L’origan pour protéger la vigne contre le mildiou

DécouverteDes chercheurs de Genève et de Changins ont découvert les étonnants effets de l’huile essentielle issue de cette plante.

L'utilisation de l'huile essentielle d'origan pourrait permettre de réduire les pesticides.

L'utilisation de l'huile essentielle d'origan pourrait permettre de réduire les pesticides. Image: Magali Girardin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une huile essentielle peut-elle venir au secours des viticulteurs? Cela semble être le cas. Des chercheurs de la Haute École du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève (Hepia) et de la Haute École de viticulture et œnologie de Changins viennent de mettre en évidence les étonnantes propriétés de l’origan en matière de lutte contre le mildiou, un champignon qui cause des ravages dans les vignes.

«Les essais se sont déroulés à Changins sur du chasselas, cépage particulièrement sensible au mildiou», précise le professeur de l’Hepia François Lefort. Des boutures ont été infectées par le parasite puis exposées non pas à une pulvérisation, mais bien à une fumigation d’huile essentielle d’origan, une plante aromatique appelée aussi marjolaine.

Si les essais de fumigation pendant une période trop longue (une dizaine de jours) ont été un échec – «à ce moment-là, l’huile essentielle devient toxique», relève le chercheur –, en revanche la même opération effectuée sur une durée plus courte, soit vingt-quatre heures, a donné un résultat surprenant. «Cela a déclenché chez la plante plusieurs mécanismes de résistance au mildiou.»

La vigne a en quelque sorte activé certains gènes de son système immunitaire, permettant ainsi de réduire de 95% le développement du redoutable champignon. «Nous avons aussi testé la fumigation d’huile essentielle de thym, par exemple, mais le niveau de protection de la plante était bien inférieur.»

Les résultats de l’étude dirigée par le professeur Lefort et son collègue de Changins Markus Rienth ont fait l’objet d’un article publié le 27 septembre dans le journal spécialisé «PLoS One». Ils laissent entrevoir de nouvelles techniques de lutte contre les maladies de la vigne.

À terme, cela pourrait permettre de réduire l’utilisation de pesticides synthétiques et, ainsi, «promouvoir des écosystèmes viticoles durables» répondant mieux «aux demandes des consommateurs», indiquent les scientifiques dans un communiqué de presse. Ces essais doivent maintenant être approfondis avant d’envisager une application à plus large échelle.

Créé: 08.10.2019, 13h38

Articles en relation

La Suisse peine à interdire des pesticides dangereux

Agriculture Le Matin Dimanche Il faut des années pour bannir les produits identifiés comme toxiques, y compris pour l’homme. Pour la première fois, la Confédération admet des défaillances dans son système d’autorisation Plus...

La pression monte contre l’usage des pesticides

Environnement Les Jeunesses de partis de droite plaident pour une alternative aux deux initiatives débattues dès ce mercredi au Conseil national. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 11 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...