Même sous la brume, les cellules photovoltaïques captent le soleil

PayernePar fort stratus, le champ solaire du chef-lieu broyard continue à transformer les rayons du soleil en électricité.

Le 14 décembre dernier, même plongé sous un brouillard tenace, le champ solaire de Payerne a été en mesure de produire 3000 kWh d’électricité, soit l’équivalent de la consommation d’un ménage pendant environ neuf mois.

Le 14 décembre dernier, même plongé sous un brouillard tenace, le champ solaire de Payerne a été en mesure de produire 3000 kWh d’électricité, soit l’équivalent de la consommation d’un ménage pendant environ neuf mois. Image: Fabien Grenon

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est bien connu: en automne et en hiver, la Broye disparaît régulièrement sous un épais manteau de brouillard. Une purée de pois si dense qu’elle obscurcit le paysage, empêche de voir à plus d’une trentaine de mètres et va même jusqu’à s’engouffrer dans les tunnels de l’autoroute A1. Et ce parfois durant plusieurs jours d’affilée, comme ce fut le cas en décembre dernier. «Malgré les changements climatiques qui sont petit à petit en train de modifier la donne, ce n’est pas un mythe, confirme Frédéric Glassey, chef de la météorologie à MeteoNews. La région a une forte propension à se retrouver sous le brouillard dès le début du mois d’octobre et jusqu’à fin mars.»

Pourtant, l’automne dernier, cette réputation de région brumeuse n’a pas empêché Groupe E Greenwatt, soutenu par la Commune de Payerne, d’y inaugurer un champ solaire constitué de quelque 23'200 panneaux photovoltaïques, la plus grande installation du genre en Suisse. Posé à même le sol sur une surface équivalente à huit terrains de football (60'000 m2), l’ouvrage devrait à terme produire annuellement 6 millions de kilowattheures (kWh), soit la consommation annuelle de 1300 ménages. Il est la pièce maîtresse du projet SolarPayerne, qui prévoit d’ici à cinq ans la pose de quelque 50 000 m2 de cellules photovoltaïques supplémentaires un peu partout sur les toits de la ville, et vise l’autarcie électrique de la commune.

Une aberration?

Une aberration donc? «Pas du tout, rétorque Luca Savoldelli, ingénieur responsable du projet. Même dans le brouillard, les cellules photovoltaïques parviennent à capter une partie de la lumière du soleil.» Ainsi, si l’on prend une journée d’hiver plongée dans la «peuffe», le champ solaire sera en mesure de produire environ un tiers que ce qu’il produirait s’il faisait beau. «Par exemple, le 14 décembre dernier, sous le brouillard, l’installation a été en mesure de produire tout de même 3000 kWh d’électricité, contre 9350 kWh deux jours auparavant, sous le soleil», continue Luca Savoldelli. Une quantité non négligeable puisqu’elle correspond à la consommation d’un ménage suisse durant neuf mois.

«Il s’agit d’une moyenne suffisante qui justifie que nous investissions dans le solaire à Payerne»

De toute façon, ces données journalières importent peu. Ce qui compte pour une installation aussi grande que celle de la Boverie à Payerne, ce sont les moyennes d’ensoleillement annuel. Et sous cet aspect-là, contrairement à ce que l’on pourrait penser, la Broye n’est pas si mal lotie que ça. En effet, le chef-lieu broyard peut compter sur une moyenne annuelle de 1660 heures de soleil, contre seulement 1472 heures à Zurich ou 1565 heures à Neuchâtel, par exemple. «Certes, ce n’est pas le Tessin, rigole Luca Savoldelli. Mais il s’agit d’une moyenne suffisante qui justifie que nous investissions dans le solaire à Payerne.»

Topographie idéale

Car si durant l’hiver la brume diminue quelque peu le rendement des cellules photovoltaïques du champ solaire de Payerne, la topographie dégagée de la région lui permet de rattraper son retard l’été, comme l’explique l’ingénieur. «Contrairement à beaucoup de régions de Suisse, la Broye a la chance en effet de pouvoir compter sur un horizon dégagé, sans montagnes ou reliefs, permettant aux installations de profiter un maximum du rayonnement direct du soleil.»

Avec les jours qui rallongent et le retour du soleil, la quantité d’électricité produite quotidiennement promet donc de monter en flèche. «L’installation n’est en service que depuis quatre mois, nous n’avons donc pas encore beaucoup de recul. On estime qu’autour de juin-juillet le champ solaire de Payerne sera en mesure de produire autour de 45'000 kWh par jour, soit l’équivalent de la consommation annuelle d’une dizaine de ménages», conclut Luca Savoldelli.

Créé: 19.01.2016, 09h41

Luca Savoldelli, ingénieur responsable du projet. (Image: Jean-Paul Guinnard)

En chiffres

4500 La quantité de kilowattheures (kWh) consommée en moyenne chaque année par un ménage suisse.
3000 La quantité de kWh produite en un jour par le champ solaire, sous le brouillard, le 14 décembre, contre 9350 kWh le 12 décembre, sous le soleil.
45'000 La quantité record de kWh que le champ solaire devrait produire quotidiennement cet été, quand les jours seront plus longs.
6 millions La quantité de KWh que l’installation de Payerne sera en mesure de produire chaque année en moyenne.
8 millions En francs, c’est ce qu’a coûté le champ solaire de Payerne à Groupe E Greenwatt.

Canicule, neige et Cie…

L’efficience d’un panneau photovoltaïque standard, semblable à ceux du champ solaire de Payerne, dépend de toute une série de facteurs externes. La journée idéale – celle durant laquelle l’installation produira le plus d’électricité – est encore à venir. «Mise en service l’automne dernier, elle atteindra probablement son pic de production en juin-juillet, lorsque les journées seront les plus longues», indique Luca Savoldelli, ingénieur responsable de l’ouvrage. Mais, paradoxalement, il ne faut pas qu’il fasse trop chaud non plus. «Dans ce cas, le panneau surchauffe et son rendement diminue, continue-t-il. Mais ça n’est pas catastrophique. Car, en été, la durée des jours permet de compenser ces pertes.» Et qu’en est-il du froid? «Le froid n’a pas d’incidence. Au contraire, c’est plutôt bénéfique», répond l’ingénieur. Avant d’ajouter: «Par contre, si une couche de neige se pose sur les panneaux, la production d’électricité sera nulle.» Dans ce cas, qu’est-il prévu? «A Payerne, la neige reste rare. Mais l’inclinaison et la surface lisse des panneaux permettraient à la neige de s’évacuer par elle-même au premier rayon de soleil», conclut Luca Savoldelli.

Articles en relation

Une fleur photovoltaïque traque la course du soleil

Le Brassus La Smartflower suit la courbe de l’astre solaire pour en absorber un maximum d’énergie qu’elle transforme en électricité. Plus...

Des moutons rares sous les panneaux solaires

Broye Dès cet automne, le champ solaire de Payerne accueillera des ovins d’espèces rares. Une solution judicieuse pour entretenir l’espace Plus...

Le champ solaire de Payerne bientôt branché

Broye La pose des 23'000 panneaux photovoltaïque touche à sa fin. Les premiers kilowattheures pourront être livrés en août. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.