Le bâtiment Switcher sera vendu aux enchères

Le lot comprend aussi d’importantes surfaces de dépôts, de bureaux, une halle et des installations sportives

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La présence de Switcher au Mont-sur-Lausanne ne sera bientôt plus qu’un souvenir. Moins de deux ans après la faillite officielle de la marque à la baleine, l’Office des faillites de l’arrondissement de Lausanne s’apprête à procéder à la vente aux enchères publiques de l’immeuble qui lui servait de quartier général. Après lecture du rapport d’experts, le lot est estimé à 4 millions, alors que son estimation fiscale se monte à 1 million de plus.

À la base, en 1983, c’est une halle de sport édifiée sur un DDP (droit distinct et permanent) qui était sortie de terre. Une décennie plus tard, une partie est transformée en dépôt, et le tout se verra agrandi en 1998. Aujourd’hui, ce sont donc une halle de stockage, des installations sportives – en particulier des halles de squash –, une cafétéria ainsi que des surfaces de dépôts et de bureaux, sans oublier le terrain, qui seront proposés à la criée. Vantant l’emplacement de l’immeuble, l’annonce précise qu’il se situe «dans un quartier résidentiel, proche de l’autoroute, des transports publics et de la forêt» et que «la zone industrielle est généralement calme et la propriété n’est pas soumise au bruit routier». Les amateurs pourront découvrir les lieux le mardi 30 janvier, à 14 h 30, dans le cadre d’une visite sur place organisée par l’Office des faillites.

Rembourser les créanciers

Comme toujours pour les ventes de ce genre, l’opération vise à rembourser les créanciers. Dans le cas de Switcher, la Banque Cantonale de Fribourg, la Commune du Mont-sur-Lausanne et l’ECA comptent parmi ceux-ci.

Enfin, que les amoureux de Switcher se rassurent, la marque à la baleine n’a pas totalement disparu. Patrick Perroud, l’éleveur qui avait fait main basse sur une partie du stock, possède encore des milliers d’articles. Sans oublier werk5, la société bernoise qui a acquis une licence d’exploitation de la marque en Suisse auprès de son propriétaire, la société Vee Dee, à Singapour. Sur le site Web de werk5, de nouveaux articles (T-shirts, pulls, pantalons) confirment que la baleine respire encore. (24 heures)

Créé: 19.01.2018, 15h59

Articles en relation

[VIDÉO] «Ecouler le stock Switcher va me prendre dix ans»

L’éleveur qui a fait main basse sur une partie du stock Switcher table sur une quinzaine de ventes pour liquider le tout Plus...

«Pari réussi» pour le déstockage Switcher

Gros-de-Vaud L’organisateur est ravi de l’engouement même s’il est encore loin de rentrer dans ses frais. Plus...

[VIDEO] Un boucher fait main basse sur les Switcher des Balkans

Gros-de-Vaud Patrick Perroud a racheté plus de 300 palettes, bourrées des fameux vêtements à la baleine jaune, destinées à l’Albanie et au Kosovo. Son but: qu’ils profitent aux Vaudois. Plus...

Une lutte intestine ronge Switcher

Economie Sous le feu de la critique alors que la société est au plus mal, un membre de la famille indienne qui détient Switcher a décidé de parler. Plus...

L’emblématique Switcher ne paie plus ses employés

Economie Les salaires n’ont pas été versés le mois dernier, les fournisseurs ne sont plus payés. Le directeur a quitté la société et les patrons indiens, eux, ne donnent plus signe de vie. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Laeticia et l'héritage de Johnny
(Image: Valott) Plus...