Le grand spectacle du Mur du Son peut commencer

Les 250 ans de 24heuresJeudi soir avaient lieu les derniers réglages artistiques et techniques du Mur du Son à Beaulieu. Première représentation à 21 h.

Répétition générale, jeudi soir, avant les trois représentations de ce week-end.

Répétition générale, jeudi soir, avant les trois représentations de ce week-end. Image: MARIUS AFFOLTER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Jeudi soir à 19 h, la fourmilière du Mur du Son s’anime. Les 250 choristes sont réunis sous une bulle à quelques encablures de l’imposante structure métallique. Un petit en-cas composé d’une soupe, de quelques fruits, d’un thé chaud pour combattre la froidure qui s’installe à l’extérieur. Arrive Dominique Tille sous les applaudissements nourris des chanteurs.

Le chef de chœur procède à la «mise en voix». Il invite aux étirements, aux bâillements, distille quelques conseils: «Ouvrez vos chakras, «fenshuisez» vos esprits.» Puis Dominique Tille lance les vocalises: «Pensez à d’abord engager le corps, puis tendez la voile avant de chanter.» Les choristes obtempèrent avec joie et dynamisme.

Déjà un public

A l’extérieur, les techniciens s’affairent pour les derniers préparatifs du filage, soit la mise en scène en conditions réelles mais sans le public. Enfin presque, car une centaine de badauds sortis du Comptoir Suisse se pressent sur l’esplanade pour assister à cette dernière répétition. Maître de la lumière, Louis-Xavier Gagnon-Lebrun peaufine quelques réglages: «Il faut encore caler certains effets sur le timing et synchroniser deux vidéos récemment retravaillées. La générale ça sert à ça.»

Du son et des feux

20 h, soit une heure avant la générale, les choristes sortent de leur bulle. Ils rejoignent leur place dans le Mur où les musiciens du Sinfonietta de Lausanne exécutent déjà leurs gammes. «Là, ça va, je suis détendue, quand bien même le fait de chanter en hauteur est forcément particulier», confie Aurélie Mello, choriste du Chœur universitaire de Lausanne. Le maître artificier Benoit Berthelet fait tirer quelques feux. Puis on cale la prestation du trio de Thierry Lang. Vient Bastian Baker qui chante sa chanson devant un public réjoui. Une pause de trente minutes au chaud et l’heure est venue de remonter dans le Mur. 21 h, Dominique Tille donne le top départ: le spectacle peut commencer… (24 heures)

Créé: 21.09.2012, 10h36

Dossiers

Les 250 ans de 24heures

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...