L’UNIL met la réalité virtuelle au service des sciences économiques

CampusUn laboratoire des HEC se consacre depuis peu aux recherches sur le comportement des acteurs économiques en situation simulée.

Deux jeunes chercheurs simulent un entretien d'embauche. Les deux images n'en forment qu'une dans le "casque".
Vidéo: UNIL / Photos: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il suffit d’un casque sur les yeux, de quatre caméras, de deux haut-parleurs et d’un système informatique, et c’est parti pour une simulation d’un entretien d’embauche, d’une présentation devant un large public ou d’un rapport à son supérieur hiérarchique.

Les recherches de Marianne Schmid Mast, nouvelle professeure à la faculté des Hautes Etudes commerciales (HEC) à l’Université de Lausanne (UNIL), allient la psychologie et les sciences économiques, avec une touche de technologie.

Elle a introduit à l’UNIL la réalité virtuelle comme outil de recherche et bientôt d’enseignement.Ce genre d’installation est utilisé depuis de nombreuses années en psychologie ou en sciences de l’ingénieur (lire ci-contre), mais elle est nettement moins répandue dans le domaine économique.

«Nous nous intéressons au leadership et à la communication, explique Marianne Schmid Mast. Et en particulier aux interactions sociales entre acteurs économiques et aux signaux non verbaux, que ce soit les gestes, les expressions faciales… Un des intérêts pour nous de la réalité virtuelle est qu’elle permet de standardiser les conditions d’expérience.»

Des expériences qui se déroulent la plupart du temps au sous-sol du bâtiment Internef de l’UNIL, dans une salle aux murs blancs. La technologie ayant évolué, il n’est plus nécessaire d’éteindre la lumière. Et, expérience faite, l’impression de réalité est assez prenante. Une petite démonstration permet ainsi de constater en quelques secondes si l’on a le vertige ou pas.

«En psychologie clinique, cet outil peut servir à traiter les phobies ou certaines anxiétés, avec bien sûr un accompagnement par un thérapeute», commente Marianne Schmid Mast.

Intervention de personnages
Il est possible de faire intervenir dans les simulations toute une série de personnages purement virtuels, des avatars, dont on peut faire varier le genre, l’habillement, les mimiques et les gestes.

Histoire de voir, par exemple, la réaction du public au ton et à la conviction d’un orateur. L’équipe de HEC-UNIL doit encore commander elle-même les avatars pour les faire réagir, le cas échéant les faire s’endormir si le discours n’est pas très convaincant. Mais il existe des programmes qui automatisent le processus, en se basant notamment sur une analyse du discours ou des gestes et expressions.

Dans une autre recherche, basée sur le constat statistique que les femmes sont souvent moins performantes que les hommes dans l’exercice du speech de persuasion devant un groupe, les scientifiques ont voulu savoir ce qui peut influencer cette situation. Ils ont fait apparaître sur le mur au fond de la salle virtuelle le portrait d’une personne célèbre.

Lorsque ce portrait était celui de Hillary Clinton, les oratrices s’en sortaient mieux, selon les jugements d’experts extérieurs intégrés à l’expérience. «Cela montre simplement l’efficacité de la présence, même subtile, d’un modèle, dans une telle situation», déclare Marianne Schmid Mast.

Dans des séminaires
L’enseignante n’entend pas s’arrêter là. Elle aimerait, si la direction de l’UNIL le lui permet, apporter la réalité virtuelle à ses étudiants, dans les séminaires ou par le biais d’ateliers.

«Ils pourraient par exemple s’entraîner à l’entretien d’embauche, détaille-t-elle. Et on pourrait aussi viser des cadres d’entreprise voulant perfectionner leur leadership par des cours de formation continue…» (24 heures)

Créé: 04.12.2014, 15h18

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.