L’affaire Légeret ressurgit en cour criminelle

François Légeret a obtenu que le tribunal qui l’a condamné pour triple meurtre tienne audience fin mars pour expliquer certains points de son jugement.

La maison de François Légeret, aux Monts de Corsier.

La maison de François Légeret, aux Monts de Corsier. Image: CHANTAL DERVEY - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une disposition légale permet à un condamné de demander en tout temps des explications complémentaires sur le jugement. C’est ce qu’a fait François Légeret, condamné pour le triple homicide de Vevey.

«Cette demande porte sur la partie du jugement concernant les avoirs qui ont été séquestrés», explique son avocat Me Christian Dénériaz. «Nous avons estimé que tant le jugement du 18 mars 2010 que ses considérants ne permettaient pas de verser les montants revenant aux parties concernées. En dépit de l’opposition de celles-ci, le président a estimé que cette demande d’explication était recevable et il a fixé cette audience pour trancher.»

Concrètement, il s’agit de plusieurs millions de francs devant être répartis entre les parties civiles, les créanciers hypothécaires et François Légeret lui-même. Toutes les parties intéressées au procès, dont le procureur général Eric Cottier, donneront leur avis. Me Dénériaz: «Pas question de revenir sur la remise en question de la condamnation de François Légeret, sinon par des arguments collatéraux». En théorie, c’est la même cour qui a prononcé cette condamnation qui devrait se réunir. (24 heures)

Créé: 28.02.2013, 16h34

Dossiers

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.