L’usine à gaz du Pôle muséal

VaudLa gouvernance du projet est des plus complexes sur le papier. Dans la réalité, tout remonte au Conseil d’Etat. Cet organigramme en labyrinthe est tout de même appelé à se simplifier

Le pôle muséal réunira le Musée cantonal des beaux-arts (MCBA), celui de l’Elysée et le Musée de design et d’arts appliqués contemporains (Mudac).

Le pôle muséal réunira le Musée cantonal des beaux-arts (MCBA), celui de l’Elysée et le Musée de design et d’arts appliqués contemporains (Mudac). Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Certains profitent de leurs vacances d’été sur une plage pour tenter de remplir une grille grand format de mots croisés ou un sudoku niveau samouraï. De son côté, 24 heures s’est hasardé à établir l’organigramme de la gouvernance du Pôle muséal, aussi appelé Plateforme10. Ce projet consiste à construire de nouveaux bâtiments pour le Musée cantonal des beaux-arts (MCBA), celui de l’Elysée et le Musée de design et d’arts appliqués contemporains (Mudac) sur la parcelle des anciennes halles aux locomotives à la gare de Lausanne.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Retracer cette organisation n’a pas été une sinécure. Outre une structure emberlificotée, il faut également suivre le personnel qui change de case. Récemment, il y a eu le transfert d’Anne-Catherine Lyon de la tête du Département de la formation et de la culture à la présidence de la future Fondation du MCBA.

Alors pourquoi faire simple si l’on peut faire compliqué? «Cet organigramme complexe s’explique par le fait que ce projet regroupe plusieurs institutions, au début tout était à faire, note Catherine Labouchère, vice-présidente de la Fondation de soutien à la Plateforme Pôle muséal et députée PLR. Il va se simplifier au fur et à mesure de l’avancée du projet. Les choses vont s’arranger d’elles-mêmes.» L’Etat de Vaud confirme que ce dispositif est appelé à s’amincir.

Intégrer un maximum de monde

Les enseignements tirés de l’échec dans les urnes du Musée cantonal des beaux-arts à Bellerive en 2008, ont également joué un rôle dans l’élaboration de cet organigramme. L’idée de base était d’intégrer un maximum de monde au nouveau projet afin d’éviter qu’il ne soit bloqué. Par exemple, le «groupe de concertation» est constitué d’anciens opposants et de partisans de Bellerive. Maintenant que le Pôle muséal à la gare est bien avancé, que la menace référendaire est derrière, ce groupe tombe gentiment en désuétude.

«Cet organigramme complexe s’explique par le fait que ce projet regroupe plusieurs institutions. Il va se simplifier au fur et à mesure de l’avancée du projet»

Catherine Labouchère, vice-présidente de la Fondation de soutien à la Plateforme Pôle muséal et députée PLR

Comme le résume une membre qui siège dans l’un de ces comités: «Vu de l’extérieur cela peut paraître une usine à gaz, mais cela permet de mettre tout le monde dans le bateau et cela fonctionne très bien.» Effectivement, les résultats sont là. Moins de dix ans après un refus en votation populaire, les murs du futur MCBA se dressent aux abords des voies de chemin de fer.

L’avancement du projet ne doit probablement pas grand-chose à cette organisation labyrinthique. L’efficacité est due à l’exercice plutôt vertical du pouvoir au sein de Plateforme10. Malgré ce que pourrait laisser penser l’organigramme. Certes, des gens sont concertés, siègent dans divers comités, mais c’est le Conseil d’Etat qui décide.

«Vu de l’extérieur cela peut paraître une usine à gaz, mais cela permet de mettre tout le monde dans le bateau et cela fonctionne très bien»

Membre d’un des comités du projet Plateforme10

La genèse du projet en est d’ailleurs la parfaite illustration. Après l’échec de Bellerive, un «groupe cantonal d’évaluation des sites» est constitué par le gouvernement pour choisir le meilleur lieu où implanter le futur musée. Le 30 septembre 2009, ce groupe rend ses conclusions: le meilleur site est celui de la place de la Riponne à Lausanne. Dans la foulée, le Conseil d’Etat annonce que le Musée cantonal des beaux-arts se construira sur les halles aux locomotives.

Les nominations du Conseil d’Etat

L’homogénéité du personnel qui compose cet organigramme participe aussi à asseoir l’autorité du Conseil d’Etat. Les personnes-clés ont toutes été nommées par l’Exécutif cantonal. Que ce soit Chantal Prod’Hom à la présidence du Conseil de direction, les directeurs de musées, Bernard Decrauzat au Comité de liaison ou encore dernièrement Anne-Catherine Lyon à la présidence du conseil de la future Fondation du MCBA. La Commune de Lausanne, elle, n’est que «partenaire» de ce projet cantonal.

Il faudra néanmoins voir comment évolue cette organisation. Les élections cantonales de ce printemps ont mis fin au duo formé par Pascal Broulis et Anne-Catherine Lyon. Les deux conseillers d’Etat siégeaient ensemble depuis 2002 et sont proches. Une complicité qui ne se retrouvera peut-être pas entre Pascal Broulis et la nouvelle élue Cesla Amarelle. (24 heures)

Créé: 25.07.2017, 06h43

Chantier

Le nouveau bâtiment du MCBA à la gare de Lausanne devrait être inauguré en 2019. L’ouverture du second édifice qui abritera le Musée de l’Elysée et le Mudac est espérée pour 2021. (Image: Florian Cella)

En chiffres

180

C’est, en millions, le coût du projet Plateforme10. Son financement repose sur un partenariat public-privé.

82,7

C’est, en millions, le budget pour le nouveau bâtiment du MCBA. Le Canton en paie 44,5 millions, Lausanne 5 millions et les privés 33,2 millions.

100

L’estimation en millions du coût de la seconde étape du Pôle muséal avec l’Elysée et le Mudac. Elle sera aussi financée par un partenariat public-privé.

20

C’est, en millions, ce que Lausanne prévoit de payer pour la seconde étape du Pôle muséal. Le Canton et les privés devront mettre chacun 40 millions.

Articles en relation

Des élus veulent rebaptiser «Plateforme 10»

Pôle muséal Un postulat du popiste Julien Sansonnens lance l'idée d'associer les Vaudois à la recherche d'un nouveau nom pour le projet culturel phare du Canton. Plus...

Un crédit crucial pour réunir le Mudac et le Musée de l'Elysée

Plateforme 10 Le Grand Conseil devra voter une dépense de 51,7 millions de francs pour finaliser la mue culturelle du site ferroviaire. La part cantonale d'un projet à plus de 100 millions. Plus...

Le Pôle muséal touche le gros lot: 10 millions

Lausanne La Loterie Romande soutient la seconde étape du projet Plateforme 10, qui doit accueillir le Musée de l’Elysée et le Mudac. Plus...

Plateforme 10 reçoit 10 millions de la Loterie Romande

Beaux-arts Journée de chance pour le projet, qui reçoit un gros chèque et voit arriver huit cahiers de la créatrice emblématique Aloïse Corbaz. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.