Livre sur de Quattro: pas de conciliation

Canton de VaudLe litige porte sur la photo de couverture du livre. La ministre vaudoise estime qu'elle porte à confusion, laissant à penser qu'elle est l'auteure ou qu'elle cautionne ce brûlot.

Jacqueline de Quattro ne veut voir ni son nom ni sa photo sur la couverture du livre à charge.

Jacqueline de Quattro ne veut voir ni son nom ni sa photo sur la couverture du livre à charge. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Aucune conciliation n'a été trouvée au sujet du livre à charge consacré à Jacqueline de Quattro. L'ouvrage reste interdit de diffusion en attendant le jugement du Tribunal de l'Est vaudois sur les mesures provisionnelles requises par la conseillère d'Etat.

Le litige porte sur la photo de couverture du livre écrit par Fabien Dunand, intitulé «Une conseillère d'Etat ne devrait pas dire ça». La ministre vaudoise, absente mercredi au tribunal à Vevey, estime que cette couverture porte à confusion, laissant à penser qu'elle est l'auteure ou qu'elle cautionne ce brûlot.

Mercredi durant l'audience à Vevey, la présidente du tribunal Anne-Catherine Page a tenté de trouver un terrain d'entente entre les deux parties. Sans succès toutefois. Les éditions Attinger ont aussi proposé une nouvelle version de la couverture, toujours avec la photo mais sans le nom de la magistrate. Une proposition écartée par l'avocat de Jacqueline de Quattro, François Roux.

Selon lui, outre le risque de confusion, l'utilisation sans autorisation de cette photo constitue une atteinte au droit à l'image. «On n'agit pas contre le contenu du livre, mais contre sa présentation. Ce n'est pas de la censure», a affirmé Me Roux.

Pour Elie Elkaim, avocat de Fabien Dunand, la photo en question, prise dans le bureau de la ministre, est «strictement publique». Il a relevé que ce cliché avait été utilisé à d'autres fins, notamment pour des articles de presse. «Cela fait 21 jours que ce livre est censuré. C'est un cas unique en Suisse», a-t-il insisté, dénonçant une attaque contre la liberté d'expression.

Pas un pamphlet

Interrogé sur ses intentions, Fabien Dunand a assuré que son livre n'était «en aucun cas un pamphlet». Il a dit avoir conçu cet ouvrage «comme un documentaire» en accumulant les faits sur les onze ans passés par Jacqueline de Quattro au Conseil d'Etat. «C'est de l'information commentée», a-t-il jugé, faisant référence à son passé de journaliste, lui qui a été rédacteur en chef de «24 heures».

Me Roux a rétorqué que ce livre ne pouvait pas être assimilé à un article de presse, sachant notamment qu'il vise à être commercialisé. Selon l'avocat, la liberté d'expression n'est aucunement mise en cause. «Il suffit de changer la fourre du livre et il n'y a plus de procès», a-t-il martelé.

Pour Me Elkaim, il y a «une forme d'hypocrisie» à s'attaquer à la couverture alors que, selon lui, c'est le contenu du livre que vise à interdire Jacqueline de Quattro. Il en a profité pour dénoncer le climat actuel «inquiétant» qui règne entre le monde politique et les médias.

Les politiques semblent «soudainement frappés d'hypersensibilité à la critique», a estimé l'avocat, relevant que certains avaient désormais «la gâchette judiciaire facile.» Il faisait notamment référence aux autres actions actuellement en cours entre des médias et des conseillers d'Etat comme Pierre Maudet et Pascal Broulis.

Dans l'attente du jugement

A l'issue des plaidoiries, la présidente du tribunal a annoncé que le jugement serait rendu «dans les meilleurs délais.» Selon les avocats des deux parties, il devrait tomber dans le courant de la semaine prochaine.

Que les mesures provisionnelles soient retenues ou non, la décision pourra faire l'objet d'un recours. Celui-ci devra être déposé dans les 10 jours auprès du Tribunal cantonal.

Environ 400 exemplaires d'«Une conseillère d'Etat ne devrait pas dire ça» ont été commandés par les différents points de vente, pour un premier tirage total de 600 à 700 livres, a précisé Emmanuel Vandelle, directeur des éditions neuchâteloises Attinger, présent à l'audience. Celui-ci a affirmé qu'il n'avait jamais dû solliciter une autorisation pour une photo d'un livre traitant de l'action d'un politicien.

Pour mémoire, la cheffe du Département de l'environnement et du territoire (DTE) et Fabien Dunand sont déjà en conflit dans le cadre du feuilleton opposant le promoteur immobilier Bernard Nicod au groupe Orllati. L'ancien journaliste, qui a accusé la ministre de conflits d'intérêt dans cette affaire, est poursuivi pour diffamation et calomnie. (ats/nxp)

Créé: 17.04.2019, 14h38

Articles en relation

«Une œuvre de démolition de mon action et de ma personne»

Polémique Jacqueline de Quattro explique pourquoi elle a saisi la justice contre le livre à charge de Fabien Dunand. Et répond à son auteur. Plus...

L’ex-journaliste Fabien Dunand charge Jacqueline de Quattro

Polémique Dans un livre, l’ex-rédacteur en chef de 24 heures dresse un bilan sans concession de l’action de la conseillère d’État. Plus...

Scandale Orllati-Nicod: le Conseil d'Etat se défend

Canton de Vaud Les accusations de conflit d'intérêts contre Jacqueline de Quattro par rapport au groupe Orllati sont «dénuées de tout fondement», affirme jeudi le Conseil d'Etat vaudois. Plus...

Conflit d'intérêt reproché à Mme de Quattro

Dossier Orllati Fabien Dunand demande que l'affaire Orllati ne soit plus traitée par la conseillère d'Etat vaudoise. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.