Les trésors du prêteur sur gages aux enchères

LausanneL’État cédera aux plus offrants des objets qui n’ont jamais été récupérés. De l’aigle de Napoléon à la bague de princesse.

Juan Caido est l’unique prêteur sur gages du canton de Vaud. Il officie derrière son guichet lausannois depuis 2014.

Juan Caido est l’unique prêteur sur gages du canton de Vaud. Il officie derrière son guichet lausannois depuis 2014. Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il n’a pas l’air bien lourd. De loin, on dirait un bronze, mais le volatile au bec large ouvert est en bois doré. Juan Caido le dépose délicatement sur son bureau lausannois. Il est le seul prêteur sur gages officiel dans le canton de Vaud, depuis 2014. La petite statue, flanquée des marques de Napoléon, ornait le trône de l’empereur dans son palais du Belvédère, à Varsovie.



Un aigle impérial
C’est la curiosité de la vente: un aigle en bois sculpté ayant servi d’ornement au trône de Napoléon au palais du Belvédère, à Varsovie. Saisi par les cosaques en 1813, il est remis comme butin au tsar Alexandre Ier de Russie. Il passe ensuite de main en main pour finir à Paris, dans les valises de la fille du prince Alexandre Lwoff et de son époux, le colonel Jean-Jatzko. Là, il est confié à un Suisse, grand-père du propriétaire actuel.


C’est une des pièces maîtresses des 500 lots qui seront mis aux enchères par l’Office des poursuites avant la fin de l’année. Un de ces trésors déposés par un client dans le besoin financier, mais qui, faute de remboursement du prêt consenti en échange, s’en ira au plus offrant. L’aigle a été estimé à 4 millions d’euros (environ 4,6 millions de francs) par la maison DognyAuction.

C’est une obligation légale pour Juan Caido: il doit mettre aux poursuites les personnes qui n’ont pas remboursé leurs prêts sur gage dans les délais convenus dans le contrat. La centaine de lots qui finiront sous le marteau du commissaire-priseur concernent les années 2014, 2015 et 2016. «En Suisse, cela ne se passe pas comme dans les séries américaines, où le prêteur sur gages garde les objets à la fin. Ici, c’est l’État qui se charge du recouvrement en les proposant aux enchères. Sauf que les frais de la procédure sont à ma charge», explique le commissaire-priseur.

Pas sûr de s’y retrouver

Sur les 2000 cas traités durant ces trois dernières années par Juan Caido, seule une centaine, qu’il qualifie de «délicats», sont concernés par la vente aux enchères. «Les gens peuvent encore solder leur compte chez moi jusqu’à la veille de la vente», précise-t-il. Pour les informer, une annonce officielle sera publiée à la mi-août. Elle mentionnera les numéros de contrat en question. «Il était question un instant d’y faire figurer les noms de mes clients, mais j’ai trouvé que cela aurait pu être trop gênant pour eux. L’Office des poursuites a accepté.»



Une bague de princesse
Elle a été confiée contre un prêt par une princesse de lignée royale, vivant en Suisse, mais déchue. D’un poids de 9,28 grammes, elle comporte un diamant de 16 carats et deux autres plus petits, d’un carat chacun, de chaque côté. La princesse devait rembourser son prêt au bout d’un mois. Elle ne s’est jamais présentée pour récupérer sa bague. Achetée en Suisse, elle est expertisée à 1,5 million de francs.


Reste à savoir si le prêteur sur gages rentrera dans ses frais avec la vente aux enchères. Ce n’est pas si sûr. Selon la loi, l’État tiendra compte du prix de l’or ou de l’argent pour fixer les prix, c’est au moins une base, mais c’est aussi lui qui décidera des mises de départ, sans prix de réserve. «C’est-à-dire que la majorité des objets seront proposés dès 100 francs. Et encore, le commissaire-priseur pourra baisser leur prix s’ils ne trouvent pas d’acheteur», souligne Juan Caido. Ce dernier a d’ores et déjà calculé le montant des prêts qui ne lui ont pas été remboursés sur ces trois années: 385 000 francs.

Autre interrogation: à qui donc reviendront les objets qui n’auront pas été vendus? «Je n’en sais rien à ce jour mais, comme je vous l’ai dit, cette vente sera une grande première depuis très longtemps.»



Des kilos de bijoux
Des colliers, des montres, des bracelets, des boucles d’oreilles… le total des bijoux qui seront mis aux enchères par lots représente 4 kilos (dont 3 bons kilos d’or). «Ce qu’on me propose le plus, ce sont les bagues de fiançailles ou des trésors de famille, souvent en or, qui proviennent de dots. C’est souvent le mari qui les amène à mon bureau, mais c’est la femme qui, au téléphone, mène la transaction», confie le prêteur sur gages.


(24 heures)

Créé: 06.08.2018, 07h01

Articles en relation

Découvrez le prix des objets qui traînent dans vos greniers

Vaud Trésors Partagez avec nous les images des objets dont vous souhaitez connaître la valeur et le commissaire-priseur Plus...

Les clients à sec affluent chez le prêteur sur gages

Lausanne Les vacances d’été ont accru les besoins en dépannage financier. Les difficultés liées au franc fort aussi. Plus...

Au mont-de-piété pour améliorer leur Noël

Argent Premier prêteur sur gage à Lausanne depuis 1975, Juan Caido a passé le mois de décembre à dépanner les gens pour leurs fêtes de fin d’année. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.