Le vote fédéral qui affectera les crèches vaudoises

VaudLa présidente du Conseil d’État écrit aux élus vaudois à Berne pour souligner l’importance de l’aide fédérale en matière d’accueil de jour.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au moment où les communes veulent renégocier la répartition financière avec le Canton, un vote à l’échelon fédéral les impactera directement. Ce mardi, le Conseil national décidera si le programme de soutien à la création de places de crèche doit être reconduit jusqu’en 2023. Il est question de 130 millions. L’issue du scrutin s’annonce serrée. Les PLR romands sont hésitants.

Lundi, les élus fédéraux vaudois ont reçu un courrier de la présidente du Conseil d’État, Nuria Gorrite. La socialiste, responsable de la politique de la petite enfance, a tenu à leur rappeler l’importance que revêt ce vote pour le Canton. Depuis 2003, Vaud a touché 48 millions via ce programme. «Nous sommes l’un des cantons qui en bénéficie le plus, relève la présidente. Mais surtout, pour celles et ceux qui sont sensibles à la cause des communes, il faut savoir que cet argent est directement injecté dans les crèches. Il allège ainsi la facture des communes.» Le courrier de la présidente précise encore que cette incitation fédérale est un appui important pour les structures dans les premières années d’exploitation, qui sont les plus difficiles financièrement.

Pour les quatre prochaines années, si le programme est reconduit, le Canton de Vaud devrait toucher entre 13 et 20 millions. «Avec l’article constitutionnel voté par le peuple en 2009, les communes sont obligées de généraliser l’offre d’accueil extrafamiliale, rappelle Nuria Gorrite. Donc de nouvelles places de crèche vont de toute façon être créées. La question est plutôt de savoir qui paie.» L’effort sera particulièrement intense ces prochaines années, puisque la loi sur l’accueil de jour des enfants est entrée en vigueur en janvier dernier.

Nuria Gorrite signale au passage qu’il faudra également trouver de la main-d’œuvre locale avec la mise en œuvre de l’initiative contre l’immigration de masse. «Il est donc nécessaire d’améliorer l’employabilité des femmes et cela passera par des solutions de garde d’enfant.» (24 heures)

Créé: 11.06.2018, 19h06

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.