Le salaire de Girardin sera-t-il suspendu?

VeveyLes élus trancheront la question de sa rétribution. D'ici-là, le tribunal a refusé que le municipal revienne siéger tout de suite.

Lionel Girardin a été suspendu de ses fonctions le 13 juin.

Lionel Girardin a été suspendu de ses fonctions le 13 juin. Image: Laurent Crottet

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Le sujet est assez complexe.» Cette phrase semblait faire l’unanimité des municipaux, lors de la conférence de presse de lundi à Vevey. Pour le reste, ils étaient empruntés à l’heure de répondre aux questions, car «les avis sont partagés», comme l’a souligné Jérôme Christen. La question qui leur fait s’arracher les cheveux? Le salaire de Lionel Girardin.

Dès lors que ce municipal socialiste a été suspendu de ses fonctions le 13 juin par le Conseil d’État – car étant sous le coup d’une enquête pénale – doit-il continuer à être rémunéré ou ne doit-il plus toucher son salaire d’élu? La Municipalité propose de ne plus le payer, dans un préavis laconique (moins d’une page A4) qu’elle soumet au Conseil communal. Ce dernier devra décider, après des tergiversations du Conseil d’État qui avait d’abord estimé que ce choix revenait à la Municipalité.

Difficultés juridiques

Pour corser les choses, Lionel Girardin est en arrêt maladie depuis mi-avril. Depuis juillet, son incapacité de travail n’est plus totale. «Cette baisse n’arrange pas les finances de Vevey, souffle une source proche du dossier: moins il est en incapacité et plus la Ville contribuera.» En effet, après trois mois, c’est normalement l’assurance perte de gain qui prend en principe le relais. Mais là encore, chaque étape de cette affaire ouvre de nouvelles difficultés juridiques. Ainsi, le préavis de la Municipalité annonce que, selon le statut du personnel communal, «le droit au salaire en cas d’incapacité de travail (…) n’est pas applicable à la Municipalité». D’après cette affirmation, Lionel Girardin aurait dû voir ses vivres coupés depuis longtemps. «Non, il perçoit une indemnité perte de gain à hauteur de son incapacité», corrige la syndique Elina Leimgruber. De ce fait, même si le Conseil communal suspend le salaire, Lionel Girardin pourrait donc continuer à toucher l’argent de l’assurance tant qu’il est en arrêt maladie, même partiel.

Sur l’aspect moral, l’Exécutif ne s’est pas prononcé. Lionel Girardin et sa famille seraient-ils démunis sans le salaire municipal (environ 8800 fr. mensuels pour un 60%)? Il ne pourrait probablement pas toucher le chômage alors que son mandat politique n’est pas rompu.

Première manche perdue

Cette demande de suspension du salaire avait été déposée par Vevey Libre puis par Décroissance-Alternatives en juin. La Commission des finances se penchera sur le sujet ce mercredi. Si elle parvient à rendre son rapport le lendemain, les élus pourraient voter le 13 septembre.

Ludovic Tirelli, avocat de Lionel Girardin, répète ce qu’il a déjà dit: «On tente de lui couper les vivres. Après la croisade, c’est l’état de siège. C’est misérable.»

Reste que Lionel Girardin a perdu une première manche. Il avait demandé à pouvoir revenir siéger à la Municipalité tant que son recours contre son éviction était pendant. Le tribunal ne s’est pas prononcé sur le fond de la question, soit la légitimité de la suspension de sa fonction de municipal, mais il a confirmé que l’effet suspensif ne pouvait pas être accordé à Lionel Girardin. Le tribunal note que «les soupçons qui pèsent sur le recourant apparaissent sérieux». Et que les infractions qu’il a potentiellement commises (lire ci-dessous) ne sont pas «sans rapport avec l’exécution de tâches publiques et l’utilisation de deniers de l’État. S’ils étaient avérés, ces actes seraient de nature à compromettre la confiance dans l’autorité.» Ludovic Tirelli ne fait «aucun commentaire». (24 heures)

Créé: 04.09.2018, 21h40

«Lionel Girardin perçoit une indemnité perte de gain à hauteur de son incapacité de travail.»

Elina Leimgruber, Syndique de Vevey

Le procureur général a pris la main

Le Canton a déposé fin mai une plainte pénale à l’encontre du municipal veveysan Lionel Girardin, selon laquelle les faits incriminés seraient constitutifs d’abus de confiance, de gestion déloyale et d’infraction à la loi vaudoise sur les subventions. Le Ministère public central a ouvert une instruction pénale pour des faits de gestion déloyale et de gestion déloyale d’intérêts publics. François Danthe, procureur général adjoint et chef de la division criminalité économique, a commencé l’instruction. Éric Cottier, procureur général, a désormais pris l’affaire en main. Un signe de gravité? «L’affaire est surtout importante par rapport au fonctionnement des institutions, répond Éric Cottier. Lionel Girardin a le statut de prévenu mais est au bénéfice de la présomption d’innocence: les faits ne sont pas encore établis.»

Son arrêt maladie a-t-il retardé l’enquête? «Non, il a répondu à mes sollicitations et est actif dans la procédure», précise Éric Cottier. L’élu aurait été entendu par le Ministère public le 11 juillet.

Le Grand Conseil pour «la transparence dans les actes»

«Le Conseil d’État n’est-il pas d’avis que les services cantonaux et les préfectures devraient encourager tout ce qui contribue au bon exercice du principe constitutionnel de transparence, et non entraver les démarches de citoyens ou d’élus cherchant à exercer leurs droits qui en découlent?» Voici l’une des questions au Conseil d’État déposées ce mardi par le député Yvan Luccarini (Décroissance-Alternatives). Cet élu de Vevey réagit à une conséquence de l’affaire Girardin: pour avoir enquêté, Gilles Perfetta, le président de la Commission de gestion, est sous le coup d’une enquête. Yvan Luccarini: «Il y a peut-être plus de résistance à appliquer la transparence dans les communes, non par mauvaise volonté mais par méconnaissance. Mon but est de ne pas rester dans cette impasse où les miliciens ne savent plus ce qu’ils ont le droit de consulter. Les principes constitutionnels nous semblent mal appliqués. Nous voulons que le contrôle citoyen, souhaité par le législateur, soit réellement effectif.»

Articles en relation

Le salaire de Lionel Girardin fait perdre son latin au Conseil d'État

Vevey Le débat s’ouvre sur le versement du salaire du municipal PS suspendu, tandis que son remplaçant, Michel Renaud, prend ses marques à l’Exécutif. Plus...

Le Conseil d’État suspend Lionel Girardin et nomme un vieux sage

Vevey Le gouvernement a activé un nouvel article de la loi, mais un recours n’est pas exclu Plus...

Un municipal veveysan au coeur d'un audit du Canton

Enquête Le socialiste Lionel Girardin préside la Fondation Apollo. Comme son épouse et son frère, il est aussi rémunéré par cette fondation au travers de sa société. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...