Les Boveresses boostées par un contrat de quartier

LausanneEn partenariat étroit avec les autorités, les habitants du quartier nord de Lausanne ont vu leur qualité de vie améliorée grâce à de nombreux projets, en l’espace de trois ans.

Le terrain de foot des Boveresses s'est vu doté d'un gazon synthétique grâce au contrat de quartier en été 2015.

Le terrain de foot des Boveresses s'est vu doté d'un gazon synthétique grâce au contrat de quartier en été 2015. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Doter le terrain de football d’un gazon synthétique pour y jouer en toute saison, aménager un fitness urbain, poser une nouvelle signalétique dans les rues, dont quatre plans de quartier, faire se rencontrer jeunes et policiers lors d’une rencontre sportive, lancer des jardins potagers, ouvrir un lieu de rencontre pour les seniors… On dirait un inventaire à la Prévert, mais ce ne sont que quelques-unes des améliorations réalisées dans le quartier des Boveresses, en l’espace de trois ans seulement. Dans le rôle de l’accélérateur de projets: un contrat de quartier passé entre les habitants et les autorités, contrat qui touche à sa fin. Le prochain quartier à en bénéficier sera celui de Prélaz-Valency.

C’est la deuxième fois seulement que la Ville de Lausanne expérimentait le concept de contrat de quartier, après l’avoir étrenné du côté de Montelly. «Pour que les choses se passent bien, il faut certes des projets communs à réaliser mais aussi de l’écoute réciproque, du dialogue, tout en trouvant un équilibre parfois difficile entre souplesse et rigueur», a expliqué le municipal Marc Vuilleumier ce lundi, à l’heure de tirer le bilan de l’expérience des Boveresses. Le budget s’est monté à 250 000 francs annuels, notamment pour les postes administratifs, auxquels se sont ajoutés 50 000 francs pour la réalisation des projets ainsi que les divers apports financiers ponctionnés dans les budgets des services de la Ville.

«Le bilan est très positif, mais il y a encore quelques zones d’ombre»

Afin de tirer les meilleurs enseignements du contrat de quartier des Boveresses, une évaluation a été demandée à une équipe de l’Observatoire universitaire de la ville et du développement durable. «Le bilan est très positif, les réalisations sont pertinentes et l’outil fonctionne bien, mais quelques zones d’ombre ont été relevées», souligne Benoît Dugua, de la Faculté des géosciences et de l’environnement de l’UNIL. Cinq recommandations ont ainsi été émises, comme favoriser la transversalité entre les services de la Ville ou entre les associations, réaliser une charte participative ou affirmer le quartier comme une entité pertinente.

Ce n’est cependant pas parce que le contrat de quartier touche à sa fin aux Boveresses que le développement du quartier va se figer. La société de développement prendra ainsi le relais et poursuivra les réalisations en cours. Et elles sont encore nombreuses: construire une passerelle sur la Vuachère pour rejoindre le métro à Vennes cet automne encore, ou instaurer les 30 km/h au chemin de Praz-Séchaud.


Le contrat de quartier en fête! Samedi 30 avril aux Boveresses, de 9 h à 20 h. Programme complet des réjouissances sur www.lausanne.ch/boveresses. (24 heures)

Créé: 25.04.2016, 16h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.