L’éviction qui rallume la crise à l’Église protestante

PétitionLa moitié des employés de l’EERV refuse le limogeage du responsable des RH, voulu par le Conseil synodal. Un cinglant désaveu.

Image d'archive: synode de l'EERV.

Image d'archive: synode de l'EERV. Image: Alain Rouèche

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les mots sont forts et les chiffres sans appel. Une pétition intitulée «Pour rétablir la confiance» porte la signature de 142 pasteurs et collaborateurs laïcs. C’est près de la moitié du personnel de l’Église évangélique réformée vaudoise (EERV). Elle est parvenue au Conseil synodal le 18 mars dernier, réaction épidermique à une décision qui visiblement ne passe pas.

Lors du dernier synode de l’EERV, les 8 et 9 mars derniers, l’Exécutif annonçait à l’assemblée qu’il prévoyait de retirer ses fonctions au responsable de l’Office des ressources humaines en vue d’engager un professionnel des RH. Succinct, le texte de la pétition demande tout simplement de revenir sur ces deux décisions. Mais il va plus loin en appelant l’Exécutif actuel à ne plus s’occuper de l’avenir de l’Office des ressources humaines. Ce dossier doit être laissé entre les mains du prochain Conseil synodal, qui doit être élu pas plus tard que ce printemps.

Tensions de fin de règne

Cette poussée de fièvre arrive à la fin d’une législature particulièrement difficile, marquée par une série de licenciements qui ont plongé l’institution dans une crise sans précédent (lire encadré). Et alors que cinq des sept membres du Conseil synodal ont annoncé qu’ils ne se représenteront pas, certains signataires estiment que le moment est mal choisi pour toucher au thème explosif de la gestion du personnel de l’Église. Pour Jacques-Etienne Deppierraz, pasteur à Perroy et l’un des dix initiants de la pétition, il ne s’agit pourtant pas d’un désaveu: «Pour nous, il n’y a pas de problème avec les personnes, mais avec un système et des fonctionnements. On ne peut pas prendre de telles décisions de manière unilatérale sans transparence, sans écoute et sans discussion.» Il précise toutefois qu’il ne se pose pas en porte-parole des 142 signataires.

«L’expérience de ces dernières années a montré que le cumul de ces fonctions n’était plus tenable»

Kevin Bonzon, pasteur à Nyon et lui aussi membre du comité signataire, résume l’enjeu: «L’Église n’est pas une entreprise. Il sera très compliqué de nous adresser à une personne qui ne connaît pas le métier que nous faisons.» Contacté, le président du Conseil synodal, Xavier Paillard, assure quant à lui que le responsable des ressources humaines ne perdra pas toutes ses attributions. S’il doit céder ses responsabilités dans la gestion administrative, financière et juridique des RH, il est convenu qu’il reste en charge de l’accompagnement des pasteurs dans leur ministère. «L’expérience de ces dernières années a montré que le cumul de ces fonctions n’était plus tenable», indique Xavier Paillard, ajoutant que professionnaliser les ressources humaines est «une demande de longue date du Synode et de la Ministérielle, association des pasteurs et diacres.»

«Dysfonctionnements»

Il défend également le timing de la décision du Conseil synodal, alors que lui-même fait partie des sortants qui passent la main: «Avant de remettre les clés à d’autres, il faut remettre les choses en ordre. On ne peut pas leur léguer une situation qui dysfonctionne.» De quels dysfonctionnements s’agit-il, et le responsable des RH est-il en cause? «Je n’ai pas envie de dire qu’il s’agit du désaveu d’une personne», répond Xavier Paillard. «Il y a des approximations et des difficultés récurrentes en termes de suivi administratif, juridique et financier», estime-t-il néanmoins. S’il ne donne pas plus de détails, ces difficultés ne dateraient pas d’hier et auraient été discutées à plusieurs reprises au sein du Conseil synodal et avec le responsable RH. Selon une source proche du dossier, les reproches porteraient sur des faits tels qu’un contrat de travail modifié par erreur ou un libellé de facture erroné donnant lieu à un remboursement indu. Contacté également, le responsable des RH ne fait quant à lui pas de commentaires.

Au-delà de la réorganisation des ressources humaines, cette nouvelle fronde s’inscrit dans une profonde crise de gouvernance de l’EERV, avec en ligne de mire le style jugé autoritaire du Conseil synodal. «Pour se renouveler, l’institution a besoin de souplesse, de confiance et de liberté, défend Jacques-Etienne Deppierraz. Est-ce que nous voulons une Église hiérarchique et centralisée, ou au contraire libérer le système? D’autres modèles de gouvernance existent, et nous devrions être à la pointe de ce genre de tendance.» L’histoire ne dit pas si tous les signataires de la pétition partagent ces idées. «Les structures de notre Église sont déjà très participatives», estime pour sa part Xavier Paillard. Ces questions devraient en tout cas animer la campagne en vue des élections pour la législature 2019-2024. En attendant, le Conseil synodal indique qu’il proposera une rencontre aux 142 pétitionnaires d’ici à la fin du mois d’avril.

Créé: 29.03.2019, 17h38

«Il n’y a pas de problème avec les personnes, mais avec un système»

Jacques-Etienne Deppierraz, pétitionnaire, pasteur à Perroy

«En remettant les clés, on ne peut pas léguer une situation qui dysfonctionne»

Xavier Paillard, président du Conseil synodal

Une législature émaillée de secousses

2014 L’EERV licencie le pasteur de Gryon Daniel Nagy, qui manifestera devant la cathédrale de Lausanne.

2015 Le pasteur Martin Hoegger est démis de ses fonctions de responsable du dialogue œcuménique pour avoir «passé outre les règles déontologiques». Des échanges de courriers «aux limites de l’insulte» avec l’Office des RH l’avaient mené à déposer une plainte pénale, abandonnée par la suite. Deux autres pasteurs sont licenciés.

Juin 2016 Un cinquième pasteur, Daniel Fatzer, est licencié et fait une grève de la faim de vingt-trois jours à l’église Saint-Laurent de Lausanne. Inquiet de la politique du personnel, le Synode met en place une Commission de traitement des litiges.

Septembre 2016 Le Conseil synodal s’excuse d’avoir licencié Martin Hoegger.

Novembre 2016 Daniel Nagy perd son procès aux Prud’hommes contre l’EERV.

2017 Les suffragants Théodore Ntamack Ntamack, à la paroisse du Haut-Talent, et Charles Nzila Makengo, à Bussigny, sont licenciés.

Mars 2018 Le Synode refuse le plan de dotation des ressources humaines proposé par le Conseil synodal qui prévoyait de renforcer le personnel au siège de l’Église.

Juin 2018 Conseiller synodal en charge des RH, John Christin démissionne avec effet immédiat. Ses collègues lui avaient retiré son dicastère alors qu’il défendait le directeur de l’Office des RH, aujourd’hui évincé.

Novembre 2018 Dans un rapport, la Commission de gestion accuse le Conseil synodal d’avoir développé une «politique du bouc émissaire», avec des «accusations de complot». Selon elle, on «ne peut pas» diriger une Église comme une entreprise.

Patrick Chuard

Articles en relation

Église réformée: un rapport étrille le Conseil synodal

Religion La commission de gestion du Synode, parlement de l’Église évangélique réformée (EERV), critique durement le management «entrepreneurial» de son gouvernement, en crise. Plus...

Le procès Fatzer contre l'EERV a repris

Droit du travail Auditions de témoins mardi devant le Tribunal civil de Lausanne dans l’affaire du pasteur licencié. Plus...

Une démission sur fond de tensions internes à l’EERV

Conflit Pour dénoncer des divergences en termes de gouvernance, un membre du Conseil synodal a claqué la porte. Plus...

Pour leur pasteur licencié les fidèles font la grève du culte

Froideville Abasourdis par la décision et les méthodes de l’EERV, des paroissiens ont manifesté devant l’église dimanche. Plus...

L’Eglise réformée vaudoise réfléchit à son évolution

Religion Désormais, les fidèles s’engagent pour un projet, pour une activité ponctuelle. L'EERV doit adapter son fonctionnement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.