Les écoles de musique ont besoin de 2,2 millions

Vaud Le bilan après 6 ans de la loi sur les écoles de musique est positif. Les conditions de travail des enseignants se sont améliorées mais la Fondation pour l'enseignement a besoin de plus de fonds.

La loi mise en oeuvre en 2012 vise à promouvoir l'enseignement de la musique dans tout le canton.

La loi mise en oeuvre en 2012 vise à promouvoir l'enseignement de la musique dans tout le canton. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Six ans après la mise en oeuvre dans le canton de Vaud de la loi sur les écoles de musique, la Fondation pour l'enseignement de la musique (FEM) émet de nombreuses recommandations. Elle demande notamment 2,2 millions de francs supplémentaires au canton pour son fonctionnement.

Entrée en vigueur début janvier 2012, la loi sur les écoles de musique (LEM) prévoyait un rapport d'évaluation une fois par législature. Le texte a été envoyé au Conseil d'Etat qui l'a fait suivre à une commission du Grand Conseil, a indiqué vendredi Sylvie Progin, secrétaire générale de la FEM.

Davantage d'argent

Sans formuler de jugement général sur la nouvelle loi, la FEM a fait part de ses nombreuses recommandations pour l'amélioration du dispositif. Globalement, le financement n'est pas encore optimal et 2,2 millions de francs supplémentaires sont souhaités de la part du canton, comme «socle de base» d'ici trois ans, a précisé la secrétaire générale.

Si les conditions de travail des enseignants se sont «largement améliorées» avec des hausses de salaires «importantes» dans certaines écoles, les objectifs fixés n'ont pas été «tout à fait atteints». La Fondation pour l'enseignement de la musique déplore que les travaux sur la Convention collective de travail (CCT) soient arrêtés. Elle engage les partenaires à les reprendre.

Gros écarts

Des charges avaient été sous-estimées à l'époque, outre les hausses salariales. Avec la rationalisation, beaucoup de bénévoles ont disparu et il a fallu organiser professionnellement la gestion, a donné la FEM comme exemple.

Les écolages ont augmenté et les écarts sont toujours très importants, du simple au triple pour un même cours, entre des établissements. «A ce jour, 40% des communes seulement ont mis en place un subventionnement aux études musicales», regrette la FEM.

Rabais de fratrie

Face à la persistance des inéquités financières dans l'accès aux études musicales, la fédération recommande «un subventionnement complémentaire aux écoles offrant un rabais de fratrie». Des aides individuelles plus ciblées pour les parents sont aussi préconisées.

Car le diagnostic est sans appel. Les milieux favorisés sont surreprésentés dans l'étude de la musique, a relevé la secrétaire générale. «Les cours sont chers» pour les familles dans le besoin. Toutefois, au-delà des questions d'argent, il faut aussi soutenir des initiatives pour réunir les gens, et proposer des offres qui stimulent et donnent envie.

Orchestre de classe

L'exemple idéal est celui de «l'orchestre de classe». Le moyen permet de regrouper tous les enfants d'une même classe afin d'avoir ensemble une première expérience musicale et de découvrir les instruments. Malheureusement, pour des raisons bureaucratiques, semble-t-il, le système est bloqué pour l'heure.

Pour rappel, la loi sur les écoles de musique a été adoptée le 3 mai 2011 par le Grand Conseil après une gestation de 30 ans. Elle vise à encourager et harmoniser l'enseignement de la musique sur l'ensemble du territoire, avec un financement du canton, des communes et des parents. (ats/nxp)

Créé: 03.05.2019, 15h42

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...