La fiscalité des Vaudois devient un thème de débat

Grand ConseilLe parlement est saisi de plusieurs textes pour modifier l’impôt des personnes physiques.

Le président de la Commission des finances, Alexandre Berthoud (PLR), avec derrière lui le chef du groupe UDC, Philippe Jobin.

Le président de la Commission des finances, Alexandre Berthoud (PLR), avec derrière lui le chef du groupe UDC, Philippe Jobin. Image: JEAN-BERNARD SIEBER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lors de la campagne des élections cantonales de 2017, PLR et socialistes avaient savamment évité le thème de la fiscalité des personnes physiques dans leurs débats. Une année plus tard, les objets sur l’imposition des Vaudois remplissent l’ordre du jour du Grand Conseil. Voyant arriver les députés avec leurs motions, le Conseil d’État a présenté en juin sa «stratégie fiscale 2022», à laquelle un accord financier Canton-Communes est venu s’ajouter et dont les effets sur les contribuables sont encore peu clairs.

Mardi, l’impulsion est principalement venue des bords de l’hémicycle, en l’occurrence l’UDC, pour une baisse d’impôt et Ensemble à Gauche pour revoir le barème fiscal. Leurs textes ont fini dans la sciure, mais le débat revient en deuxième semaine, mardi prochain.

Le centre droit, avec les Vert’libéraux, n’est pas en reste. Leur président, François Pointet, a déposé une motion qui demande «au Conseil d’État de proposer un projet de baisse d’impôt ciblant en priorité la classe moyenne». Le motionnaire rappelle qu’après «treize années de bénéfices nets pour un peu moins de 2,5 milliards de francs cumulés sur la période, il est temps de remercier les citoyens en réduisant le fardeau fiscal». Seulement, François Pointet a accepté que sa motion soit transformée en postulat. Ce texte n’est donc plus contraignant pour le Conseil d’État. Autant dire que c’est du vent. Surtout lorsque cela concerne une matière comme la fiscalité.

La motion de l’UDC qui demandait, elle, une baisse de 3 points du taux d’imposition cantonal, était partie pour connaître le même sort. La Commission des finances (Cofin) avait adopté à une large majorité la transformation de la motion en postulat, contre l’avis du motionnaire Philippe Jobin. Mardi, le chef du groupe UDC a donc préféré retirer son texte pour déposer une nouvelle motion avec une demande de renvoi direct au Conseil d’État.

Cette seconde mouture veut toujours une baisse de 3 points, mais ventilée sur deux ans à partir de 2020 et avec une marge de manœuvre pour le gouvernement en matière de déductions fiscales possibles. La motion de l’UDC sera à l’ordre du jour de la séance de mardi prochain. «Je pense que l’on devrait avoir une majorité», pronostique Philippe Jobin.

Prudence, prudence…

Le PLR sera particulièrement observé. Lors de la précédente législature, il a condamné des baisses d’impôt proposées par les Vert’libéraux en votant avec les socialistes. Ces derniers, par la voix de leur ancien président Stéphane Montangero, constatent que «les comptes 2017 de l’État de Vaud ont aiguisé les appétits». L’élu PS rappelle l’adage vaudois «Prudence, prudence, prudence»: «C’est facile d’ouvrir les vannes financières, il est beaucoup plus dur de les refermer.»

Sur sa gauche, pour contrer les projets de baisse fiscale, le député Hadrien Buclin d’Ensemble à Gauche a, lui, déposé une motion qui vise à modifier le barème de l’impôt dans le sens d’une plus forte progression pour les hauts revenus. Cette motion, encore une fois transformée en postulat par la Cofin, a séduit dans les rangs socialistes et Verts. Le texte a fini par être classé après un vote gauche-droite relativement serré. «Ce débat a le mérite de clarifier les fronts en matière fiscale dans le canton», a constaté le président du PLR, Marc-Olivier Buffat. (24 heures)

Créé: 02.10.2018, 21h43

Des règles pour voyager

«Ne pas se dévoyer pour des voyages.» Le PS a apparemment cogité sur l’intitulé de son interpellation développée mardi. Son contenu, lui, arrose assez largement: neuf questions relatives aux processus de décision, aux contrôles et à la publicité des voyages officiels du Conseil d’État et des cadres de l’administration. Cette interpellation fait suite à diverses révélations de la presse sur des voyages aux statuts ambigus effectués par certains de nos élus.

Articles en relation

Les impôts sont bien plus lourds à Lausanne qu’à Genève

Fiscalité Notre comparatif montre notamment que les retraités seuls à bas revenu sont privilégiés à Genève et rudoyés à Lausanne. Plus...

Deux élues vaudoises s’expliquent sur leur voyage en Ukraine

Politique Rebecca Ruiz et Jacqueline de Quattro sont allées en Ukraine avec Frederik Paulsen. Elles assurent qu’il s’agissait d’un voyage officiel. Plus...

Pourquoi interroger les voyages de Pascal Broulis?

L'invité Claude Calame évoque la pratique des forfaits et régimes fiscaux spéciaux dans le canton de Vaud. Plus...

Côté russe, il s’agissait d’une «délégation suisse»

Voyages controversés En 2013 et 2015, Savary et Broulis sont présentés comme des «politiciens» ou des «délégués» sur des sites Web locaux. Plus...

Les mauvais contribuables risquent gros dès dimanche

Fiscalité L’échange automatique de renseignements en matière fiscale débute en fin de semaine. Le délai de grâce échoit dans quelques jours. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 11 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...