pour effet d’accentuer la pression sur la caisse», prévient Christian Budry, président du conseil d’administration.

Le Conseil d’État ne tient pas à prendre position à ce stade. «Il est vrai que s’il n’a pas déjà été comptabilisé, cet apport de capital renforcerait encore le taux de couverture de la caisse. Mais il faut que le Conseil d’État et le conseil d’administration examinent cette proposition plus à fond», commente Pierre-Yves Maillard.

Pascal Broulis, en charge des Finances, admet que «la trésorerie de l’État permettrait une telle dépense. Il faudra arbitrer cependant entre une économie pour le contribuable et les possibilités de placements de la caisse.» (24 heures)

Créé: 06.02.2018, 08h31

Articles en relation

La fonction publique vaudoise se mobilise pour défendre ses retraites

Manifestation Les fonctionnaires ont fait grève et manifesté, jeudi, pour épargner leurs retraites. Coup de sonde au Gymnase de la Cité. Plus...

Fronde contre le plan de prévoyance de la CPEV

Syndicats L'Assemblée des délégués de la Caisse de pensions de l'Etat de Vaud a refusé à l'unanimité de nouveaux sacrifices pour les fonctionnaires. Plus...

La Caisse de pensions de l’Etat doit revoir sa copie

Vaud Recapitalisée il y a à peine trois ans, la CPEV doit rectifier le tir pour assurer les futures rentes. Ses administrateurs préconisent une augmentation de l’âge de la retraite de deux ans Plus...

Début des débats sur l’assainissement de la caisse de pensions

Grand Conseil Les députés vaudois sont entrés en matière mardi sur l’assainissement de la Caisse de pensions de l’Etat de Vaud (CPEV). Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.