La télépathie pour animaux se développe dans le canton

VaudSur Vaud, ils sont une vingtaine à faire de la télépathie pour quatre pattes.

En envoyant une photo, le nom, l’âge, le lieu de résidence de l’animal, et votre question, la communicatrice animalière Valérie Lebon se connecte à votre compagnon.

En envoyant une photo, le nom, l’âge, le lieu de résidence de l’animal, et votre question, la communicatrice animalière Valérie Lebon se connecte à votre compagnon. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les pieds doivent se connecter à de grandes racines rouges. L’esprit se mettre en veilleuse. «Le pont de lumière qui part de votre cœur est le chemin entre vous et l’animal. N’oubliez pas de toujours vous présenter et de lui demander s’il est d’accord de communiquer avec vous.» A côté de la bougie, Valérie Lebon, 43 ans, dépose les photos de Caramel, Kiwi et Capsule. Trois chats. «Mettez sur le papier tout ce qui vous vient», poursuit la Lausannoise lors de son cours donné, vendredi dernier, à deux novices de la télépathie animale.

Comme une vingtaine de Vaudois repérés sur internet, Valérie Lebon se dit communicatrice animalière. En lui envoyant une photo, le nom, l’âge, le lieu de résidence de l’animal, et votre question, elle se connecte à votre compagnon. Mieux, elle dit pouvoir converser avec lui. Le tout pour 75 francs. «Je peux lui poser des questions et lui transmettre des messages. Je ne parle pas aux personnes avant ou après. J’envoie juste par mail ce que l’animal m’a communiqué», précise-t-elle. Et, en plus, à ses dires, cela s’apprend. Esprits cartésiens, au placard!

Recenser les plus sérieux

De quoi sourire ou craindre une vague de charlatanisme? Les adeptes sont pourtant bien là. «Depuis un à deux ans, la demande a explosé. Sans être une communicatrice encore très connue, j’ai au moins deux sollicitations par jour.» Et pas que des accros aux chakras. On s’attendait à un lynchage des garants de la médecine animalière. Rien. A la Société vaudoise des vétérinaires (SVV), on réfléchit même à inscrire ces praticiens d’un nouveau genre sur une liste. «Nous souhaitons recenser les personnes sérieuses qui font cela. Nous avons remarqué l’engouement actuel, et notre crainte est surtout que n’importe qui se prétende communicateur», explique le Dr Jean-Gabriel Mottier, président de la SVV.

Un homme de science qui y croit? «J’ai rencontré une communicatrice et elle a dit des choses qui m’ont interpellé. C’est sûr qu’on ne peut pas le prouver scientifiquement, mais je reste ouvert à ces pratiques. Il y a des tas de choses qu’on ne peut pas expliquer, et il faut l’accepter.»

Vétérinaire à Lausanne, la doctoresse Alexandra Durrer ne va pas jusqu’à proposer à ses clients de s’adresser à une communicatrice. Mais elle aussi reste ouverte à cette pratique. Ce trend ne l’étonne pas à l’heure où les animaux de compagnie prennent toujours plus de place chez l’homme. «On sait que les animaux ont aussi un état psychologique. Je n’ai jamais expérimenté une communication animale, mais au cabinet nous avons déjà fait appel, par exemple, à des gens qui ont le Secret pour des brûlures. La médecine ne peut pas tout expliquer.»

A la Société de protection des animaux (SPA) de Saint-Légier, on est convaincu de l’utilité et de la réussite des télépathes animaliers. «Nous recueillons beaucoup d’animaux maltraités et faisons appel à des communicateurs pour connaître leur passé, révèle Emmanuelle Gros, éducatrice canine. Au début, j’étais sceptique. Puis j’ai essayé avec mon chien et ça a été la claque. La communicatrice a décrit des scènes avec beaucoup de détails. Depuis, je n’ai plus pu nier l’évidence.»

L’entrain se fait plus tempéré du côté de la Société vaudoise pour la protection des animaux à Lausanne. «Personnellement, je suis loin de tout ça, confie Alain Zwygart, administrateur. Ce n’est pas à la SVPA de rejeter ou de faire la promotion de cette pratique. Tant que cela ne fait pas de mal aux animaux et que ça ne va à l’encontre de de l’art vétérinaire…» (24 heures)

Créé: 20.01.2014, 07h10

(Image: Vanessa Cardoso)

Le passé de Tornado

Catherine et Melissa Chevalley, Corcelles-le-Jorat. «En mars 2013, j’ai rencontré par hasard une communicatrice, qui m’a proposé ses services. Ma fille, Melissa, fait de la compétition de haut niveau avec son poney Tornado. Cet animal de 14 ans ne nous posait pas de gros problèmes, mais on voulait mieux le comprendre et améliorer sa vie, car on avait remarqué qu’il était vite stressé. On a acheté Tornado à 11 ans, et on ne savait pas ce qu’il avait vécu. La communicatrice est venue le voir dans son box. Puis, elle nous a envoyé une page A4 avec ce que le poney lui avait communiqué. Il a dit qu’il n’avait pas été battu, mais dévalorisé. C’est pour cela qu’il n’avait plus confiance en lui. Tornado a aussi dit qu’il était très sensible de la bouche. On n’avait rien dit, mais on l’avait remarqué. Il s’est décrit comme un petit poney tourmenté qui restait en retrait par rapport à ses congénères. La communicatrice a aussi vu des images d’hommes qui se moquaient de lui en disant qu’il était moche. Le poney lui a expliqué qu’il avait peur des hommes. C’était vrai aussi, et elle ne pouvait pas le savoir. Idem pour son isolement dans le troupeau. On a ensuite fait un soin énergétique à distance pour que notre poney reprenne confiance. Depuis, ce n’est plus le même animal. Il a trouvé sa place dans le troupeau et il n’est plus peureux.»

Mode d'emploi

Comment ça marche? Le communicateur explique se mettre sur la même fréquence que les animaux, soit les ondes alpha. Pour cela, il faut se relaxer, voire méditer. Pas besoin donc d’être proche physiquement de l’animal.
Pour qui? Tous les animaux, y compris morts. Et même pour un insecte. Toutefois, les infos seraient plus basiques avec une mouche qu’avec un chat.
Quel langage? Les télépathes disent recevoir des images, des sons, des goûts, des odeurs. L’animal ne leur parle pas, mais notre cerveau traduirait en mots. Les télépathes disent parfois ressentir aussi la douleur de l’animal.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...