«Il faut qu’à travers ce musée, les Suisses s’approprient Chaplin»

Corsier-sur-VeveyDirecteur du Musée Chaplin, Jean-Pierre Pigeon lève le voile sur ses priorités pour l’institution qui ouvrira dans deux mois.

Jean-Pierre Pigeon, devant le Manoir de Ban encore en travaux. Québécois d'origine, le directeur vit dans le canton depuis dix ans.

Jean-Pierre Pigeon, devant le Manoir de Ban encore en travaux. Québécois d'origine, le directeur vit dans le canton depuis dix ans. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il a les épaules larges, un charisme évident, un zeste d’accent québécois, et il porte le nom d’un oiseau bien connu sous nos latitudes. Jean-Pierre Pigeon, 48 ans, est depuis le mois d’octobre dernier le directeur de Chaplin’s World, musée que toute la Riviera attend depuis douze ans, et qui ouvrira ses portes au public le 17 avril prochain (lire ci-contre). Fort d’une carrière dans l’événementiel au Québec, son pays d’origine, il a œuvré au sein des deux groupes leaders de la production audiovisuelle canadienne avant de poser ses valises en Suisse il y a dix ans. Rencontre.

Que connaissiez-vous de Charlie Chaplin avant d’accepter ce job?

Les grands classiques seulement, que m’avait fait découvrir non père, un grand fan de Charlie Chaplin. Un jour, il y a sept ans, quand j’habitais Chexbres, j’ai aperçu la statue de Chaplin à Vevey. J’étais surpris, on m’a expliqué qu’il avait habité la région. Mais tout le monde était discret à ce sujet. Trop discret. Avec ce musée, on veut créer et développer une vraie connexion entre la Suisse et le patrimoine Chaplin. Il a adoré ce pays où il a vécu et travaillé durant le dernier tiers de sa vie. Ses 25 ans au Manoir de Ban, c’étaient ses années de bonheur. Il faut désormais qu’on explique aux Suisses que Charlie Chaplin, c’est un mythe qui leur appartient. Qu’ils parviennent à se l’approprier.

Quelles sont les pierres angulaires du musée?

L’émotion et le plaisir. Avec Charlie Chaplin, il y a toujours un premier et un second degré; c’est pour cela qu’il plaît aux enfants comme aux adultes, qu’il est universel et contemporain. Tenez, en ce moment, un dessin animé qui lui est consacré cartonne en Angleterre. A Corsier-sur-Vevey, et à travers une quantité énorme d’écrans, nous allons stimuler les visiteurs à travers une réelle immersion dans son univers. Ils découvriront l’artiste et l’homme, au gré d’une expérience ultraludique et interactive. Les gens vont rire et pleurer à la fois.

Comment résumer son univers en deux heures de visite?

Le personnage Charlie Chaplin est en effet si riche qu’on ne pourra pas tout couvrir. Raison pour laquelle nous organiserons des expositions temporaires sur le site afin de compléter la scénographie du musée. J’y pense déjà, peut-être à l’horizon 2018-2019.

Comment avez-vous choisi l’équipe qui vous entoure?

J’ai souhaité engager des gens locaux, directement liés à ce tissu. Ils ont tous une anecdote à raconter sur Charlie Chaplin. On veut que le musée parle à sa région. L’équipe de permanents comptera, à terme, 22 personnes et une cinquantaine de saisonniers et contractants liés directement à l’exploitation. Avec des pointes à 80 employés pendant certaines journées, lorsque nous accueillerons entre 3000 et 3500 visiteurs. Je leur fais confiance et n’ai pas peur de déléguer. Mon expérience professionnelle m’a montré qu’un manager doit être capable de seconder tout le monde sur tout. J’ai engagé des gens plus compétents que moi dans leur domaine, avec un mot d’ordre: rendre ce projet magique. Aujourd’hui, je suis complètement confiant et serein. Mon équipe ne manquera pas le coche.

L’attente est grande dans le canton, et sur la Riviera en particulier.

J’en suis bien conscient. Depuis douze ans, les gens attendent de voir pour y croire. Je me réjouis beaucoup d’avoir leur écho. On sent aussi un intérêt énorme du côté alémanique pour le musée, et bien entendu également au niveau national et international.

Quels sont vos liens avec la famille Chaplin?

On ne serait pas là si la famille n’avait pas accepté le projet, lui-même nourri par les promoteurs Philippe Meylan et Yves Durand. La famille a toujours son mot à dire sur la façon dont nous utilisons l’image de Charlie Chaplin. De notre côté, nous avons quelque chose de précieux entre les mains, il faut le valoriser, sans faire n’importe quoi. On n’est pas dans un parc d’attractions. Avant de prendre chaque décision, nous nous demandons toujours comment Chaplin aurait lui-même voulu que les choses se fassent. Il faut que le musée soit à son image. La société Grévin (ndlr: filiale de la Compagnie des Alpes qui exploitera le musée) est sur la même longueur d’onde: avec leurs musées de cire, ils ont l’habitude de respecter les artistes.

Après vous être pareillement immergé dans l’univers Chaplin, quel est le film ou la scène qui vous a fait particulièrement vibrer?

Celle où Chaplin rencontre la fleuriste aveugle, qui le croit riche, dans Les lumières de la ville. Sur le tournage, il a repris cette scène 300 fois pour atteindre la perfection.

(24 heures)

Créé: 15.02.2016, 06h38

Ouverture au public le 17 avril à 10 h

Encore gardée confidentielle jusque-là, la date de l’ouverture du Musée Chaplin est annoncée aujourd’hui: c’est le dimanche 17 avril, à 10 h, qu’à Corsier-sur-Vevey, le Manoir de Ban ouvrira ses portes au public. La veille, l’inauguration officielle coïncidera avec l’anniversaire de la naissance de Charlie Chaplin, qui a vu le jour le 16 avril 1889 à Londres.

Le manoir, superbe maison de maître, Le Studio, bâtiment tout neuf, et un grand parc de 6 hectares constitueront les trois espaces accessibles à des visiteurs attendus en nombre: entre 250'000 et 300'000 par année. Au total, 60 millions de francs ont été investis pour le développement, la construction et la scénographie des lieux.

Exploitant du musée, la société Grévin promet que le public pourra «toucher des yeux» ce que fut la vie personnelle et familiale de Charlie Chaplin en Suisse. Le génie du septième art a vécu de 1952 à 1977 au Manoir de Ban, avec sa femme Oona et ses huit enfants. «Il aimait la fondue, le kirsch, la pêche et les grands espaces», rappellent les exploitants. Charlie Chaplin et Oona reposent au cimetière de Corsier-sur-Vevey.

Articles en relation

L’aménagement intérieur du Musée Chaplin débute

Musée Chaplin Le chantier sera complètement achevé en décembre. Mais le nouvel édifice a déjà été livré jeudi aux équipes artistiques. Plus...

Les VMCV iront toutes les 30 minutes au musée

Transports Les bus de la ligne 212 passeront à une cadence semi-horaire le dimanche, pour desservir le Chaplin’s World dès le 16 avril. Le nouvel horaire présente aussi d’autres nouveautés. Plus...

Corsier-sur-Vevey prépare une mue très attendue

Urbanisme Le village cher à Charlie Chaplin connaîtra un réaménagement d’envergure dès cet été. Plus...

«La rançon de la gloire» fait recette sur la Riviera

Cinéma Le film relatant le vol du cercueil de Charlie Chaplin fait un flop en France mais attire les spectateurs en nombre à Vevey. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...