Le Conseil d'Etat doit «agir vite» face à Airbnb

LogementLe Grand Conseil a invité le Gouvernement à étudier l'impact du site web et de proposer fissa des mesures.

«En 18 mois, le nombre d’objets en Suisse recensés sur la plate-forme a augmenté de 305%. A mi-janvier, il y en avait 24 460 soit 68 839 lits», a souligné Marc-Olivier Buffat.

«En 18 mois, le nombre d’objets en Suisse recensés sur la plate-forme a augmenté de 305%. A mi-janvier, il y en avait 24 460 soit 68 839 lits», a souligné Marc-Olivier Buffat. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Grand Conseil a empoigné ce mardi la problématique Airbnb, cette plate-forme web de location d'appartements entre particuliers. Unanimes, les députés ont renvoyé au Conseil d’Etat deux postulats traitant de ce sujet. Le premier, de la socialiste Jessica Jaccoud, demande une étude permettant de connaître l’ampleur du phénomène dans le canton de Vaud. Le second, du PLR Marc-Olivier Buffat, invite le Gouvernement à proposer une loi ou un règlement pour encadrer cette activité.

«Airbnb pose plusieurs problèmes: un certain nombre de logements sont soustraits au marché locatif. En outre, cette pratique crée une distorsion de concurrence avec le secteur de l'hôtellerie ou de l'agrotourisme par le non-paiement de la taxe de séjour», a résumé le rapporteur de la commission, Jean-Michel Dolivo (SolidaritéS).

Un business dans l'ombre
«Selon une étude commanditée par le magazine Bilan dans le canton de Genève, plus de 300 logements sont retirés du marché au travers du site Airbnb, a rappelé Jessica Jaccoud. Il faudrait en connaître le nombre dans notre canton. Ce ne sont bien sûr pas les cas où un appartement est sous-loué de manière très sporadique qui sont pointés du doigt.» Certaines personnes feraient en revanche un véritable business de la mise à disposition de leur appartement, qu'ils en soient locataires ou propriétaires.

A ce stade, les partis sont sur la même longueur d’onde. Tous ont appelé de leur vœu le Conseil d’Etat à agir rapidement. L’expansion du site ne faiblit pas. «En 18 mois, le nombre d’objets en Suisse recensés sur la plate-forme a augmenté de 305%. A mi-janvier, il y en avait 24 460 soit 68 839 lits», a souligné Marc-Olivier Buffat. Quand il s’agira de voter des mesures concrètes, des dissensions pourraient apparaître, entre les tenants de la régulation et ceux de la liberté économique.

Quid d'un accord
Plusieurs élus ont proposé de garder un œil sur la politique menée dans d’autres agglomérations à travers le monde. «Airbnb est sous pression un peu partout et a publiquement souhaité passer un accord avec 700 villes pour se mettre à l'abri d’un brusque changement de politique à son encontre. Le Canton pourrait profiter de cette ouverture et prendre contact avec cette société», a suggéré Julien Sansonnens (La Gauche).

Cheffe du Département des institutions et de la sécurité, Béatrice Métraux a assuré que la thématique Airbnb «était importante». «Nous allons faire appel à un mandataire externe pour faire une étude sérieuse et précise sur l’ampleur du phénomène car nous n’avons pas les forces nécessaires pour le faire nous-mêmes», a-t-elle précisé. (24 heures)

Créé: 07.03.2017, 15h50

Articles en relation

Face à Airbnb, Vaud cadrera la location d’appartements en ligne

Logement Le besoin de cadrer l’usage du site américain dans le canton est soutenu à droite et à gauche. Le Grand Conseil en débattra mardi. Plus...

Lausanne se penchera sur le cas Airbnb

Immobilier La Municipalité est chargée d'établir un état des lieux, de trouver des moyens pour traquer les abus et de garantir l'égalité de traitement face aux hôteliers. Plus...

San Francisco durcit le ton face à Airbnb. Pas la Suisse

Immobilier La cité californienne régit sévèrement le site Internet de logements. Genève et Lausanne sont plus souples. Plus...

Les hôteliers au front!

Economie HotellerieSuisse dénonce le Swiss finish et les conditions laissées à des acteurs tel Airbnb. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

La drague au parlement fédéral (paru le 16 décembre 2017)
(Image: Valott) Plus...