Greta Thunberg s'en prend à Roger Federer

ClimatLa militante suédoise interpelle le sportif pour son rôle d'ambassadeur de Credit Suisse.

Le hashtag #RogerWakeUpNow a été relayé par l'activiste climatique Greta Thunberg.

Le hashtag #RogerWakeUpNow a été relayé par l'activiste climatique Greta Thunberg. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Attendez-vous à une surprise, on prépare un coup!» Mercredi matin, à quelques minutes de la reprise du procès des douze activistes du mouvement Lausanne Action Climat jugés pour une action dans les locaux de Credit Suisse, l'entourage des jeunes militants promettait une action choc.

Pas de blocage de ponts ou de carrefours au programme, la surprise est cette fois venue des réseaux sociaux. Dans une opération visiblement bien préparée et coordonnée, dès 10 heures, ce sont des centaines de tweets qui ont déferlé sur la Toile.

Leur cible: Credit Suisse et, par ricochet, Roger Federer, ambassadeur de la deuxième banque du pays. Le Bâlois était également au cœur de la partie de tennis sauvage des douze activistes de novembre 2018. Bandeau au front et raquette en main pour interpeller Federer, les jeunes militants ont surtout voulu dénoncer les investissements de Credit Suisse dans les énergies fossiles et leur impact sur l'environnement. Un point qui a totalement occulté les faits et dont il a été beaucoup question en deux jours d'audience.

Sur Twitter, en quelques minutes le hashtag #RogerWakeUpNow comptait parmi les sujets les plus commentés de la journée. Des photos de la partie de tennis sauvage à des clichés de l'Australie qui brûle en passant par des montages, tous accompagnés de messages à l'attention de Federer, les messages se multiplient depuis des heures.

En fin de matinée, Greta Thunberg s'est jointe au mouvement, relayant plusieurs messages ciblant l'homme aux 20 titres en Grand Chelem.

La finance durable, réel enjeu

En toile de fond de cette action, ce sont donc les investissements de Credit Suisse dans les énergies sales qui sont dénoncés. L'ATE Suisse dresse le tableau: depuis 2016, Credit Suisse a fourni 15 milliards de dollars à des entreprises d’énergie fossile. En 2017, elle a financé 82,6 millions de tonnes de gaz à effet de serre. La banque helvétique n'est pas la seule à être sous pression. Presque tous les acteurs du milieu financier le sont. La conseillère fédérale chargée de l'environnement, Simonetta Sommaruga, le disait dans un entretien publié le 29 décembre dans «Le Matin Dimanche»: «On sent bien que la place financière est sous pression et de plus en plus consciente des risques climatiques. Les investissements représentent un levier important pour arriver à des changements. La Banque européenne d’investissement prévoit, dès 2021, de ne plus accorder de prêts à des projets qui se fondent sur des énergies fossiles, par exemple. Le Conseil fédéral observe ces changements avec attention.» Un rapport est attendu au printemps, qui devra décrire les conséquences du plan d'action européen sur la place financière suisse. Le gouvernement proposera aussi à tous les acteurs volontaires du milieu - banques, assurances et autres caisses de pensions - de se soumettre à un test de compatibilité climatique.

Créé: 08.01.2020, 14h16

Articles en relation

L’urgence climatique a éclipsé les infractions des activistes

Renens Douze activistes du climat comparaissent pour une action menée dans les locaux de Credit Suisse. Des faits à peine évoqués. Plus...

21'600 francs d'amende pour une partie de tennis sauvage

Activisme Des membres du collectif Lausanne Action Climat viennent d’être condamnés pour une action menée au Credit Suisse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...