L’élite politique de Genève et Vaud parade au Palais fédéral

Métropole lémaniqueAlors que le National votait sur la péréquation, Vaud et Genève menaient ensemble une opération séduction.

Les Alémaniques soutiennent-ils le canton de Vaud?
Vidéo: Igor Cardellini

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans les boiseries de la galerie des Alpes, le conseiller d’Etat vaudois Philippe Leuba est décontracté. Vaud et Genève ont obtenu une «victoire tactique» au Conseil national, qui a débattu hier matin de la péréquation financière intercantonale. Les cantons riches, dont ils font partie, auront vraisemblablement moins à payer.

Pour ne rien gâcher, l’opération séduction que les Exécutifs genevois et vaudois ont organisée à Berne fonctionne bien. Quelque 300?personnes sont là. Alors, Philippe Leuba, un sourire en coin, salue ces «authentiques Genevois» que sont ses pairs du canton voisin, des gens qui en ont «toutes les qualités et les quelques rares défauts».

Cette réception, animée par les élèves des écoles hôtelières des deux cantons, est probablement une première. Deux Etats qui «montent» ensemble à Berne pour se rappeler au bon souvenir des autres, ça n’est pas courant. Une manière de montrer qu’ils pèsent de plus en plus lourd en Suisse et qu’ils sont capables de dépasser leurs différences. «Les clichés sont révolus», dit le président du Conseil d’Etat genevois, François Longchamp.

Son homologue Pierre-Yves Maillard abonde, tout en marquant le coup face au conseiller fédéral Alain Berset et à un parterre de députés de tous les cantons: «Aujourd’hui, nous sommes forts, mais nous avons traversé des années 1990 très difficiles. Il faut que vous nous aidiez à ne pas revivre cela.» Le Vaudois fait notamment allusion au 9 février, qui menace l’économie des deux cantons.

«Message d’amour»

Une allumette au fromage à la main, l’UDC vaudois André Bugnon se souvient: «A cette époque des années 1990, les collègues suisses allemands nous disaient: «Mais qu’est-ce que vous foutez?» Ce temps-là, c’était aussi celui où Vaudois et Genevois se déchiraient sur la fiscalité des pendulaires. Aujourd’hui, ils viennent ensemble à Berne à l’enseigne de la Métropole lémanique pour montrer leur unité, envoyer «un message d’amour à la Suisse», selon l’expression du Genevois Christian Lüscher.

Et les conseillers d’Etat ne tarissent pas d’éloges sur leurs équivalents. Le chef des Finances genevoises, Serge Dal Busco, apprécie ce Pascal Broulis qui «trouve toujours des solutions». «Je m’en inspire», sourit-il. La Vaudoise Nuria Gorrite est pour sa part enchantée du tandem qu’elle forme avec Luc Barthassat: «Son caractère très jovial me convient!» François Longchamp aime la «solidité», l’«assise» de Pierre-Yves Maillard. Anne-Catherine Lyon précise: «Nos homologues des autres cantons sont les seuls à faire exactement le même métier.»

Tiens, voici l’UDC fribourgeois Jean-François Rime. Que pense-t-il de cette agape? «Je salue cette initiative. Mais je n’aimerais pas que cela se fasse sur le dos de Fribourg», grince-t-il mi-amusé, mi-sérieux.

Les hôtes commencent à se faire rares dans la galerie des Alpes. La Vaudoise Béatrice Métraux échange encore quelques mots avec la coprésidente de son parti: Adèle Thorens. Et elle a encore ce commentaire avant de repartir pour Lausanne: «Ici, nous nous rendons compte que nous ne sommes qu’une petite partie de la Suisse. C’est aussi ça l’avantage de cette rencontre: sentir l’atmosphère fédérale.» (24 heures)

Créé: 03.06.2015, 22h34

«Vous arrogants? Non!»

La région lémanique en fait-elle trop à Berne? Y a-t-il de l’arrogance à envoyer les Conseils d’Etat vaudois et genevois in corpore au cœur du Palais fédéral pour amadouer, autour d’une collation au demeurant excellente, les parlementaires suisses et les bonzes de l’administration fédérale? C’est la question que nous avons posée à plusieurs élus d’outre-Sarine. Et la réponse est claire: au mieux, c’est très sympa; au pire, c’est de l’argent jeté par les fenêtres. Mais personne ne trouve la démarche arrogante.

La plus enthousiaste, c’est la conseillère nationale Silva Semadeni (PS/GR). «J’adore ce type de manifestations. J’habite dans l’est du pays et c’est un privilège de pouvoir rencontrer des représentants de l’ouest. De connaître leurs soucis ou de découvrir leurs visions pour la Suisse. Ces rencontres renforcent la cohésion nationale.»

Même son de cloche positif à l’autre bord politique. Albert Rösti (UDC/BE) nous chante les?louanges du fédéralisme et estime parfaitement légitime l’opération de charme de Vaud et de Genève. Pour voir si cet amour résiste à la critique, on porte le fer dans la plaie en lui balançant: «Ça ne vous dérange donc pas que la région lémanique estime trop payer pour les cantons pauvres, comme par exemple Berne qui reçoit plus de 1?milliard par année?» Légère crispation mais il réplique: «C’est normal que les deux cantons défendent leurs intérêts. Et le canton de Berne ne s’émeut pas quand l’argent fédéral coule pour l’EPFL.»

La surprise du jour? L’aveu commun que font sans se concerter Semadeni et Rösti: «Les cantons arrogants, ce ne sont pas Genève et Vaud mais Zoug et Schwytz.» La concurrence fiscale effrénée et l’outrance de certaines déclarations ont mal passé.

Des voix critiques alémaniques sur l’apéro géant d’hier, on en trouve. Le conseiller aux Etats Urs Schwaller (PDC/FR) estime que les gouvernements cantonaux en font trop. «Je ne suis pas convaincu par cette approche culinaire. Cela ne sert pas à grand-chose car on ne discute pas des dossiers. Plus généralement, pourquoi les gouvernements cantonaux court-circuitent-ils leurs élus à Berne? N’ont-ils pas assez confiance envers ces ambassadeurs naturels du canton?»

Le conseiller aux Etats Georges Theiler (PLR/LU) tape encore plus fort: «Il y a beaucoup trop de manifestations de ce type. Un petit verre, une petite conversation, cela n’apporte pas grand-chose. Quant aux lobbyistes payés par les cantons, ils ne servent à rien. C’est du gaspillage d’argent public. Je l’ai dit à mon Canton .»

Arthur Grosjean

Des collaborations dans de nombreux domaines

Médecine

Vaud et Genève se rencontrent tous les trois mois pour mettre au point leurs politiques hospitalières. Des collaborations courent depuis des années en médecine légale et en chirurgie pédiatrique. Plus récemment, les deux cantons ont fait naître un «centre médical d’excellence» en chirurgie cardiaque pédiatrique qui profitera à toute la Suisse romande. Par ailleurs, une plate-forme sera créée à Bussigny, qui abritera des locaux de stockage et une cuisine froide, entre autres, pour les deux hôpitaux. Cet aménagement permettra aux deux établissements de dégager de la place chez eux, pour les soins directs.

Fiscalité

Pascal Broulis et Serge Dal Busco, les deux chefs des Finances, aiment à parader ensemble pour montrer qu’ils ont une stratégie commune face à la réforme de la fiscalité des entreprises, la RIE3. Les deux cantons ont chacun arrêté des taux d’imposition assez proches pour l’ensemble des entreprises indigènes et étrangères. Ce sera 13,79% pour Vaud et 13% pour Genève. Les pertes enregistrées par les cantons doivent être en partie compensées par la Confédération. Les deux ministres se?battent pour obtenir le maximum de cette compensation. Car certains autres cantons en bénéficieront sans être vraiment touchés par la RIE3.

Transports
Vaud et Genève travaillent ensemble sur Léman 2030. Cette transformation de l’axe CFF Lausanne-Genève changera la vie des pendulaires avec davantage de trains et des gares renouvelées. Le tandem Barthassat-Gorrite siège au comité stratégique de l’opération. Les deux conseillers d’Etat doivent s’assurer que les onze chantiers qu’elle implique vont fonctionner. Les études sont par ailleurs cofinancées par les deux cantons. L’argent de la Confédération a été obtenu de haute lutte. Le travail commun se fait aussi pour la partie routière de l’axe Vaud-Genève, sur les contournements de Morges et de Genève, notamment.

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...