Le domaine de Rovéréaz recherche un exploitant

LausanneLa Ville lance un appel à candidature pour s’occuper des 30 hectares agricoles que Lausanne détient depuis 1988. Il s’agira de produire des fruits et légumes bio pour les cantines.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Du haut de la colline du Grésy, inscrite à l’inventaire des Monuments et sites du canton de Vaud, les Lausannois peuvent contempler au mieux les 30 hectares qui composent le domaine de Rovéréaz. C’est de ce point de vue encore bien enneigé que Florence Germond, municipale des Finances et du Patrimoine vert, a lancé mardi matin un appel à candidatures pour sélectionner ses futurs exploitants agricoles. Une surface qui sera toutefois amputée de 2,5 hectares pour permettre la création de jardins familiaux ainsi que des zones de «délassement et de ressourcement» pour les promeneurs.

Propriété de la Ville de Lausanne depuis 1988, le domaine de Rovéréaz a vu son dernier exploitant partir à la retraite à la fin de l’année dernière. L’idée, c’est de produire localement des fruits et des légumes, de préférence bio, qui alimenteront les cantines de la capitale vaudoise. Florence Germond: «Entre les garderies et les écoles, ce sont 1,3 million de repas qui sont servis aux enfants. Notre objectif est d’augmenter la part des produits locaux dans les assiettes à 70%, avec une agriculture bio de proximité.»

Notre objectif est d’augmenter la part de produits locaux dans les assiettes à 70%

Les futurs exploitants du domaine devront aussi inclure dans leur activité un projet pédagogique pour accueil­lir les classes à Rovéréaz, comme dans le passé. L’appel à candidatures est paru ce mardi dans la Feuille des avis officiels (FAO) . Les personnes intéressées devront être des professionnels de l’agriculture. Elles seront départagées par un jury que présidera la municipale. On retrouvera aussi dans ce jury le dernier exploitant et toujours député, Jean-Luc Chollet, ainsi que l’ancien conseiller d’Etat Vert Philippe Biéler, actuel président de Patrimoine suisse. La mise en œu­vre du projet finalement retenu pourra commencer en 2016.

A noter que le futur exploitant deviendra propriétaire de la ferme de Rovéréaz. C’est à lui qu’il reviendra d’entretenir les bâtiments. Le fermage courra sur une durée de trente ans, tout comme le droit de superficie. (24 heures)

Créé: 17.02.2015, 16h14

Articles en relation

Des légumes de proximité pour les enfants lausannois

Développement durable La Municipalité veut porter à 70% la part des produits locaux dans les assiettes de ses cantines. Le domaine agricole de Rovéréaz sera transformé en exploitation biologique. Plus...

Les Portakabin de Rovéréaz, c’est fini

Lausanne La Municipalité abandonne le projet de construction. Les occupants de Prés-de-Vidy pourront rester dans les cabanons jusqu’au 30 mars 2012. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Maintes fois reportée, l'ouverture d'Aquatis aura lieu finalement fin octobre. En attendant, les prix qui seront pratiqués alimentent déjà les discussions sur Internet.
(Image: Bénédicte) Plus...