La victoire de la gauche après une campagne féroce

Elections cantonalesCesla Amarelle et Béatrice Métraux remportent les deux sièges encore vacants au Conseil d’Etat face à une droite qui se profile en opposante et promet de se montrer intraitable.

L’équipe rose-verte a été filmée durant sa montée au Château. Elle n’a, pour le moins, pas boudé son plaisir.

L’équipe rose-verte a été filmée durant sa montée au Château. Elle n’a, pour le moins, pas boudé son plaisir. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Visiblement soulagée, un brin intimidée, la socialiste Cesla Amarelle a pu savourer sa victoire au moment de monter les marches de la place du Château. Dimanche, à Lausanne, les roses-verts n’ont pas boudé leur plaisir d’avoir remporté une bataille pétrie de hargne. Attaques personnelles et invectives ont émaillé les trois semaines de l’entre-deux-tours, d’une manière très peu vaudoise.

A cette enseigne, l’électorat, qui a participé à 37,73%, a préféré opter pour la continuité. Un basculement de majorité aurait peut-être signalé le retour de la bagarre au Conseil d’Etat. La gauche n’a pas été avare de commentaires, moquant l’«erreur» de la droite d’avoir engagé dans la course une Isabelle Chevalley trop tranchante. Cette candidature vert’libérale de dernière minute n’aurait eu pour effet que de faire oublier les aspérités de la candidate «trop à gauche», Cesla Amarelle.

La droite ne laissera rien passer

De son côté, la droite a promis une législature «plus dure», selon les mots du président du PLR, Frédéric Borloz, où elle ne laissera rien passer. Le secrétaire général de l’UDC, Kevin Grangier, s’est dit, quant à lui, «triste» pour les campagnes. Elles ont été mises, dans ce vote au système majoritaire, sous le joug des villes, traditionnellement à gauche.

En début de dépouillement, les résultats des petites communes montraient une préférence pour l’UDC Jacques Nicolet et la Vert’libérale Isabelle Chevalley. Mais les villes ont fait basculer le tableau au moment de rendre leurs scores. Cesla Amarelle recueille finalement 6564 voix de plus que Jacques Nicolet (4,1 points) et 9231 de plus qu’Isabelle Chevalley (5,8 points). Le vote compact des roses-verts, qui se lamentaient juste avant dimanche d’être trop attaqués par la droite, aura joué son rôle. Rien de tel que de faire craindre la défaite pour mobiliser les troupes.

Béatrice Métraux démontre, quant à elle, l’effet «sortant». Obtenant 49,96% des suffrages, la magistrate séduit à la campagne comme à la ville. Elle sort première dans de nombreuses communes (y compris à Lausanne et à Renens, réputées très roses) et troisième dans celles qui ont choisi le ticket de droite.

Villa et Morand se maintiennent

Les outsiders Guillaume «Toto» Morand et la PDC Sylvie Villa réalisent des scores semblables à ceux du premier tour. A noter que la PDC fait un peu moins bien, tandis que l’indépendant du Parti de rien gagne 1,2 point. Il réalise même l’exploit d’engranger davantage de listes au nom de son parti qu’Isabelle Chevalley au nom des Vert’libéraux (+873!).

Le canton est donc reparti pour cinq ans de cohabitation. En 2012, les analystes avaient craint des blocages qui ne se sont pas produits. Bien au contraire, la législature qui s’achève ces jours a été équilibrée et productive, avec une équipe gouvernementale prompte au compromis. L’un d’eux a été plébiscité à 87% par le peuple lors du vote de 2016 sur la réforme de la fiscalité des entreprises.

La paix continuera à régner

Dimanche, le président du Conseil d’Etat, Pierre-Yves Maillard, a laissé entendre que la paix continuerait à régner au Conseil d’Etat, dans une alchimie que les sept collègues cultiveront à l’abri des regards. Sur la question de la présidence pour 2017-2022, l’homme fort du PSV renvoie au génie de la collégialité.

Alors qu’il avait lui-même imaginé dans nos colonnes laisser la présidence à une femme, le socialiste dit aujourd’hui être «ouvert» à toute discussion. Une discussion qui, déclare-t-il, doit bien prendre en compte les trois ministres minoritaires PLR. Il en ira de même pour la très prochaine répartition des départements. «Il est important, poursuit-il, de bien redémarrer.» Le président de l’Exécutif cantonal note que l’électorat attend de la cohérence. Il n’a pas apprécié le changement de ton de la campagne: «Même la droite n’a pas aimé.»

Le travail avant tout

Reste à savoir si l’engagement, pour le moins théorique, des trois élus PLR dans l’offensive de la droite laissera des traces dans la sacro-sainte entente du Conseil d’Etat vaudois. Pierre-Yves Maillard ne le croit pas et, à la façon d’une Ségolène Royal, préfère en référer au travail encore à accomplir.

Il y aura l’application du compromis de la RIE III, la régulation du domaine de la santé, l’intégration des jeunes dans le marché du travail ou encore les remèdes à administrer à la réforme scolaire. A ce sujet, le socialiste imagine un enseignement où les élèves de différents niveaux étudieraient dans la même classe pour recréer la cohésion des groupes.

Les prochains mois diront quel était le sens de la véhémence de la campagne. Simple nervosité des camps ou symptôme d’un mécontentement qui n’a pas dit son dernier mot? (24 heures)

Créé: 21.05.2017, 22h50

Sondage

Qui doit diriger l'école vaudoise ?









Articles en relation

Les résultats du Conseil d'Etat par commune

Vaud Découvrez les candidats en tête chez vous et dans tout le canton. Plus...

Revivez le second tour des cantonales minute par minute

Les Vaudois aux urnes Avec les résultats de Lausanne, Cesla Amarelle est passée devant Jacques Nicolet. Plus...

Le clivage ville-campagne et la prime au sortant se confirment au second tour

Elections cantonales Traditionnellement, la campagne vote plus à droite que les villes. Mais la Verte Béatrice Métraux est en tête des votes dans bien des communes, urbaines comme rurales. Plus...

Cesla Amarelle est la nouvelle conseillère d'Etat vaudoise

Elections cantonales La socialiste a été élue ce dimanche au Conseil d'Etat aux côtés de la sortante Béatrice Métraux. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...