La quasi-totalité des crèches va fermer

VaudSeules quelques garderies resteront ouvertes vers les hôpitaux, pour accueillir les enfants des «professionnels luttant contre le coronavirus».

Vaud s'est aligné sur la pratique des autres cantons romands.

Vaud s'est aligné sur la pratique des autres cantons romands. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vaud se range à l’avis des autres Cantons romands: les crèches et les garderies seront presque toutes fermées dès ce mercredi. Seule une «prestation d’accueil d’urgence» sera mise sur pied. Mais elle ne sera accessible qu’aux enfants dont les parents sont des «professionnels luttant contre le virus», selon la terminologie officielle de l’État de Vaud.

C’est-à-dire? Les bambins des parents qui travaillent dans des domaines spécifiques: santé, sécurité, «transports indispensables», approvisionnement alimentaire, pharmacies, Protection civile et armée (si les parents sont mobilisés), personnel du Canton et des Communes (si les parents doivent travailler), ainsi que les enfants du personnel dans les garderies qui restent ouvertes. La ministre socialiste Nuria Gorrite l’a fait savoir lundi aux réseaux d’accueil.

La règle devient donc plus stricte que les annonces de vendredi et du week-end. Car jusqu’alors, les parents sans solution de garde pouvaient encore essayer de placer leurs enfants en crèche. Quant aux garderies privées non subventionnées, elles devront tout bonnement fermer.

Les enfants encore accueillis le seront dans des «lieux d’accueil d'urgence», c’est-à-dire des crèches à proximité des hôpitaux à Lausanne, à Yverdon, à Morges, à Rennaz, à Payerne et à Sainte-Croix.

«Ce lundi, les garderies en général étaient presque vides, et nous nous attendons à ce que le volume d’enfants accueillis désormais ne soit pas énorme», explique Valérie Berset, la cheffe de l’Office cantonal de l’accueil de jour (OAJE).

Il est vrai que le nombre d’enfants a drastiquement diminué lundi par rapport à vendredi. À Lausanne, certaines structures ne comptaient qu’une poignée d’enfants, contre plusieurs dizaines d’habitude. À Yverdon, les quatre crèches «communalisées» ont reçu 37 enfants au lieu de 201.

Plusieurs lieux d’accueil ont même annoncé leur fermeture lundi en matinée pour des cas de coronavirus. Mais il semblerait que ces cas concernent le personnel, et non pas les enfants. À Lausanne par exemple, deux crèches sur 50 étaient fermées.

Malgré tout, une certaine inquiétude régnait lundi parmi les éducatrices. Car dans ce job, impossible de respecter les règles de distance entre les personnes. David Payot, le municipal lausannois de l’Enfance, se veut rassurant: «A priori, les enfants auxquels elles s’adressent ne sont pas malades, car un enfant malade ne peut pas être accueilli, explique l’élu popiste. Si un enfant a de la fièvre, il doit rester chez lui. Quant à l’idée de distribuer des masques, cela impliquerait que chaque éducatrice et chaque enfant en portent un et le changent toutes les deux heures. C’est impossible, notamment lors des repas.»

Créé: 16.03.2020, 22h34

Articles en relation

«Nous recommandons aux parents de ne pas amener leurs enfants en garderie»

Enfants Certaines crèches commencent à fermer. Les autorités se veulent rassurantes, comme David Payot à Lausanne. Plus...

Le Conseil d'Etat vaudois prononce l'état de nécessité sur tout le territoire

Coronavirus Tous les commerces non essentiels ferment. Tout rassemblement public est interdit Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.