Les orthodoxes serbes se créent une chapelle à eux

Nos spiritualités méconnues (2/5)Les rites chrétiens d’Europe de l’Est s’épanouissent en terres vaudoises à travers plusieurs communautés, dont celle des Serbes. Une paroisse active, qui plante ses racines à Épalinges.

Une riche liturgie: Durant la période du Grand Carême, qui précède Pâques, la messe est célébrée en serbe selon la liturgie de saint Basile.

Une riche liturgie: Durant la période du Grand Carême, qui précède Pâques, la messe est célébrée en serbe selon la liturgie de saint Basile. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il est 10 heures, un dimanche matin à Lausanne, et les fumées d’encens chatouillent le nez dès le pas de la porte. Comme presque chaque semaine, elles ont pris possession du temple de Béthusy pour la matinée. Aujourd’hui, pas de culte protestant. C’est l’Église des Trois Saints Hiérarques, paroisse de la communauté orthodoxe serbe, qui investit les lieux.

Changement d’atmosphère, mais aussi de décor. Pour accueillir cette liturgie venue de l’Est, la chapelle aux murs gris s’est délestée de l’esprit de la Réforme. Peu à peu, les fidèles remplissent une salle de culte parée d’icônes aux dorures chatoyantes, de lourdes bougies et d’un mobilier de bois ouvragé. Avant d’aller s’asseoir, leur tout premier hommage va aux images de la Vierge et des saints. Les minutes qui précèdent l’office sont déjà riches en rituels.

Cierges et images sacrées

En file indienne, ils s’avancent pour déposer un baiser sur les saints portraits, puis laissent quelques pièces qui ont tôt fait de s’empiler sur les lourds pupitres sculptés. Lidija Bursac, la quarantaine souriante, veste en cuir et robe à fleurs, explique ce que cela représente pour elle: «Au-delà de l’art, le rapport à ces images est plus fort dans le respect. Spirituellement, nous croyons que ces personnages sont toujours là pour nous.»

Alors que la messe s’apprête à commencer, les derniers arrivés achètent encore quelques cierges et se recueillent devant un brûloir où frémissent déjà des dizaines de flammes. «C’est l’occasion d’adresser une prière à ceux qui nous sont proches, commente une jeune femme. Il y en a pour les morts, mais aussi pour les vivants.» Installée avec les femmes du côté gauche de l’assistance, elle accompagne sa mère. Une fois n’est pas vraiment coutume pour cette étudiante lausannoise: «Je passe le brevet d’avocat, ce n’est pas facile de venir régulièrement.» Cela dit, parmi les 70 à 80 personnes qui sont là, toutes n’ont pas les cheveux gris. C’est que pour la communauté orthodoxe serbe, la période qui précède Pâques est l’un des moments forts de l’année. Pendant quarante jours, les plus pieux ne mangent ni viande, ni laitages, ni œufs. C’est la période du Grand Carême, qui marque aussi un changement dans le déroulement de la messe. Alors que, d’ordinaire, elle est célébrée – toujours en serbe – selon la liturgie de saint Jean Chrysostome, c’est aujourd’hui la liturgie de saint Basile qui la remplace.

Noël à la cathédrale

«Habituellement, 50 à 60 personnes assistent à la messe chaque dimanche, estime Bogoljub Popovic, le prêtre de la paroisse. Mais pour la célébration de Noël, l’Église réformée vaudoise nous met à disposition la cathédrale de Lausanne, qui est toujours remplie.» Selon lui, la communauté compte environ 1200 foyers entre le canton de Vaud et celui du Valais, où il se déplace deux fois par mois pour des offices. «Il existe ici une communauté serbe au moins depuis les années 60, mais la paroisse existe en tant qu’association depuis 2000 seulement», précise-t-il. Bogoljub Popovic, lui, a été appelé d’Allemagne trois ans plus tard pour prendre ses fonctions en tant que prêtre: «Il était important de s’assurer que la paroisse puisse assumer elle-même mon salaire.» En effet, si au sein du Patriarcat serbe la communauté vaudoise est sous l’autorité de l’évêché d’Autriche et de Suisse, celui-ci ne lui apporte aucun financement.

Mais la paroisse ne s’en montre pas moins active, et nourrit même des ambitions très concrètes. Tout récemment, elle a fondé une association avec d’autres paroisses bien établies dans le canton, notamment celles des communautés russe et roumaine. L’objectif est de demander une reconnaissance en tant qu’institution d’intérêt public pour les Églises orthodoxes vaudoises (lire encadré). Sur ce plan, ce n’est que le début d’un long parcours. En revanche, un autre projet est, lui, à bout touchant. «Depuis plusieurs années, nous travaillons et nous levons des fonds pour aménager notre propre chapelle. Il est prévu de l’inaugurer cette année», sourit Bogoljub Popovic.

Fresques byzantines

Dans une belle maison villageoise à Épalinges, le prêtre occupe un logement de fonction qui, depuis des années, lui sert d’ancrage pour animer la paroisse. Une partie de la bâtisse est en plein réaménagement pour y créer un lieu de culte totalement adapté à la foi orthodoxe. À quelques mois de l’inauguration, le futur lieu de culte a déjà très belle allure avec ses fresques de style byzantin couvrant les murs du sol au plafond. La paroisse orthodoxe serbe n’est pas la seule communauté à qui l’Église réformée vaudoise prête ses temples, aujourd’hui en mal de fidèles. «Cela a été une véritable main tendue pour nous permettre d’organiser nos messes dominicales, souligne Bogol­jub Popovic. Mais chaque dimanche depuis presque dix-sept ans, nous devons aménager l’église avant de repartir avec tout le mobilier.» Se doter d’un lieu de culte à soi n’est toutefois pas qu’un besoin pratique, car aux rituels orthodoxes correspond également une architecture codifiée. La chapelle en construction comprend ainsi une paroi ornée d’icônes, l’iconostase, qui crée une séparation entre la nef et l’autel pour les besoins du rite. «La liturgie est vraiment le sommet de notre foi, souligne Ivan Tolic, le diacre de la paroisse. Elle est si riche que nous pouvons nous adapter selon les moyens et l’espace que nous avons à disposition. Mais vivement le jour où nous aurons notre chapelle!»

Créé: 16.04.2019, 07h48

Série spéciale

Retrouvez notre série de reportages sur spiritualite.24heures.ch

Les Églises orthodoxes vaudoises s’unissent pour obtenir leur reconnaissance

L’Église orthodoxe serbe est l’une des 14 Églises orthodoxes autocéphales reconnues, soit des Églises de rite oriental régies chacune par sa propre autorité. Parmi elles, on compte celles d’Alexandrie, de Russie, de Grèce, d’Albanie ou encore d’Ukraine, dont plusieurs ont une présence dans le canton. L’Église serbe se place sous l’autorité du patriarche Irénée, dont le siège est à Belgrade, et compte plusieurs évêchés répartis dans le reste des Balkans, sur le continent américain et bien sûr en Europe. La Suisse compte sept paroisses orthodoxes serbes en plus de celle de Lausanne, à Genève, à Zurich, à Berne, à Bâle, à Lucerne, à Saint-Gall et au Tessin, qui se placent toutes sous l’autorité d’Andrej, évêque d’Autriche et de Suisse.
Au terme de plusieurs années de négociation, les paroisses de différentes communautés orthodoxes vaudoises se sont réunies en novembre dernier pour créer l’Association des communautés orthodoxes du canton de Vaud (ACOV). L’association regroupe pour l’heure les paroisses et monastères des Églises orthodoxes russe, serbe et roumaine, tandis que la paroisse orthodoxe grecque a pour l’instant un statut d’observatrice. L’objectif affiché est de s’engager ensemble dans les démarches en vue de la reconnaissance d’intérêt public dans le canton. C.BA.

800 communautés spirituelles

C’est un chiffre que l’on n’imaginait sans doute pas. Il existe dans le canton de Vaud près de 800 communautés spirituelles, autrement dit
des groupes de personnes qui se rassemblent en un même lieu pour pratiquer leur foi, donner corps à leurs croyances. En octobre dernier, le Centre intercantonal d’information sur les croyances (CIC) présentait ce recensement inédit sur mandat de l’État de Vaud. «24 heures» est allé à la rencontre de certaines de ces communautés, parmi les moins connues en terres vaudoises.

Articles en relation

Nos spiritualités méconnues

Série spéciale Selon un récent recensement, le Canton de Vaud compte près de 800 communautés spirituelles. 24 heures est allé à la rencontre de neuf d'entre elles. Plus...

Le panthéon hindou habite un ancien entrepôt à Prilly

Nos spiritualités méconnues (1/5) Un temple dédié au dieu Ganesh a été fondé y a près de vingt ans par la communauté sri lankaise. Il accueille les rituels complexes de l’hindouisme deux fois par semaine. Plus...

La messe érythréenne transfigure le temple de Chailly

Nos spiritualités méconnues 4/4 Les chrétiens orthodoxes d’Erythrée forment une communauté soudée dans le canton. 200 personnes assistent chaque dimanche à une liturgie qui transporte tout droit en Afrique. Plus...

La discrète villa d’Écublens est une vraie pagode bouddhiste

Nos spiritualités méconnues 3/4 Habité par une abbesse et deux nonnes, le lieu de culte de la communauté vietnamienne maintient vivantes une spiritualité, une langue et une culture sans se fermer sur lui-même. Plus...

Le spiritisme «do Brasil» se pratique sans tapage à Crissier

Nos spiritualités méconnues 2/4 Ils croient en Jésus, en la réincarnation et en l’existence des esprits. En pleine expansion au Brésil, les spirites forment depuis 22 ans un petit groupe discret dans l’Ouest lausannois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.