La gauche dure veut que le procureur s’intéresse à Broulis

PolitiqueTrois élus de SolidaritéS et de Décroissance-Alternatives sinterrogent sur la potentielle «acceptation d’un avantage» du ministre lors de voyages en Russie.

Pascal Broulis, conseiller d'Etat libéral-radical (PLR), à la tête du Département des Finances.

Pascal Broulis, conseiller d'Etat libéral-radical (PLR), à la tête du Département des Finances. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est une procédure exceptionnelle en terre vaudoise: des élus d’un parti représenté au Grand Conseil qui écrivent au Ministère public pour dénoncer un conseiller d’État en fonction.

Ce mercredi, trois élus de SolidaritéS et de Décroissance-Alternatives ont adressé un courrier au Procureur général pour qu’il «examine» si une instruction pénale est nécessaire à l’encontre de Pascal Broulis. Il s’agit de trois conseillers communaux, mais pas de députés: Pierre Conscience, Claude Calame et Alain Gonthier. Ils agissent «avec la sympathie, et non le soutien» de leurs partis.

Ils soupçonnent Pascal Broulis d’«acceptation d’un avantage», en lien avec des voyages effectués en Russie en compagnie du milliardaire Frederik Paulsen, patron de la multinationale Ferring. Ils se basent sur les révélations du quotidien Tages-Anzeiger et de la RTS. «Nous mettons cela au conditionnel. Notre soupçon est que Pascal Broulis pourrait s’être fait financer tout ou partie de ces voyages et que, en parallèle, monsieur Paulsen aurait pu bénéficier d’autres avantages, peut-être de nature fiscale», explique Pierre Conscience.

Leur lettre s’inspire de la procédure actuelle à l’encontre de Pierre Maudet, le président PLR du Conseil d’État genevois. Le Ministère public de Genève a demandé la levée de son immunité, le soupçonnant d’«acceptation d’un avantage» dans le cadre d’un voyage à Abu Dhabi.

À 17 h mercredi, Pascal Broulis a renoué avec son habitude des «notes à la presse», qu’il utilisait déjà ce printemps à propos de sa situation fiscale. Son avocat n’a pas retourné nos appels. Dans ce nouveau document, il explique qu’il «poursuit dans la plus totale sérénité son travail». Même s’il taxe le courrier de «manœuvre politique», il présente plusieurs arguments de défense. Connaissant Frederik Paulsen depuis 2009, il «répète» ce qu’il a déjà dit au Tages-Anzeiger: «J’ai participé durant mes vacances et à mes frais à des voyages privés organisés en Sibérie par M. Éric Hoesli. Monsieur Paulsen a participé à certains de ces voyages et je ne lui suis redevable de rien.» Il ajoute n’avoir jamais été «en contact avec le dossier fiscal» de Frederik Paulsen. Pour appuyer ses dires, il adjoint à sa note un droit de réponse publié dans le Tages-Anzeiger et signé par Ferring International. (24 heures)

Créé: 12.09.2018, 19h17

Articles en relation

La gauche questionne les voyages de Pascal Broulis

Débat Ensemble à Gauche et le PS veulent des éclaircissements à propos de séjours en Russie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...