L'apéro devient virtuel pour lutter contre la solitude

CoronavirusSur Skype, Messenger ou Zoom, les Vaudois sont toujours plus nombreux à se retrouver entre amis ou en famille, un verre à la main.

C'est sur une plateforme de visioconférence qu'Olia et ses amis se retrouvent désormais tous les mercredis soirs pour leur traditionnel apéro hebdomadaire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils ont la trentaine ou s’en approchent. Ils se connaissent de près ou de loin depuis plusieurs années. Ils ont normalement l’habitude de se donner rendez-vous tous les mercredis après le boulot pour prendre l’apéro. Le plus souvent, ils se retrouvent à l’Atelier, un bar situé sur l’avenue de France à Lausanne, à deux pas de la place Chaudron.

Mais voilà, l’épidémie de coronavirus en a décidé autrement. Les mesures de semi-confinement imposées par le gouvernement les ont contraints à modifier quelque peu leurs plans. «Pendant quelques semaines, on va devoir opter pour des apéros 2.0», rigole, devant son écran, Olia, 31 ans. Ce soir-là, c’est sur la plateforme de visioconférence Zoom que la jeune femme passionnée par les nouvelles technologies a invité ses amis à la rejoindre. «Qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige, on se réunit tous les mercredis. C’est notre rendez-vous hebdomadaire. Alors ce n’est pas le coronavirus qui va nous arrêter», continue, bien installée dans son canapé, la maîtresse de cette cérémonie numérique.

Depuis la fermeture des bars et l’interdiction de se réunir à plus de cinq personnes, les apéros et dîners à distance, effectués par écrans interposés, se multiplient dans le canton. «Coronapéro», «Skypéro», «Apéro Skype» ou tout simplement «Apéro cam»: cette nouvelle tendance peut prendre plusieurs appellations. Et les plateformes sur lesquelles il est possible de trinquer virtuellement ne manquent pas (lire encadré).

Fous rires

Dix-neuf heures pétantes. Alexandre, Laia, Sarah, Samanta et Jonathan se connectent à tour de rôle. Tous ont à la main une bouteille de bière ou un verre de vin. «Hé, salut les copains. Santé! clament-ils tous en même temps, dans un joyeux brouhaha. Que ça fait plaisir de vous voir.» Alors que la joyeuse bande d’amis lausannois célèbre la joie de se retrouver, certains en profitent pour s’ouvrir un paquet de chips ou pour fumer une cigarette à la fenêtre de leur salon. Les visages sont pixélisés. Les bugs sont fréquents. Peu importe: le cœur y est. «Désolé pour la qualité médiocre de ma webcam, s’excuse d’entrée Alexandre. Ma connexion internet est pourrie, ça risque de couper.»

Malgré ces quelques couacs, les discussions s’enchaînent pendant presque deux heures. Sans surprise, l’épidémie de Covid-19 est sur toutes les lèvres. Tous craignent que les mesures de confinement se durcissent encore, comme en Italie, en France et en Espagne. Mais pour l’heure, chacun profite de pouvoir encore sortir de chez soi librement. «Je n’ose pas imaginer ce que ça sera quand on ne pourra plus sortir», s’inquiète Olia.

Les fous rires sont également de la partie. Comme pour camoufler tant bien que mal les inquiétudes liées à l’avancée de la pandémie. «J’ai commencé à faire des choses que je ne faisais jamais chez moi avant, genre du sport», plaisante Samanta, 31 ans. «Je viens de sortir de 5 mois de chômage et là, j’ai l’impression, d’y être à nouveau», note Alexandre en décapsulant sa deuxième bière.

La bande de copains lausannois s’efforce déjà de voir toutes sortes d’avantages dans cette nouvelle manière de trinquer. «Parfois, le mercredi soir, je suis trop fatiguée pour sortir de chez moi, raconte Sarah, 27 ans. Mais là, étant donné que je peux rester dans mon salon, c’est très pratique. On peut partir quand on veut. On est déjà chez soi.» «Et c’est aussi moins cher que de prendre l’apéro en ville», renchérit Olia. Seul bémol peut-être: le mode d’interaction totalement chamboulé. «En visioconférence, on est tous obligés de participer à la même discussion et de prendre la parole l’un après l’autre. Au risque, sinon, de ne pas se faire comprendre. C’est très différent qu’un apéro réel», témoigne Samanta.

Les bières et les chips sont terminées. Au final, l’expérience de l’apéro virtuel n’est pas si étrange que cela. Elle est parfaite pour éviter de répandre le virus. «Il manque un peu de chaleur humaine, déplore Sarah. Mais c’est le prix à payer pour maintenir un semblant de vie sociale. Et on réussit à avoir les mêmes conversations que d’habitude dans une ambiance décontractée, donc c’est chouette!» Une première expérience d’apéro 2.0 donc plutôt réussie pour ces connectés. «Rendez-vous mercredi prochain, même heure, même endroit», conclut Olia avant de mettre un terme à ce premier «coronapéro» qui restera probablement dans les annales.

Créé: 21.03.2020, 11h38

Des applications de visioconférences

Skype, Zoom, Messenger, WhatsApp, Instagram, FaceTime, Hangouts ou encore Houseparty: au niveau des services de messagerie vidéo, il y a l’embarras du choix.

Skype La plus emblématique, sans aucun doute. Ce logiciel, pionnier du genre, existe depuis 2003, et appartient à Microsoft depuis 2011.

Zoom La plus professionnelle. Conçue à la base pour pouvoir organiser des réunions à distance, elle est aujourd’hui très utilisée pour retrouver ses proches en son
et en vidéo, avec un verre à la main.

Messenger La plus simple d’utilisation. Liée à Facebook, cette application possède une fonction de discussion vidéo. À noter: WhatsApp et Instagram proposent elles aussi des fonctionnalités de visioconférence similaires.

Facetime La plus facile d’accès, avec Hangouts. Ce sont les applications de base présentes sur les smartphones et sur les tablettes. FaceTime est installée sur tous les appareils Apple, tandis que Hangouts est son pendant chez Google et Android.

Houseparty La plus fun. Elle existe depuis 2016 et connaît un succès toujours grandissant depuis le début des mesures de confinement, notamment en Italie. Le concept est simple: via Housparty, il est possible de se connecter virtuellement par chat vidéo, jusqu’à 8 convives simultanément.

Articles en relation

Les vignerons offrent le port et vantent le visioapéro

Coronavirus Les commerces de vin peuvent rester ouverts, au même titre que les épiceries. Plus...

Le papier-toilette, cet obscur objet du désir

Coronavirus La ruée sur les rouleaux a étonné tout le monde. Même les grands distributeurs. Le papier-toilette est un symbole de sécurité. Plus...

Ces personnes âgées qui bravent le confinement

Coronavirus Nombreuses sont les personnes de plus de 65 ans qui se promènent en dépit des recommandations. Le beau temps et l’ennui les poussent à désobéir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.